Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 20 - Juillet 2013

 

Les Vio.Me. et les Fralib

Une petite usine de 38 travailleurs basée à Thessalonique défraie la chronique. Une histoire banale dans un pays en crise : un groupe en faillite qui a ruiné sa filiale, des patrons aux abonnés absents, des salaires impayés depuis des mois. Alors, les salariés occupent l'usine et quelques mois plus tard, comprenant qu'ils ne sont plus que des ex, décident de relancer l'activité en reprenant la production, en devenant maître de leur travail. Et ils s'interrogent sur le sens du travail ordonné par les patrons, sur le sens d'un travail libéré : ils le veulent socialement utile, ils remettent en cause la toxicité de la production antérieure. Tout cela, c'est l'histoire de Vio.Me. à l'exemple de nombreuses entreprises latino-américaines et tout particulièrement argentines.

Pourtant, il y a du nouveau dans Vio.Me. Cette entreprise est la seule dans ce cas en Grèce et comme telle, elle apparaît à la population locale comme un joyau de courage qu'il faut à tout prix soutenir. Ils fabriquaient des colles et dissolvants pour le bâtiment, ils produisent désormais des produits d'entretien écologiques et à bas coût. Lorsqu'en février de cette année, ils ont relancé la production, trois jours de manifestations massives couronnées par un concert géant se sont déroulées à Thessalonique.

Naomi Klein, l'auteure canadienne de La stratégie du choc et de No logo, la réalisatrice du film "The Take" (sur les entreprises récupérées argentines) est venue. L'entreprise n'étant toujours pas régularisée et mercredi 26 juin, ses 38 ex-salariés ont lancé un appel à manifester et à agir auprès de toutes les préfectures du pays et les ambassades à l'étranger.

Pourquoi autant de soutiens ? Parce que dans la Grèce en crise, ils sont un symbole, celui d'une alternative à l'ordre ancien qui a endetté ce pays dans l'opacité la plus totale avec des financiers avides de taux d'intérêt élevés, ils représentent la transparence, les forces du travail capables de reprendre en main leur avenir. Cette volonté de poursuivre la production coûte que coûte est le symbole de cette Grèce qui veut vivre. C'est sans doute ici l'explication de cet immense soutien qu'un homo economicus jugera sans doute disproportionné.

Ils ont rencontré les Fralib au milieu du mois de juin à l'initiative de l'Association Autogestion. Deux pays, deux propriétaires, deux situations, mais l'objectif est le même. En France, un pays moins touché par la crise, Unilever, une multinationale florissante, veut volontairement fermer une usine. Les salariés ont réussi pendant plus de deux ans à s'opposer et à maintenir leur salaire. Par contre, l'orientation est la même. Leur projet de reprise en SCOP intègre une remise en question de la finalité de la production avec une exigence de retour sur la qualité et l'écologie.

L'épreuve de force se profile à l'horizon. Unilever a unilatéralement cessé de payer les salaires depuis avril 2013. En contradiction avec la décision du Tribunal d'instance qui l'invitait à présenter un quatrième plan "social" (les trois premiers ont été retoqués), elle veut étouffer les salariés avec son arme de destruction massive : l'argent. Alors, comme la population de Thessalonique, mobilisons-nous pour faire céder Unilever.

Ce vendredi 28 juin, les Fralib organisaient un Carrefour des luttes. De nombreuses entreprises étaient présentes : Arcelor Mittal, Pilpa, Clément Faugier, Bonduelle, Yoplait, Bel, Continental Nutrition, Moulins Maurel, Saint Louis sucre, Grands Moulins de Strasbourg, Kronenbourg, Salvesen, Nestlé, Jacquet, Madrange, Knorr, Chocolaterie de Bourgogne, Brasserie de Champigneulles, Vilmorin, Téréos, ISS, la réparation navale, les Ports et Docks, Kem One, Lyondel Basel, La Centrale de Gardanne, Sanofi, Véninov, Kleber, Ford, Grand Conseil de la Mutualité, Virgin...
Sujet central : l'appropriation sociale comme réponse pratique à un capital qui délocalise et refuse d'investir dans les hommes et les femmes de notre pays, dans nos régions.

À la rentrée, un nouveau carrefour des luttes aura lieu le 5 septembre à Sisteron à l'invitation des Sanofi. Ce mouvement devra converger avec celui naissant sur les retraites. La même question est en jeu : se passer des profits pour répondre aux revendications de créations d'emplois et de retraites dignes. C'est bien d'appropriation sociale dont nous parlons.

C'est la voie qu'empruntent les Fralib et bien d'autres encore. Il est essentiel que les Fralib ne soient pas seuls dans cet affrontement avec cette multinationale. Durant l'été, notre solidarité financière doit se renforcer ; l'ensemble des marques d'Unilever doivent être boycottées.



Rendez-vous à la rentrée
pour une nouvelle année de luttes
pour, tous ensemble, reprendre en main notre avenir.

Colette Web

 

 

Pour soutenir et participer aux activités de l'Association Autogestion,

Adhérez !

Bulletin d'adhésion

 
 

Dans le site, ces derniers jours...

pictureExtraits du dictionnaire de la Commune

Associations ouvrières de production. Elles avaient pour but de substituer à la méthode traditionnelle de production, effectuée au bénéfice d’un patron, des associations d’ouvriers appartenant aux mêmes corps de métier et vendant directement, et pour leur compte, leur production.
 Continuer la lecture

 
pictureZanon : Débat avec Raúl Godoy

A l’initiative du NPA, une conférence débat s’est déroulée jeudi 16 mai 2013 à la librairie Résistances autour de Raul Godoy, figure emblématique de la lutte des Zanon, ancien secrétaire général du syndicat céramiste et député ouvrier au parlement provincial de Neuquén (Argentine). Environ 140 personnes étaient réunies à cette occasion.
 Continuer la lecture

 
pictureAutopromotion, habitat groupé, écologie et liens sociaux- Bruno Parasote

Ce petit ouvrage très clair et bien illustré propose une synthèse sur l’habitat participatif et de nombreux conseils pratiques pour ceux qui seraient tentés par ce type d’aventure. On parle d’habitat participatif lorsque des individus s’associent pour concevoir eux-mêmes et/ou gérer ensemble un groupe de logements.
 Continuer la lecture

 
picture26 Juin : Journée internationale de solidarité avec la lutte des travailleurs de Vio.Me.

La lutte des travailleurs de Vio.Me. est désormais une longue histoire mais elle est aussi un combat d’avenir. C’est l’histoire d’une usine abandonnée par ses employeurs, oubliée par l’État et le gouvernement, et ignorée des bureaucraties syndicales.
 Continuer la lecture

 
pictureProjet d’un secteur industriel entièrement autogéré aux États-Unis

Le document que nous publions ici 1 est paru pour la première fois en français en novembre 1975 dans le numéro 32 de la revue Autogestion. Traduit par Jacqueline Pluet et Olivier Corpet qui avaient coordonné ce numéro, il s’insérait dans un ensemble dont le sommaire mérite d’être rappelé :
 Continuer la lecture

 
pictureHabitat participatif: des nouvelles de plusieurs projets en France

L’habitat participatif et coopératif connaît un intérêt croissant, du fait de la crise du logement en France, des projet de loi gouvernementaux, et de la publicité dont bénéficient certaines initiatives tels que le Village Vertical dans la région lyonnaise  qui doit être livré prochainement. D’autres sont en cours et connaissent des fortunes diverses.

Partie 1  Continuer la lecture

Partie 2 Continuer la lecture

 
pictureLa télé publique grecque relancée sous forme de Web TV

Le gouvernement Grec a fermé brutalement la télévision publique ERT licenciant sans préavis 2656 personnes. Cette mesure s’inscrit dans les plans d’austérité imposés par la Troïka exigeant immédiatement la suppression de 2000 emplois publics. Les travailleurs d’ERT ont décidé de continuer leur activité sous la forme d’une Web TV déjà largement suivie en Grèce.
 Continuer la lecture

 
pictureLIP : Un autre 18 Juin. Bon anniversaire !

Le 12 juin 1973, se réunit dans l’usine horologère Lip, à Besançon, un comité d’entreprise extraordinaire qui s’avère mouvementé.  Dans la serviette de l’un des dirigeants, les ouvriers découvrent que la décision de « dégager » (traduisons: licencier) 480 salariés est déjà prise.  Un administrateur de la société est sequestré une nuit, et le site de Palente est occupé. Les 600 salariés décident de mettre à l’abri un « trésor de guerre », constitué en gage avec un stock de 25 000 montres… caché au presbytère.
 Continuer la lecture

 
pictureAwra Amba : Marinaleda en Éthiopie ?

En plein pays Amhara, la communauté d’Awra Amba détonne dans le paysage local. Fondée en 1974 par un visionnaire qui refusait l’inégalité des sexes, la maltraitance des enfants et l’obligation d’une religion, cette communauté est aujourd’hui composée de 400 personnes. Bien que cette expérience s’inscrive dans la tradition du socialisme utopique, l’organisation de ses institutions n’est pas sans rappeler le village de Marinaleda en Andalousie.
Continuer la lecture

 
pictureAlterSummit : l’autre Europe

Réuni à Athènes les 7 et 8 juin 2013, l’AlterSummit est un rassemblement de syndicats et de diverses associations unis autour d’un Manifeste pour une autre Europe, démocratique, sociale, écologique et féministe. Cette démarche est à relier avec l’opposition toute nouvelle des syndicats européens au dernier Traité européen sur la stabilité.
Continuer la lecture

 
pictureJeudi 20 juin : soirée-débat autour de Vio.Me, une usine grecque récupérée par ses salariés

avec Makis Anagnostou,
porte-parole des travailleurs de Vio.Me.
Jeudi 20 juin à 19h
à la librairie Résistances
4 Villa Compoint, 75017 Paris
Continuer la lecture

 

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici