Lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion n° 11 - Octobre 2012

 

Le compromis social

contre l'autogestion

Le gouvernement vient de presser les « partenaires sociaux » de se mettre d'accord avant la fin de l'année 2012 sur une complémentarité flexibilité et sécurité qu'il juge non antagoniste. « Entre déréglementation et surréglementation, il y a une voie : celle du dialogue social » précise l'introduction du document d'orientation. Ce document trace les pistes d'une flexisécurité à la française : plus de souplesse dans la gestion des CDI mais une lutte accrue contre les CDD, sécuriser juridiquement les licenciements économiques pour les entreprises mais décourager les licenciements boursiers. Michel Sapin appelait vendredi les partenaires sociaux à « de l'audace » pour parvenir à du « gagnant-gagnant ».

Cet hiver, Nicolas Sarkozy avait invité les « partenaires sociaux » à négocier sur des accords compétitivité-emploi. En clair, il s'agit de permettre à une entreprise de moduler les horaires et de baisser le salaire sans avoir à demander l'accord du salarié, ce qui revient à remettre en cause le contrat de travail. Bien que la CGT et FO refusaient à ce jour ce type de négociation, l'actuel gouvernement demande aux partenaires sociaux de finaliser ces discussions, entérinant de fait la ligne impulsée par Sarkozy. Par ailleurs, loin d'interdire les licenciements ou de rétablir l'autorisation administrative de licenciement, le gouvernement estime que les procédures actuelles « n’évitent pas des contournements et génèrent de fortes incertitudes sur les délais et la sécurité juridiques des procédures, dommageables tant pour les salariés que pour les entreprises ». En clair, satisfecit est donné au patronat sur son besoin de sécuriser juridiquement les licenciements afin d'éviter des situations de type Viveo ou encore Fralib. Si le verbe reste haut contre les licenciements boursiers, le gouvernement semble revenir sur sa promesse de campagne d'empêcher une entreprise fermant un site de refuser une offre de reprise en la remettant à la négociation des partenaires sociaux. Le patronat qui craint plus que tout l'apparition de nouveaux concurrents, sera-t-il propositionnel sur la question ?

Bien sûr, la coloration « gauche » de ce gouvernement n'est pas absente, celui-ci demandant que le CDI devienne plus la norme et le CCD l'exception par l'imposition de plus fortes cotisations chômage. Cependant, ceci se fait dans un contexte de « détricotage » du CDI rejoignant ainsi les préoccupations des libéraux qui, depuis de longues années, préconisent le contrat de travail unique, contrat dont les droits des salariés augmenteraient avec la durée, le patronat restant libre de licencier à tout moment.

Maintenant que le gouvernement s'est aligné sur le pacte de stabilité budgétaire européen élaboré par Sarkozy et Merkel, l'austérité semble à l'ordre du jour. Cela signifie une croissance faible pour ne pas dire une récession. Pour les multinationales, cela se traduira par des fermetures en Europe et des investissements massifs vers des cieux plus propices. Pour les PME, des dépôts de bilan en série. Comme l'indiquait récemment Jan Zijderveld, responsable Europe d'Unilever, le géant de l'agroalimentaire « se prépare en Europe à un retour de la pauvreté », aveu pour le moins cynique pour une firme qui organise concrètement celle-ci en fermant son unité de production Fralib à Gémenos (13). En s'en remettant aux partenaires sociaux pour un deal « gagnant-gagnant », le gouvernement cherche à faire accepter par les organisations syndicales ces adaptations que les libéraux appelaient de leurs vœux depuis de nombreuses années. A l'inverse, il est indispensable de réaffirmer le caractère non négociable du CDI, de refuser tout  licenciement économique afin de permettre aux salariés de s'approprier leur unité de production, à l'image de ce que les Fralib tentent aujourd'hui de mettre en œuvre.

L'Association pour l'Autogestion n'a pas de solutions clés en main pour la société de demain, société qui se constituera dans les luttes. Elle entend contribuer aux réflexions sur les résistances possibles et à mutualiser en vue de la constitution d'un autre rapport de force. C'est ainsi qu'elle travaille aujourd'hui au recensement et la popularisation des résistances qui se font jour en Grèce tout en préparant le 40ème anniversaire des Lip.

Colette Web

 


Dans le site, ces derniers jours...

pictureVivre l’utopie : Grenoble du 11 au 14 octobre 2012

L’événement Vivre l’utopie est une manifestation qui a pour ambition de mettre en lumière des expériences sociétales alternatives qui envisagent des rapports plus démocratiques. Cette volonté est née du constat de véritables carences de nos formations universitaires qui nous préparent à nous insérer dans le modèle dominant, mais ne nous proposent pas d’alternatives.

   Continuer la lecture

 
pictureHélio-corbeil : un film sur la reprise en SCOP

Le 6 février 2012, le Tribunal de commerce de Meaux donnait son feu vert à la reprise de l’entreprise Hélio-Corbeil par ses 80 salariés sous forme de SCOP. Ce projet a été rendu possible par  un engagement ferme des clients (TV Magazine, Télé 7 jours, Télé star…) sur 3 années de commandes ainsi que le soutien de l’Union régionale des SCOP, de la région Ile-de-France, du Crédit coopératif, de France Active et de Serge Dassault. Le financement total de cette reprise est d’ un million d’euros dont 400 000 venant directement des salariés et 150 000 euros d’un prêt d’honneur du Conseil régional.

   Continuer la lecture

 
pictureFestival des utopies concrètes : Paris Ile-de-France du 27 septembre au 7 octobre

Le mouvement des villes en Transition Ile-de-France et plusieurs collectifs, associations et coopératives ont souhaité organiser dix jours autour des alternatives concrètes locales et de la permaculture pour anticiper et réfléchir à la manière d’affronter les crises environnementales mais aussi sociales et économiques qui se préparent.

   Continuer la lecture

 
pictureL’autonomie zapatiste

Le 1er janvier 1994 marque l’entrée en vigueur de l’ALENA (Accord de Libre-Echange Nord-Américain), traité qui vise à libéraliser les échanges entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique. C’est cette date symbolique que les zapatistes choisissent pour se soulever. C’est le début d’une guerre qui ne va pas durer plus de douze jours. En effet, le président Carlos Salinas de Gortari décrète un cessez-le-feu de façon unilatérale afin d’entamer des négociations avec l’EZLN (Armée Zapatiste de Libération Nationale) en choisissant comme médiateur l’évêque Samuel Ruiz fondateur du centre des droits de l’homme Fray Bartolome de Las Casas.

   Continuer la lecture

 
picture1977 : naissance de Fracture, revue autogestionnaire dans la santé

En mars 1977, paraissait à Paris aux éditions Savelli le premier numéro d’une revue dont le titre, Fracture, et le sous-titre affichaient le programme: Santé, critique-pratique, autogestion. Au fil des numéros, la revue allait tenter de rendre compte de la dynamique autogestionnaire des luttes et des contestations qui mettaient concrètement en cause la « production capitaliste a système de la santé (et de la maladie) » et qui mettaient ses acteurs et actrices en mouvement.
   Continuer la lecture

 
pictureRené Lourau, pédagogie institutionnelle et autogestion

René Lourau est né en 1933 à Gelos, près de Pau, et meurt le11 janvier 2000. Il  était professeur émérite de sociologie et de sciences de l’éducation à l’université de Vincennes Paris 8. Lié en tant que praticien et en tant que chercheur,  au mouvement de l’autogestion pédagogique, il a été en 1964 un des fondateurs du Groupe de pédagogie institutionnelle avec Raymond Fonvieille, Michel Lobrot  et a été un des théoriciens de l’analyse institutionnelle aux côtés notamment de Georges Lapassade et de Félix Guattari.
   Continuer la lecture

 
picture1976-1979, l’autogestion autour des 22ème et 23ème congrès du PCF

Le secrétaire général du PCF, Georges Marchais écrivait en 1973 dans Le Défi démocratique « Si l’autogestion veut dire démocratie dans l’entreprise, dans les communes, dans la société, alors nous ne sommes pas contre. Mais si cela signifie prétendre apporter des changements dans la gestion des entreprises, sans les modifications structurelles nécessaires, sans poser le problème de la propriété, alors l’autogestion n’a pas de sens. »  Début 1974, dans la revue du PCF, La Nouvelle critique, Jean Rony rendant compte d’une discussion avec le syndicaliste cégétiste Jean-Louis Moynot et François Hincker, admet le concept d’autogestion.  Continuer la lecture

 
picture Présence à la fête de l’Humanité

L’association pour l’Autogestion est co-organisatrice de deux débats à la fête de l’Humanité du 14 au 16 septembre 2012  : « Coopératives, autogestion et appropriation sociale » et « Coopératives, carrefour des expériences »
 Continuer la lecture

 
pictureRéunion de rentrée du Conseil de l’Association pour l’autogestion

Le conseil de l’association pour l’autogestion a tenu sa réunion de rentrée samedi 8 septembre pour examiner les différentes activités, en établir un calendrier prévisionnel et commencer à préparer l’assemblée générale de l’association. Différents types d’initiatives sur trois questions sont prévues.     Continuer la lecture

 
pictureDe l’économie sociale à l’économie sociale et solidaire

De l’économie sociale à l’économie sociale et solidaire en passant par l’économie alternative et solidaire : modeste contribution à une histoire… (article à paraître in Les Cahiers de l’Actif n°434-437, juillet-décembre 2012). L’expression « économie sociale et solidaire » (ESS) s’est imposée et l’objet s’est institutionnalisé (chambre régionale de l’économie sociale et solidaire). Elle vient d’avoir en mai 2012 un ministre délégué auprès du Ministre de l’économie. Continuer la lecture

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici