Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 29 - Mai 2014

 

La politique industrielle

énergétique est un marigot

Dans le très grand marigot de l’Europe et des Etats-Unis, il y a là d’énormes crocodiles — Alstom, Siemens et General Electric — qui se guettent avec appétit : ils sont impressionnants et ont revêtu leur plus belle tenue d’enfants innocents. Sur la berge, les habitants regardent avec effroi le spectacle. Dans la tribune des personnalités, on trouve quelques autres alligators et gavials, comme Areva par exemple, qui voudraient bien prendre un peu d’eau. Il y a aussi des économistes qui supputent et pronostiquent la suite de cette bataille de caïmans à ciel ouvert et la plupart des journalistes du marché qui racontent, racontent, racontent. Sur le marigot, dans une barque qui prend l’eau, il y a Montebourg en personne qui pleure des larmes de crocodile et Valls et Hollande qui sont cachés derrière un rideau.

Qui va les croquer ?

Les spectateurs sont tétanisés et ne savent pas qui va les croquer. Le monde entier est attentif car l’enjeu est colossal pour les travailleurs de ces trois industriels, pour les consommateurs d’énergies, c’est-à-dire vous et moi, et aussi pour tous les citoyens de France, d’Europe et peut être d’ailleurs. Il y va de l’avenir de tout le continent mais personne n’ose le dire et personne ne donne la parole aux travailleurs, ni aux consommateurs et encore moins aux citoyens.

Voilà ce qui nous arrive et c’est un spectacle édifiant sur la réalité de ce monde. On a dit, avec raison, pis que pendre sur les capitalistes financiers qui avaient cassé la baraque il y a sept ans et du coup, on avait remisé les capitalistes industriels aux rayons des farces et attrapes comme de gentils joueurs de seconde division. Cette affaire les ramène sous les projecteurs à coup de dizaine de milliards d’Euros. Tout compte fait, ils ne sont pas très beaux non plus.

Résumons les affaires : des dizaines de milliers de salariés en France et en Allemagne et le double aux Etats-Unis ; la politique industrielle énergétique de toute l’Europe est en jeu. Montebourg a pleuré devant l'assemblée nationale parce que le patron d’Alstom lui aurait menti. Il s'était pris à croire ces crocodiles mais cette fois, c'est bien fini il n'y croira plus.

Qui doit trancher entre Siemens et Général Électrique ?

Trêve de crocodiles et de grands fauves c’est aux producteurs, aux consommateurs et aux citoyens de définir la politique énergétique dont ils ont besoin. Un vrai débat doit être mis en place en France et dans toute l’Europe qui prenne en charge tous les aspects de cette affaire et pas seulement les profits des uns ou des autres.

À l’heure où les questions écologiques viennent au premier plan, peut-on laisser les salariés d’Alstom, les consommateurs d’énergie d’Europe et du monde et les citoyens à la remorque de Siemens ou de General Electric. La réponse est dans la question.

À l’heure des élections européennes, cette fusion-acquisition peut-elle se régler entre un gigantesque groupe américain et un groupe allemand pour savoir lequel croquera Alstom, ses salariés, ses consommateurs et l’ensemble des citoyens du monde qui consomment de l’énergie c'est à dire, je le répète, vous et moi.

Quid du débat sur le traité TAFTA (GMT) qui impactera directement l’avenir d’Alstom. On n’ose imaginer ce qu’il en sera avec la (future ?) signature de ce traité ?

Nous vivons en spectateurs les mégas fusions dans les médicaments, le téléphone et les ciments, et bien d’autres encore. Il est temps de prendre en charge l’avenir de tous ces secteurs. Ils sont à exproprier et à socialiser dans le cadre d’un plan industriel débattu par tous. C’est un minimum démocratique, parole de partisanne de l’autogestion !

Colette Web

 

Sur le site, ces derniers jours...

pictureDe la coopérative vers l’appropriation sociale

Les projets de reprise d’entreprise par les salariés sous forme coopérative se multiplient. Longtemps ignorée par le mouvement ouvrier, la coopérative de travail redevient à la mode. Cette évolution correspond à une aspiration nouvelle des salariés et participe à la construction  d’un projet politique. On aurait tort de se contenter de regarder ce mouvement d’une façon sympathique sans se saisir de sa portée transformatrice.
Continuer la lecture

 
pictureL’extraordinaire histoire de la coopérative ouvrière L’Égalitaire (1876-1914)

Au lendemain de la sanglante défaite de la Commune de Paris, le mouvement ouvrier cherche les voies de sa reconstruction. Les coopératives ouvrières de production ou de consommation en sont un des moyens. Pourtant, celles-ci font l’objet d’âpres débats entre ceux qui défendent cette forme d’auto-organisation sociale et économique et ceux qui la dénoncent comme illusoires. L’histoire de la coopérative L’Égalitaire dans le 10e arrondissement de Paris illustre tous les enjeux de ce débat qui n’est pas sans ressembler à celui qui existe de nos jours autour de l’autogestion. Continuer la lecture

 
pictureL’Institut Tribune Socialiste. Interview de Jacques Sauvageot

Le PSU, (Parti socialiste unifié), fondé en 1960 et auto-dissous en 1989, a joué un grand rôle dans la réflexion et la diffusion des thèmes liés à l’autogestion. C’est pour faire connaître, et (re)vivre ces acquis – ce qui n’interdit pas de les soumettre à la critique du temps – que se sont constitués l’association des Amis de Tribune socialiste (nom du journal du PSU), puis l’Institut Tribune socialiste.     Continuer la lecture

 
picturePlus de 60 entreprises récupérées en trois ans en Argentine

La quatrième enquête nationale sur les entreprises récupérées par les travailleurs (ERT) réalisée par le programme « Faculté ouverte » de l’université de Buenos Aires confirme que le mouvement argentin des entreprises récupérées s’inscrit dans la durée. Depuis 2001, plus de 300 entreprises en faillite ou abandonnées par leurs propriétaires ont été reconverties par leurs ancien-ne-s travailleur-se-s et parmi elles, 60 l’ont été sur les trois dernières années. Si l’incertitude juridique autour de ces processus reste forte, il apparait que la voie de la récupération par les salariés reste une option valide de plus en plus soutenue par les syndicats. Continuer la lecture

 
pictureFablabs, impression 3D, makerspaces: quelques actualités

L’association suit l’actualité de la ré-appropriation des sciences et techniques, des fablabs et des micro-unités production. Dans cet article, nous passons en revue quelques événements à venir, et des documentaires videos sur l’impression 3D, le mouvement « maker », etc….
  Continuer la lecture

 
pictureUsines autogérées en Égypte

Lassés de l’inaction du gouvernement concernant la renationalisation de leurs entreprises, pourtant validée par la justice, de nombreux travailleurs ont tenté de prendre les choses en main par des expériences d’autogestion ouvrière – ce qui les a amené à constater que le gouvernement s’opposait activement à leurs efforts.
Continuer la lecture

 
picture16 avril 1871, un « décret de principe » de la Commune

« La révolution du 18 mars aurait plus fait pour les travailleurs que jusqu’alors toutes les assemblées bourgeoises de la France depuis le 5 mai 1789».

C’est le lundi 17 avril 1871 que parait au Journal officiel de la République française édité par la Commune de Paris le « Décret de convocation des chambre syndicales ouvrières », adopté à l’unanimité (moins une voix) par la Commune de Paris lors de sa séance du 16 avril.  Continuer la lecture

 
pictureLip: Charles Piaget et Monique Piton racontent

Lors d’une réunion qui s’est tenue le 16 novembre 2013 à Besançon dans le cadre des 40 ans de Lip, Charles Piaget et Monique Piton, deux anciens porte-paroles de cette lutte emblématique racontent l’histoire de ce conflit. Charles Piaget reprend en détail les différentes étapes de la première partie du conflit lip (1973-1974) tout en donnant un éclairage parfois personnel de certaines de ses étapes. Monique Piton souligne la faiblesse de la prise en compte du féminisme dans cette lutte tout en considérant que cette première lutte avait été enthousiasmante. Son appréciation de la deuxième phase du conflit (1976-1977) est beaucoup plus réservée… Continuer la lecture

 
pictureJedinstvo Novo, Croatie : une usine autogérée sur les ruines d’un géant yougoslave

Jedinstvo, une ancienne entreprise industrielle de la Yougoslavie titiste a été reprise en main par le gouvernement croate au moment de la guerre pour être ensuite privatisée. Après la banqueroute de l’entreprise sous fond de spéculation immobilière, quelques travailleurs occupent une partie de l’usine et fondent Jedinstvo Novo. Action désespérée de travailleurs vieillissants ou au contraire relance d’un processus autogestionnaire ? Tel est l’enjeu de cette expérience.  Continuer la lecture

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici