Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 19 - Juin 2013

 

De la démocratie active

On a tout entendu sur la démocratie et elle a connu de nombreuses variantes. Le mot seul ne signifie plus grand chose puisqu'il faut préciser : athénienne, bourgeoise, censitaire, directe, populaire, économique, avancée, délégataire, participative ….

Depuis 150 ans, l'État se cache derrière ce mot pour faire les pires choses et surtout supprimer le pouvoir des citoyens. Aujourd’hui démocratie signifie : "élisez-moi pour cinq ou six ans" et … dès le lendemain le citoyen n'existe plus. Ils le savent et sont devenus méfiant-e-s et se réfugient parfois dans l'abstentionnisme.

Pour exercer leur pouvoir, les citoyens doivent pouvoir suivre les étapes entre une question posée et une décision prise (et réalisée), donner leur avis et s’organiser pour en débattre.

C'est vrai pour le pays, l'Europe, les régions, les départements et les communes.

Prenons l'exemple des communes. Pour que les citoyens et les citoyennes aient le rôle majeur, la démocratie doit être active. Pour être plus qu’un simple mot, il faut trois éléments :

1. Des structures légales qui garantissent le droit de contrôle.

Des "assises de la ville" où les électeurs vérifient que le contrat pris est respecté, et, si les choses doivent évoluer, un lieu ou en débattre. Voir un "observatoire des engagements" (un collectif pluraliste de citoyens indépendants de la municipalité) habilité à auditionner les élus sur l’état d’avancement des engagements.

2. Des moyens réels pour exercer ce contrôle.

Ça commence par l'accès à l'information qui doit être un véritable support d’expressions pluralistes, de regards croisés et différents. Il y a la presse, les médias audio-visuels mais aussi les outils du net. Il y a aussi les affiches.

L’accès à ces médias doit être facilité : la construction même de l’information doit être ouverte aux citoyens et aux diverses associations de citoyens et, par la formation, aux techniques des médias qui ne peuvent être le seul apanage d'une caste.

Les débats doivent être libres. Pour qu’ils aient lieu, il faut des "lieux de débats" : les médias communaux en premier lieu mais aussi des salles de réunions accessibles aux associations de citoyens. Des "maisons de quartier" conçues comme des lieux de vie et de rencontre des habitants disponibles aux associations et aux citoyens. Sans oublier l'accès au Net.

La publicité sur toutes les décisions, les archives et l’obligation de comptes-rendus accessibles.
Les femmes sont trop souvent cantonnées à des activités de citoyennes subalternes. Il faut faciliter leur accès aux fonctions citoyennes. Des moyens spécifiques devraient être à leur disposition et gérés par elles.

Les jeunes sont exclus dans les structures démocratiques "légales" des questions qui les intéressent mais aussi de l’ensemble des sujets. Ils doivent trouver des lieux qui leurs permettent de construire leur citoyenneté.

3. Une volonté de rupture des élus avec les pratiques délégataires.

Dans la municipalité un conseiller (au moins) doit être chargé de la vie démocratique. Son nom et ses moyens doit être connus du conseil mais aussi des citoyens qui peuvent le contacter facilement. Il rend compte de ses activités publiquement et fréquemment.

Ces quelques exemples peuvent se décliner pour les autres structures électives.

Colette Web

 

 

Pour soutenir et participer aux activités de l'Association Autogestion,

Adhérez !

Bulletin d'adhésion

 
 

Dans le site, ces derniers jours...

pictureTunisie : des salariés de « Optimum Group Évolution » veulent se mettre en Scop

Optimum Group Évolution est une entreprise de télémarketing dont le patron a disparu sans se soucier du paiement des salaires. Situés dans une région où les luttes sociales sont une tradition, ses salariés souhaitent aujourd’hui reprendre leur entreprise sous forme de coopérative de production.
 Continuer la lecture

 
pictureLes 25 ans d’une entreprise autogérée, Ambiance bois

La météo (pluie pratiquement constante et souvent abondante) n’a guère découragé ceux qui souhaitaient participer aux festivités des 25 ans d’Ambiance bois, même si elle a sérieusement augmenté les difficultés d’organisation. Une ambiance constamment joyeuse et dynamique.
 Continuer la lecture

 
pictureArgentine : « Zanon est une tranchée dans et pour la lutte de classes »

Interview réalisé lors de sa visite en Europe Entretien. Raúl Godoy est un des dirigeants de la lutte de Zanon, une usine de carrelage de plus de 400 travailleurs en Argentine, connue aussi comme Fasinpat, acronyme de « Fabrique sans patron ». Depuis 2001, à la suite de l’occupation et de la relance de la production, l’usine est sous gestion ouvrière. Interview réalisé lors de sa visite en Europe.
 Continuer la lecture

 
pictureLes Fralib reçus à l’Elysée

Après s’être vu retoquer son troisième Plan de « Sauvegarde » de l’Emploi le 28 février dernier, le groupe Unilever adopte une position dure en arrêtant unilatéralement le paiement des salaires depuis le mois d’avril. Le conseil des Prud’hommes devra se prononcer le 6 juin. Les salariés ont été reçus à l’Elysée vendredi 17 mai. Plus que jamais, la solidarité doit s’organiser.
 Continuer la lecture

 
pictureSoirée de Solidarité avec les dispensaires sociaux autogérés grecs

Le collectif « Solidarité France Grèce pour la Santé » vous invite à une soirée conviviale avec les médecins Alexis Benos et Theodoris Zdoukos, co-responsables du Dispensaire Social Solidaire de Thessalonique :

 Continuer la lecture

 
pictureHabitat participatif: des nouvelles de plusieurs projets en France

L’habitat participatif et coopératif connaît un intérêt croissant, du fait de la crise du logement en France, des projet de loi gouvernementaux, et de la publicité dont bénéficient certaines initiatives tels que le Village Vertical dans la région lyonnaise  qui doit être livré prochainement. D’autres sont en cours et connaissent des fortunes diverses.
 Continuer la lecture

 
pictureCocesola ou l'autogestion totale

La coopérative vénézuélienne Cecosesola montre un exemple à grande échelle d’utopie autogestionaire au quotidien. De la cantine du supermarché à l’hôpital communautaire, chaque action participe à construire une société différente.
 Continuer la lecture

 
pictureVenezuela : récupérations d'entreprises, où en est-on ?

Avec l’Argentine, le Venezuela fait partie des pays où l’idée de récupération d’entreprises et de gestion par les travailleurs a été le plus discutée. Pourtant, loin d’avoir ouvert un large chemin vers l’autogestion des entreprises, le processus bolivarien a plutôt créé un sentier escarpé.
 Continuer la lecture

 
picturePourquoi les coopératives du Pays Basque se regroupent – S.Arando

Certaines régions sont connues pour regrouper un grand nombre de coopératives, par exemple, l’Emilie-Romagne ou le Pays Basque sud. Comment expliquer ces regroupements ? Les économistes qui s’intéressent au sujet évoquent des facteurs culturels, institutionnels, mais aussi les avantages indirects de se regrouper entre entreprises coopératives (ce qu’ils appellent des « externalités »). 
Continuer la lecture

 

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici