Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 37 - Février 2015

 

Les multinationales doivent

payer la dette grecque


Syriza a gagné les élections. Contrairement à 2005 où les partisans du non étaient les parias des médias, Tsipras est désormais le chouchou. Tous reconnaissent que la victoire de Syriza marque l’échec des politiques de la Troïka qui, plutôt que d’alléger la dette, n’ont fait que l’augmenter. Elle représente désormais 177 % du PIB et continuer dans cette voie ne peut mener qu’au défaut de paiement. La renégociation de la dette grecque ne fait plus de doute. Angela Merkel a préféré de ne pas commenter cette victoire. Une autre époque s’ouvrirait-elle pour l’Europe ?

Notre site a publié de nombreux articles sur les diverses initiatives autogestionnaires des grecs, tant dans la santé que dans les entreprises ou les médias. Nous y reviendrons mais ce foisonnement était au minimum le signe d’une montée de la conscience.

Le programme de Syriza en trois points.

  • Stopper l’austérité en restaurant le salaire minimum d’avant crise, rétablir un 13e mois pour les retraites inférieures à 700 euros, fournir l’électricité gratuite pour 3 millions de ménages aux ressources faibles et assortissant le tout d’un programme de travaux publics pour créer 300 000 emplois…
  • Négocier avec les créanciers. 25 % sont des créanciers privés et le reste est détenu par les États-membres de l’Union européenne, ce qui laisse à penser que risque systémique semble donc écarté.
  • Mettre un peu d’ordre dans les finances publiques, lutter contre la corruption et mettre la très riche église orthodoxe à contribution ainsi que les armateurs.

Ces trois volets sont complémentaires. La fin de l’austérité doit donner un coup de fouet à l’économie. Conjuguée à la lutte contre la corruption et une fiscalité plus équitable, tout ceci facilitera de meilleures rentrées fiscales. La renégociation de la dette permettra d'alléger le fardeau qui pèse sur les finances publiques.

Quelle sera l’incidence de chacune de ces mesures dans le rétablissement ? C’est l’inconnu et nul ne sait si un équilibre va être trouvé qui permettra d’entrer dans un tel cercle vertueux. Le coût du plan est de 12 milliards de dépenses budgétaires. La Grèce doit rembourser 12 milliards au FMI et à la BCE d’ici à la fin de l’été mais 7,2 milliards en provenance du FMI et de la BCE étaient prévus pour juillet.

Un vrai bras de fer

Le gouvernement grec veut rester dans la zone euro et ne pas faire "défaut". Les créanciers, pour la plupart les pays de l’UE, insistent sur le "respect des engagements pris" en évoquant de vagues rééchelonnements, des baisses de taux d’intérêt mais pas d'effacements. En bref, on ne change pas grand-chose alors que les plans de rigueur ont totalement échoué.

Élu dimanche, majorité lundi matin, premier ministre lundi après-midi, gouvernement mardi, réunions et décisions qui appliquent le programme mercredi. Siriza est à l'offensive et l'UE s'affole.
La relance grecque sera-t-elle possible et suffisante pour honorer les échéances ?

Syriza mise sur une relance de l’économie par une croissance des revenus. Dans l’esprit de Keynes, un déficit budgétaire immédiat n'a pas d'importance si il permet de relancer l’économie et de procurer demain de nouvelles ressources fiscales pour combler le déficit antérieur. Or depuis l'après-guerre, l'histoire nous apprend que les déficits antérieurs ont le plus grand mal à être comblés.

Les créanciers privés se sont « fait la malle » en transférant le fardeau sur les États par le rachat des dettes. Si les grecs « ne payent pas », ce seront alors les français et les allemands qui « paieront à leur place ». Ce discours vise à dresser les peuples les uns contre les autres et à la dislocation de l’Union européenne.

Il faut revenir sur l'origine de cette dette. Celle-ci a permis aux grandes entreprises de l'Union européenne de vendre des produits et services (voitures, armements, infrastructures...) en Grèce en réalisant des profits durant de nombreuses années. Il est donc urgent que les actionnaires reprennent à leur charge cet endettement insupportable des États européens. Il est possible que cela mette ces entreprises en difficulté. La reprise en autogestion de ces entreprises par les salariés des différents pays européens ne serait-elle pas alors la solution ?

Colette Web

 

Assemblée générale de l'Association Autogestion

Samedi 14 février 2015 de 11h à 17h

Au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, 75020 Paris

Ordre du jour :

  • Rapport d’activité
  • Rapport financier
  • Perspectives futures
  • Amérique latine et rencontres de l’économie des travailleur-se-s
  • Droit du travail, droits des travailleurs, autogestion
  • Grèce : quel avenir pour les initiatives auto-organisées après la victoire de Syriza ?

 

Afin de soutenir et de participer au développement de l'Association Autogestion,

Adhérez pour l'année 2015

 
 
 

Sur le site, ces derniers jours...

pictureThomas Piketty interviewé par Pablo Iglesias

Interview  le 18 janvier 2015 de l’économiste Thomas Piketty sur la chaîne « la Tuerka » , proche du parti Podemos, qui émet sur Internet depuis 2010. Au cours de cet entretien entre P.Iglesias et T.Piketty, de nombreux thèmes développés dans le livre « Le Capital au XXIème siècle » sont évoqués. Plusieurs questions, plus directement liées à l’actualité de l’Etat Espagnol -et au programme de Podemos en particulier- sont également abordées dans la seconde partie de l’émission (impact catastophique de l’austerité, corruption généralisée des élites politiques et économique, dette et surendettement des ménages, revenu minimum,…).
Continuer la lecture

 
pictureVers une gestion coopérative de l’eau

Jean Huet, militant de l’économie sociale et co-président de la fédération Artisans du Monde, vient de publier un livre proposant l’utilisation de la forme juridique SCIC dans la gestion de l’eau. S’inspirant des travaux d’Elinor Ostrom sur les biens communs, l’auteur propose deux applications associant les différentes parties prenantes : la distribution de l’eau et la prévention en amont des pollutions. Quoique cette forme juridique ait quelques limites pour la construction de véritables communs, on partage avec l’auteur l’idée que les rapports de coopération sont supérieurs aux rapports marchands et les seuls capables d’apporter des solutions à la crise sociale et écologique que nous connaissons. Continuer la lecture

 
pictureLoin de l’agrobusiness, une coopérative favorise l’alimentation solidaire et l’économie locale

Structurer une filière de l’alimentation locale et biologique, depuis la transformation jusqu’à la distribution des aliments. C’est tout l’enjeu du Groupement régional alimentaire de proximité (Grap), une coopérative lyonnaise autour de laquelle gravitent des épiceries, des magasin de producteurs, des restaurants, des boulangers… Ensemble, ils mutualisent des moyens, s’entraident, se forment, le tout dans un état d’esprit d’économie solidaire. Et lancent de nouveaux projets avec la volonté que la consommation responsable change d’échelle. Reportage auprès de professionnels engagés.
Continuer la lecture

 
pictureHélio-Corbeil : refuser le déclin

Spécialisés dans l’héliogravure, marché économiquement sinistré, échaudés par les aléas des rachats et restructurations du secteur, les salariés d’Hélio-Corbeil ont choisi de rependre leur entreprise en SCOP en février 2012. Si la route est difficile, la démocratie au travail permet de se repenser et d’envisager d’autres futurs que le chômage et la fin d’une filière.
Continuer la lecture

 
pictureCes « entreprises partagées » où s’invente une nouvelle forme de travail

Nombreux sont ceux qui rêvent de lancer leur propre activité économique et de redonner du sens à leur travail. Beaucoup moins sont prêts à devenir entrepreneurs. En France, 5 000 salariés ont choisi la solution de la Coopérative d’activité et d’emploi (CAE), une « entreprise partagée » où se côtoient télé-secrétaires, menuisiers, designers, et même boulangers. Elle appartient à ses entrepreneurs-salariés, et mutualise services administratifs ou formations. Une alternative à l’auto-entrepreneuriat et ses possibles dérives ?
Continuer la lecture

 
pictureDroit d’expression des salariés : une histoire encore d’actualité ?

Dans la dynamique de mai et juin 1968, les aspirations au contrôle et à l’autogestion se reflètent au sein même du mouvement syndical. CFDT d’abord, puis CGT, revendiquent des « conseils d’atelier et de bureau ». Après la victoire de François Mitterrand à la présidentielle de mai 1981, une majorité de gauche (socialistes, communistes et radicaux de gauche) arrive à l’Assemblée nationale et au gouvernement. Deux ministres sont concernés par ces questions : le ministère du Travail avec Jean Auroux dont le nom va rester associé aux « lois Auroux », et le ministère de la Fonction publique avec Anicet le Pors et sa loi de « démocratisation du secteur public ».
 Continuer la lecture

 

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici