Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 34 - Novembre 2014

 

Barrage de Sivens :

les "opposants" ont raison


Remi Fraisse est mort, frappé par une grenade offensive, dans le dos !

Et pourtant cette mort était évitable, ainsi que les blessures et lésions des autres victimes du barrage. Oui, le barrage n’était pas encore construit qu’il a déjà fait des victimes, et la responsabilité – au-delà de celle des forces de police et de gendarmerie engagées - est avant tout celle de la politique menée à marche forcée, par celles et ceux qui avaient de toutes façons décidé de ne même pas écouter, entendre, étudier les arguments des « opposants ».

D’un côté, un circuit technocratique d’expertises douteuses, aboutissant au vote quasi-unanime d’élus d’un conseil général qui pour la plupart n’ont pas eu l’honnêteté de demander du temps pour étudier un dossier qu’ils ne maîtrisaient pas. Ah, l’élu omniscient qui ne sait pas dire « je ne sais pas », « je vais réfléchir », « je vais consulter », à commencer par consulter ses propres administrés et pas simplement la soixantaine de bénéficiaires du barrage, petite minorité mais très influente. Et l’exécutif, départemental comme national, d’accélérer la cadence pour terminer à temps et ne pas perdre les subventions européennes ! Car ils ont risqué la vie et la santé de leurs mandants pour garantir l’encaissement de l’argent de Bruxelles !

Une autre voie était possible, c’était de s’en remettre à la population, de discuter, la consulter, lui confier la décision. Car là – contrairement aux calomnies – était la responsabilité ! Là où les institutions ont failli – ce qu’elles reconnaissent elles-mêmes aujourd’hui, un peu tard, un homme trop tard – l’alliance nouée par les habitants, les forces sociales dans l’opposition au projet de barrage, a montré les capacités d’organisation, de discussion, d’expertise.

L’expertise et la connaissance du terrain par les habitants

S’il y a eu « violences », c’est d’abord à la surdité des pouvoirs publics qu’on le doit. Le travail fourni par le mouvement, en son sein, a été mille fois plus sérieux, approfondi. L’expertise pratique de la connaissance du terrain par les habitants, liée au savoir accumulé aussi bien à l’université que dans l’école de l’expérience des luttes et des débats par des centaines d’individus, de militants, vaut mille fois plus que toutes ces conclusions apportées par les « gens responsables », sans transparence aucune. Et on retrouve là ce qu’on avait vu à plus grande échelle en 1968, dans les commissions de réforme de l’université, les comités d’action de quartier, ce qu’on retrouve aussi dans les grèves comme dans les contre-propositions des syndicats, des comités d’entreprise : la capacité créatrice des femmes et des hommes qui savent qu’il n’y a pas de meilleure garantie pour l’avenir que de le prendre en mains soi-même.

Les "opposants" ont raison de refuser ces choix absurdes

Les choix de ces élus incompétents et de l'État qui reconnaît avoir bâclé le sujet les rendent illégitimes. Devant une telle faillite les "opposants" ont raison de refuser ces choix absurdes.

Puisque la ministre de l’écologie, c'est-à-dire le gouvernement, reconnaît que le projet a été bâclé, et qu’il n’aurait pas dû être, il faudrait qu’ils en tirent les conséquences. Non qu’ils laissent la place en tant qu’individus pour de « plus compétents », mais que ce système et ces institutions qui ont fait faillite laissent la place à autre chose, à ce qui se créée au jour le jour dans ces luttes qui loin d’être « passéistes » sont justement une alternative.

Colette Web

 

Sur le site, ces derniers jours...

pictureNice-Matin devient une coopérative !

C’est finalement le projet de coopérative présenté par les salariés de Nice-Matin qui a été retenu par le Tribunal de commerce. Une solution qui préserve le maximum d’emplois et garantira une certaine  indépendance du titre. Dans le contexte de crise de la presse écrite, le lien avec les lecteurs sera essentiel. Le choix de la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) comme forme juridique prend tout son sens dans ce contexte.
Continuer la lecture

 
picture« L’économie des travailleur-se-s », une rencontre sud-américaine porteuse de perspectives

La première rencontre sud-américaine de « L’économie des travailleur-se-s » s’est tenue les 3 et 4 octobre en Argentine. Elle s’inscrivait dans le prolongement de son homologue européenne réunie à Gémenos début 2014 et précédait celle de la région nord et centre-américaine / Caraïbes prévue les 7 et 8 novembre prochains à Mexico. L’objectif est désormais de réussir la convergence de ses trois initiatives régionales à l’occasion de la prochaine rencontre internationale biennale qui se déroulera dans l’usine VTELCA (Venezolana de Telecomunicaciones) à Punto Fijo au Venezuela en juillet 2015.
 Continuer la lecture

 
pictureSET : La coopération contre la délocalisation d’une technologie

Décembre 2012, une société savoyarde de haute technologie était reprise en SCOP par ses salariés au nez et à la barbe d’un groupe multinational qui aurait probablement délocalisé le savoir-faire. Alors que le mouvement coopératif est parfois décrié comme ringard et vieillot, c’est la mobilisation de ses outils financiers qui a permis de maintenir localement une technologie de pointe.  Continuer la lecture

 
pictureAutogestion, un rebond du débat

Le 9 octobre dernier, nous avons publié  sous l’intitulé « Autogestion? oui mais » ou « L’autogestion justement! » un texte de Samy Johsua auquel répondait un texte de quatre membres de l’association pour l’autogestion, Gilbert Dalgalian, Claude Kowal, Catherine Samary, Patrick Silberstein. Cette réponse a suscité un rebond. Ci-après nouvel et dernier épisode, qui ne clôt certes pas le débat, mais cette première saison.  Continuer la lecture

 
pictureRiMaflow veut vivre ! Appel à soutien

Nous publions ici un appel à soutien financier à la RiMaflow, une ancienne usine de pièces automobiles de Milan qui est actuellement occupée par ses salariés. Depuis plus d’un an, ceux-ci ont développé un plan de reconversion de l’usine vers des activités de recyclage, de conditionnement de produits alimentaires ainsi que des espaces de culture et de vie. Ils ouvrent aujourd’hui une souscription pour acheter une machine de compression d’air d’un montant de 15 000 euros.
Continuer la lecture

 
pictureFontanille SCOP, au-delà de la défense de l’emploi…

Fontanille SCOP achève son deuxième exercice après sa reprise en SCOP. Située au Puy-en-Velay et spécialiste du ruban siliconé pour bas auto-fixants, cette entreprise fondée il y a 150 ans a souffert de l’ouverture du secteur textile à la concurrence internationale pour connaître une liquidation en 2012. Pourtant 46 anciens salariés ont décidé de reprendre l’entreprise pour maintenir l’emploi. Un pari difficile et risqué, certes, mais qui est loin d’être perdu, renforcé par la forme démocratique de la coopérative qui préfigure un tout autre rapport au travail. Continuer la lecture

 
pictureAlgérie : Echos de la commune libre de Barbacha

Barbacha – Iberbacen, en Tamazight – est une région de la petite Kabylie, autogérée par ses habitant.e.s. depuis fin 2012. « Barbacha n’est qu’une petite mechta marginalisée de toutes les richesses de l’Algerie . C’est un bled pauvre. C’est une région montagneuse, on n’a pas de pistes, pas de routes » raconte Da Taieb, un ancien de la commune. Comme dans d’autres régions, les paysan.ne.s et les ouvrier.e.s de Barbacha combattent quotidiennement pour une vie digne face à toutes les formes d’exploitation et d’oppression que leur imposent l’Etat et le capitalisme. Mais à Barbacha, autre chose s’invente.  Continuer la lecture

 
pictureEnquête « Qualité des relations sociales dans les SCOP » de Rhône-Alpes 2/2

Nous poursuivons dans cet article notre fiche de lecture du rapport sur les SCOP de la région Rhône-Alpes publié en 2013 par une équipe d’universitaires de Grenoble et Lyon (H.Charmettant, J.-Y.Juban, N.Magne, Y.Renou, G.Vallet). Dans ce second volet, nous résumons très rapidement les chapitre V et suivants qui traitent notamment de la diversité des 40 SCOP ayant répondu à l’enquête. Continuer la lecture

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici