Lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion n° 15 - Février 2013

 

Les paradoxes

du gouvernement

Une loi sur l'Économie sociale et solidaire (ESS) est en préparation dans le cabinet de Benoît Hamon, ministre délégué auprès du ministre des finances. Bien que non encore publiée, il y a de fortes chances qu'elle reprenne les préconisations du groupe de travail sur l'ESS qui s'est réuni autour de la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann. Sans vouloir réduire l'autogestion à "économie sociale et solidaire", il va de soi que cette loi aura une incidence, positive ou négative, sur l'avancée de l'autogestion dans notre pays.

Le périmètre de l'économie sociale et solidaire correspond à celui des coopératives, mutuelles, associations et fondations. Ce qui caractérise cet ensemble est que l'initiative économique n'est plus déterminée par la valorisation du capital : c'est la volonté d'individus de répondre à un besoin social qui justifie l'activité. S'il s'agit donc d'une rupture fondamentale avec le règne du capital, l'ESS n'est pas non plus l'autogestion, loin de là.

Le statut n'est pas neutre

Ces derniers temps, une offensive de plus en plus forte s'est faite sentir pour intégrer dans le champ de l'ESS des entreprises de capitaux qui auraient un rôle social ou écologique : l'important ne serait pas la forme juridique de l'entreprise mais son activité. C'est dans cet esprit qu'une des propositions du groupe de travail initié par Marie-Noëlle Lienemann était la création d'un label ESS pour ce type d'entreprises.

Pour nous, comme pour le mouvement coopératif, le statut n'est pas être neutre : à un objectif d'activité sociale ou écologique doit correspondre un statut démocratique. Le Conseil Économique, Social et Environnemental, dans son avis rendu le 28 janvier 2013, "considère que ce sont les statuts qui définissent le périmètre de l’ESS." Espérons qu'il sera entendu sur ce point.

Faciliter la reprise des entreprises en SCOP

En ce qui concerne les coopératives de travail, le projet prévoit de faciliter la reprise des entreprises en SCOP avec deux mesures. La première autoriserait que, dans le cadre d'une reprise et pour une période temporaire, les salariés d'une SCOP soit minoritaires en capital pour une période de cinq à dix ans. Pourquoi pas puisque l'application du principe coopératif "une personne, une voix" garantirait la démocratie dans cette période de transition.

La seconde porte sur un droit de préférence donné aux salariés lors de la cession de l'entreprise. Ce serait en quelque sorte la version "soft" du droit de préemption préconisée par l'AP2E : en cas de cession de l'entreprise, les salariés ont la possibilité de se substituer à l'acquéreur pour acheter l'entreprise et la transformer en coopérative. Sauf que droit de préemption et droit de préférence, ce n'est pas exactement la même chose. Dans le premier cas, les salariés ont la garantie de pouvoir se substituer à l'acquéreur. Dans le second cas, l'affichage d'une préférence sans aucune garantie que la solution de reprise par les salariés soit celle qui sera adoptée... Souhaitons bonne chance au projet de l'AP2E dans de futurs débats parlementaires, projet qui ne pourra que renforcer les côtés positifs de la future loi Hamon sur l'ESS.

Quel prix de cession ?

Mais droit de préférence ou droit de préemption, la question du prix de cession reste essentielle. Est-il normal que des salariés qui, des années durant, ont, par leur travail, consolidé les fonds propres de l'entreprise, se voient obligés de les racheter pour conserver leurs emplois et rester maîtres de leur destin ? Oui, une loi de préemption va dans le bon sens mais plus les prix des entreprises seront bas, plus les opportunités de reprise se multiplieront. N'oublions jamais que le prix d'une entreprise est donné par les espérances futures de dividendes qu'en retireront les propriétaires. Des dividendes sont des sorties de trésorerie de l'entreprise qui auraient aussi pu se concrétiser en salaires, individualisés comme socialisés. Plus les salaires sont élevés, moins les dividendes sont possibles et moins les entreprises n'ont de valeur...

Une politique économique directement contraire à ces projets

Si le gouvernement "envisage" aujourd'hui un droit de préférence pour les salariés, la politique qu'il mène sur le plan économique est directement contraire à l'exécution de ces projets. En accordant 20 milliards d'euros dans le cadre du Crédit Impôt Compétitivité (CIC), ce sont de meilleures perspectives de dividendes qui sont accordées aux entreprises. En transcrivant dans la loi un accord social minoritaire permettant aux entreprises de réduire les salaires, ce sont toujours de meilleures perspectives de dividendes qui sont offertes. En envisageant d'augmenter les pensions moins que l'inflation, ce sont des augmentations de cotisations sociales qui sont évitées et donc une souplesse supplémentaire pour les dividendes.

C'est le paradoxe de cette situation : un gouvernement qui se dit favorable aux reprises d'entreprises par les salariés mais qui pratique une politique de revalorisation de ces entreprises qui obère les chances d'une réelle transformation sociale.

Colette Web

 



Pour soutenir et participer aux activités de l'Association pour l'Autogestion,

Adhérez !

Bulletin d'adhésion

 
 

Dans le site, ces derniers jours...

pictureJean Raguenès, un ancien du combat des Lip, nous a quitté

Jean Raguenès est décédé ce jeudi 31 janvier 2013 à l’âge de 80 ans. Frère dominicain, il était, aux côtés de Charles Piaget, une des figures de la lutte des Lip en 1973. Installé au Brésil depuis 1994, il travaillait dans le cadre de la Commission pastorale de la terre contre le travail esclave, pour la défense des droits des travailleurs et la promotion de l’agriculture familiale.
 Continuer la lecture

 
pictureMyFerryLink : les ex-SeaFrance récupèrent leurs indemnités

La SCOP MyFerryLink, formée par les anciens SeaFrance, réalise aujourd’hui 8 départs quotidiens à partir de Calais. En dépit d’un environnement concurrentiel délicat créé par l’octroi, dès février 2012, d’une licence Calais Douvres à la société DFDS, la SCOP, renforcée par un partenariat avec EuroTunnel, est un acteur avec lequel il faudra compter demain.
 Continuer la lecture

 
pictureViomichaniki Metaleftiki (Vio.Met.) en autogestion

Viomichaniki Metaleftiki était une entreprise prospère spécialisée dans la production de matériaux pour le bâtiment. Sa maison-mêre en difficulté a pressé sa filiale au point qu’elle ne paye plus les salaires depuis mai 2011. Les salariés de cette entreprise souhaitent redémarrer la production en autogestion.
 Continuer la lecture

 
picturePilpa à Carcassonne : victoire au Tribunal

Rachetée il y a un an par le groupe R&R pour ses licences et sa position commerciale, l’usine de crèmes glacées Pilpa de Carcassone est menacée de fermeture. Ce groupe veut concentrer sa production sur deux sites au lieu de trois en France. Le Tribunal d’Instance de Carcassonne vient d’invalider le plan de « sauvegarde » de l’emploi : un bol d’oxygène pour les salariés qui commencent à envisager une reprise en SCOP pour préserver les emplois.
 Continuer la lecture

 
pictureMaurice Najman (1948-1999)

Maurice Najman, journaliste ayant travaillé notamment à Libération et au Monde Diplomatique, était un militant d’extrême gauche, passionné par la culture underground. C’est une des figures du mouvement contestataire de mai 1968, ayant notamment co-fondé les Comités d’Action Lycéens (CAL) en 1967.
 Continuer la lecture

 
pictureCommuniqué et appel à la solidarité avec les Dispensaires Sociaux Solidaires grecs

Par le Réseau Européen contre la Privatisation et la Commercialisation de la Santé et  de la Protection sociale

Aujourd’hui en Grèce, s’il y a bien un secteur où la population fragilisée paye cash les conséquences de la politique d’austérité, c’est la santé.

 Continuer la lecture

 
pictureUn inédit de Moshe Lewin sur la Russie, les acteurs sociaux et la bureaucratie.

Au cœur de la lutte pour l’autogestion et un fonctionnement démocratique des institutions économiques, sociales et politiques de la société se dressent des obstacles, dont l’émergence et la consolidation de bureaucraties. Comprendre les conditions d’émergence, comment elles se constituent est essentiel pour en rechercher les antidotes. L’attention aux expériences et bilans historiques est de ce point de vue essentiel.  C’est sur l’URSS que Moshe Lewin nous est d’un grand apport. Dans ce texte, il aborde notamment les « grandes étapes de formation de la bureaucratie ». Moshe Lewin est né en 1921 à Vilnius.
   Continuer la lecture

 
pictureUsines récupérées et autogestion dans la nouvelle réalité espagnole

Nous publions la traduction en français de cet article très intéressant et éclairant sur la situation dans l’Etat espagnol et le renouveau des perspectives autogestionnaires dans ce pays. La version originale en castillan a été publiée le 20 décembre sur le site d’ICEA sous le titre de  »Fábricas recuperadas y autogestión en la nueva realidad de España ». (Voir lien ci-dessous).

Par José Luis Carretero Miramar (Traduction du castillan par Richard Neuville)
Continuer la lecture

 
pictureAutogestion et Economie Sociale et Solidaire

L’Economie sociale et solidaire (ESS) est devenu un thème politique fort, d’autant plus fort que l’arrivée du gouvernement de gauche au pouvoir s’est traduite par la réapparition d’un ministre délégué à l’ESS, ministère qui avait disparu durant les 10 années de gouvernement de droite. L’ESS rassemble des structures qui se définissent comme des groupements de personnes et non de capitaux, porteuses d’un projet d’intérêt collectif. De ce point de vue, l’ESS représente une rupture par rapport à la majeure partie de l’économie où la perspective de rendement des capitaux est à l’origine de l’initiative. Ces structures sont-elles pour autant autogestionnaires ?
  Continuer la lecture

 
pictureConférence sur l’expérience algérienne, rapide retour.

Nous ne pouvons que remercier Mohammed Harbi  d’avoir accepté notre invitation à animer une conférence sur l’étendue, et surtout les limites de ce qu’on appelle l’expérience de l’autogestion en Algérie après 1962. C’est en tant que camarade, à destination d’un public militant que ce spécialiste de l’Algérie contemporaine qui se montre peu dans les colloques et rencontres en cette année du 50ème anniversaire de l’indépendance,  a voulu nous parler.    Continuer la lecture

 
pictureLes Fralib se rappellent à Hollande

Les salariés de Fralib ont consolidé leur projet de reprise en SCOP. Ils exigent d’Unilever le transfert de la marque Elephant et un plan d’affaires pour réaliser la transition.

En lutte depuis plus de 800 jours, les salariés ont finalisé leur projet de SCOP T.I (Thés et Infusions). Déjà 72 sociétaires sur un effectif de 103 salariés, des capacités de production allant jusqu’à 3000 tonnes grâce au site de l’entreprise acquis par la Communauté Urbaine de Marseille.
Continuer la lecture

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici