Jour : 9 octobre 2017

Les capitalistes nous coûtent cher : autogestion ouvrière et sociale !

Nous commençons ce débat au sein de notre Réseau et partons de diverses expériences sur l’autogestion et le contrôle ouvrier : depuis la gestion des fabriques occupées, l’organisation ou la création de coopératives, la production collective à la campagne, etc., jusqu’à d’autres expériences non nécessairement liées à la production mais à la vie quotidienne comme l’occupation des espaces publics et d’autres de logement collectif, un centre social de quartier, des potagers communautaires, des laveries communes, la participation à la décision des budgets municipaux, les assemblées populaires , les centres médicaux socialisés, etc. Tout ce débat et toutes ces réalités...

Continuer la lecture

Octobre : Unité pour une autre Loi travail !

Tout semblait aller pour le mieux dans le meilleurs des mondes pour Emmanuel Macron : son projet de « réforme » du Code du travail allait passer comme une lettre à la poste. Exit le parlement ! Place à des ordonnances élaborées en consultation avec les « partenaires sociaux ». Au final, un semblant de concertation, des reculs absolument impensables un an auparavant : possibilité donnée aux entreprises de déroger aux accords de branche sur tous les sujets sauf trois, limitation des indemnités prud’homales et destruction des syndicats et des institutions représentatives du personnel. Mais voilà que cette belle mécanique s’enraye. Très vite, la CFE-CGC, syndicat des cadres d’ordinaire plutôt conciliant, rejoint la CGT et l’Union syndicale Solidaires dans la contestation. À l’issue des consultations, le Comité confédéral national de FO juge nécessaire « une mobilisation interprofessionnelle avant la ratification des ordonnances ». Même, Laurent Berger de la CFDT se déclare déçu car il espérait en contrepartie de ces reculs un début de cogestion à l’allemande. De nombreuses sections de cette centrale appellent déjà à la mobilisation. L’union de l’ensemble du monde salarié contre le patronat et le gouvernement serait-elle en route ? La raison officielle de cette réforme du droit du travail est la baisse du chômage. Il suffirait de baisser le coût du travail – donc les aléas autour des licenciements éventuels – pour que les patrons embauchent. Le CICE coûte aujourd’hui 20 milliards d’euros de budget...

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter !

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1804
Montant total: 196 577,44 €

Nos partenaires



Archives

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031