Lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion n° 13 - Décembre 2012

 

Nationalisation et autogestion

Il fallait être sourd pour ne pas entendre les revendications des salariés d'Arcelor de la semaine dernière quand ils disaient : « on n'a pas besoin de Mittal pour produire de l'acier » en réponse à la « proclamation » de la volonté de nationaliser le groupe sidérurgique.

La proposition de nationalisation a provoqué une onde de choc. Le Medef est monté au créneau et a crié au « scandale », relayé par une armée d'économistes qui venaient sanctifier ce « cours de morale » des patrons : « Ils ne sauront pas faire, la conjoncture est mauvaise, il n'y a pas de structure commerciale, l'État est un mauvais producteur, la nationalisation c'est dépassé, etc... ».

Tous ces savants et économistes manquent de mémoire : lors de la crise de 2008, qui n'est toujours pas réglée, l'État a garanti les banques qui savaient faire mais qui … s'approchaient dangereusement de la faillite. En vérité leur leçon est simple : l'État doit garantir la vie des entreprises mais pas celles des salariés ! Et dans le monde d'aujourd'hui garantir les entreprises c'est garantir les puissances financières qui peuvent pomper la plus-value par toutes sortes de méthode.

Le désastre de Florange était inscrit depuis août 2006, au lendemain du succès de l’OPA hostile de Mittal sur Arcelor. La sidérurgie lorraine paie aujourd’hui le prix de l’échec d’un modèle financier mis en place lors de cette attaque boursière. Lakshmi Mittal, financier de haut vol, en est le premier acteur avec la banque Goldman Sachs comme conseillère qui l’a accompagné dans tout ce périple. Négligeant les réalités industrielles du secteur sidérurgique, ils ont soutenu la financiarisation d’une industrie lourde, ce qui menace aujourd’hui de l’entraîner par le fond.

La sidérurgie est une industrie cyclique liée aux fluctuations économiques. Quand la crise s’aggrave, le marché automobile, l'un des principaux débouchés de la sidérurgie, s’effondre. Fin 2011 ArcelorMittal a plus de 22,5 milliards d’euros d’endettement net contre 19,7 milliards l’année précédente. Ses frais financiers s’élèvent à plus de 2,8 milliards d’euros. Ce qui ne l’empêche pas de verser 2,3 milliards d’euros de dividendes – plus que son bénéfice net de 2,2 milliards – dont 943 millions pour la seule famille Mittal. Les impôts du groupe, eux, s'élèvent à peine à 900 millions d’euros pour l’ensemble du groupe, dont zéro en France, grâce au miracle des prix de transferts.
La finance ne s’embarrasse pas de tout cela, elle fait dans "le brutal". La stratégie de Mittal/Goldman Sachs est depuis toujours basée sur un "Mur de dettes". Quand il y a trop de dettes, il licencie et il ferme. Il a acheté avec des dettes, le marché se rétracte, il ferme. Le reste est littérature pour le gouvernement Hollande-Ayrault.
Les ouvriers d'Arcelor le savent bien et quand ils entendent "nationalisation" ils entendent (voir sur le journal de France 2) et pensent "on n'a pas besoin de Mittal pour produire de l'acier". Idem est la réaction des travailleurs des Chantiers navals de Saint-Nazaire qui en appellent aussi à la nationalisation. Cette réaction est proche de celle des salariés qui reprennent leur entreprise en SCOP. Le Tribunal vient de donner raison aux salariés de la SET qui vont pouvoir reprendre leur entreprise en SCOP à la barbe du groupe américano-singapourien Kolicke & Soffa. Dans tous ces exemples, il s'agit de se dégager de la tutelle du capital pour organiser soi-même la production.

Il n'y a pas d'opposition fondamentale entre la nationalisation (non pas temporaire mais durable) et la reprise en SCOP. Les deux formes constituent des formes de propriétés collectives. La SCOP constitue une première forme de négation de la propriété privée du fait de l'application du principe « une personne, une voix » et de la constitution de réserves impartageables. Avec la nationalisation, l'unité de production appartient juridiquement à la collectivité. Reste à savoir qui organisera sa gestion : une direction nommée par le pouvoir qui reproduira les règles du capital ou une gestion par les travailleurs pilotée et orientée par les usagers, citoyen-nes et pouvoirs publics ?

Dans tous les cas, il s'agit tout à la fois d'arracher la propriété des moyens de production au capital et d'assurer la mise en œuvre d'autres formes de rapports sociaux dans l'entreprise, d'autres mode de décision dans l'entreprise et dans la société. Pour l'heure, la nationalisation/expropriation de Mittal permettrait de montrer aux Medef du monde qu'ils ne sont plus les maîtres et permettrait  de sécuriser l'emploi, de développer de nouveaux pouvoirs dans l'entreprise pour les travailleurs et de redéfinir une politique sidérurgique répondant aux besoins sociaux. Il s'agit là d'une question centrale qui mérite un grand débat politique auquel l'Association pour l'Autogestion ne peut que souscrire.

Dans l'immédiat, même si nous ne s'agissait que de nationalisation en vue d'une revente ultérieure, le gouvernement a préféré refermer la boite de Pandore de l'appropriation sociale, quitte à trahir les salariés de Florange en acceptant la fermeture programmée des hauts-fourneaux suite à l'abandon du projet Ulcor...  On n'a pas eu à attendre longtemps pour apprécier les mensonges de Mittal.

Référence de la pétition des Arcelor : http://sauvonsflorange.wesign.it/fr.

Colette Web

 


Dans le site, ces derniers jours...

Pour soutenir notre action et promouvoir l'autogestion, adhérez à l'association !

Les adhésions 2013 sont désormais ouvertes.

Qu'est-ce que l'association ?

Bulletin d'adhésion

 
pictureAssemblée générale de l'association

L’assemblée générale de l’Association pour l’autogestion s’est tenue le 1 er décembre – la veille une cinquantaine de personnes ont participé à la conférence/débat que nous organisions sur l’expérience d’autogestion en Algérie avec Mohammed Harbi (1)

Après avoir discuté du rapport d’activité(2) , et donc des points forts et des faiblesses de notre association, et du rapport financier, les axes d’un programme de travail ont été définis pour l’année à venir.
   Continuer la lecture

 
pictureSET (74) : Reprise en SCOP confirmée, les salariés ont gagné

Alors que le Tribunal de commerce avait préféré le 6 novembre le projet de reprise de l’entreprise SET (Smart Equipment Technology) située à Saint-Jeoire-de-Faucigny en Haute-Savoie, la Cour d’appel de Chambéry vient de lui préférer le projet de reprise en SCOP que lui préféraient largement les salariés.
Continuer la lecture

 
pictureCoopérative intégrale catalane, un autre système

A l’heure de la mondialisation, comment faire le lien entre la volonté de changement de paradigme et le passage à l’action ?

Les projets concrets de création d’alternatives ont tendance à s’occuper de domaines limités ou d’agir à (très) petite échelle. Rares sont les projets qui cherchent de véritables alternatives globales au système économique et politique actuel. C’est pourtant le pari que font de nombreux acteurs au sein de la «  coopérative intégrale catalane  », un projet collectif et citoyen d’envergure.
  Continuer la lecture

 
pictureMohammed Harbi, un combattant de la démocratie et de l’autogestion

Mohammed Harbi   est  né en 1933 à El Harrouch (Skikda). Il s’engage dès l’âge de 15 ans dans le combat contre le colonalisme et pour l’indépendance de l’Algérie. D’abord au PPA-MTLD, il est un responsable de l’organisation des étudiants nord-africains en France, puis membre de la direction de la Fédération de France du FLN où il s’occupe de la presse et de l’information.     Continuer la lecture

 
pictureCoopératives, marché et transformation sociale

Les années 2010 et 2011 ont marqué un tournant dans les luttes sociales en défense de l’emploi. Dans de nombreuses sociétés (Helio Corbeil, SeaFrance, Inter 59, Fralib…), les salariés ont perçu la reprise de l’entreprise sous forme coopérative comme étant la solution qui permet de préserver l’emploi. Pour autant, les échecs existent et la forme SCOP est tout, sauf une baguette magique. Le cas des salariées de l’entreprise Starissima (cf. le film « Entre nos mains » de Mariana Otero) qui n’ont pu faire aboutir leur projet de reprise suite au défaut d’un client en est un exemple parmi d’autres. D’un autre côté, en cas de succès, on constate un phénomène de dégénérescence des coopératives qui les renvoie vers un fonctionnement de plus en plus capitaliste, à l’image des dernières évolutions du complexe coopératif de Mondragón. Dans les deux cas, la faute au marché.
Continuer la lecture

 
pictureAlgérie 1962-1965 Autogestion mythe ou réalité? (suite): Deux textes de Mohammed Harbi.

Nous publions ci-dessous la contribution de Mohammed Harbi, dans Autogestion, hier, aujourd’hui, demain, (Syllepse, 2010), accompagné des annexes qui suivaient dans le livre (article de Raptis, décrets de 1963, circulaires, articles, documents visés par le texte de M. Harbi), ainsi que des extraits de l’entretien accordé aux Temps Modernes en juillet 1982 « l’expérience de 1962 à 1965, sa portée, ses limites ».
Continuer la lecture

 
picture Un droit de préemption pour les salariés

Suite à différentes rencontres entre acteurs de l’économie sociale, tout particulièrement la Confédération générale des SCOP, et différents parlementaires, l’Association Pour une Economie Equitable, a rendu public le 6 novembre 2012 un projet de loi établissant un droit de préemption pour les salariés s’appliquant à toute cession partielle ou totale du droit de propriété, pour toute structure ayant au moins un salarié.
Continuer la lecture

 
pictureAutogestion, mythe ou réalité? (Algérie 1962-1965) suite

Pour préparer la rencontre-débat du 30 novembre à la Bourse du travail, nous continuons à mettre à disposition des documents et références.

A voir sur le site L’INA , « Un an après, l’Algérie de Ben Bella », émission Cinq colonnes à la une du 5 juillet 1963. L’extrait dure 15min18s, à partir de 1 mn 30, plusieurs minutes consacrées à l’autogestion.
     Continuer la lecture

 
picture« Together » : un documentaire en ligne sur les coopératives européennes

Le CECOP-CICOPA a produit et mis en ligne un documentaire sur les coopératives européennes, et leur résistance pendant la crise économique. Des témoignages de coopérants en France, Pologne, Italie et Espagne.

Dans le cadre de l’année des coopératives lancée par les Nations Unies, le CECOP-CICOPA qui regroupe au niveau européen les différentes fédérations nationales, a produit un rapport (que nous avons déjà commenté ici et là) et un documentaire, « Together » :
 Continuer la lecture

 
pictureSET (74) : SCOP contre multinationale

En avril dernier, une start-up américano-suédoise, Replisaurus Technologies, est mise en liquidation judiciaire. Du coup, sa filiale française, SET, basée à Saint-Jeoire-de-Faucigny en Haute-Savoie est en vente. Concevant et fabricant des machines d’hybridation de puces électroniques, un savoir-faire qui en fait le leader mondial pour les applications à infra-rouge, 32 de ses 42 salariés ont présenté un projet de reprise de l’entreprise en SCOP. Face à eux, la multinationale américano-singapourienne Kulicke & Soffa (KnS).
     Continuer la lecture

 
pictureLa conférence « Open Hardware Summit 2012″

La conférence Open Source Hardware rassemble des contributions ayant trait aux aspect techniques, éducatifs, entrepreneuriaux et juridiques du secteur du matériel ‘open source’. La démocratisation des technologies à faible coût est exploitée par un nombre croissant d’organisation (association, petites entreprises) et peut être exploitée pour développer l’autogestion.
 Continuer la lecture

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici