Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 39 - Avril 2015

Pour que vive

l'internationalisme


La publication en France du livre d'Andrés Ruggeri sous le titre « Occuper, résister, produire, Autogestion ouvrière et entreprises récupérées en Argentine » aux éditions Syllepse arrive à point nommé pour rappeler que le phénomène de récupération d'entreprises en Argentine n'est pas qu'un lointain souvenir de la crise de 2001 et qu'il s'est ancré durablement dans la réalité de la classe ouvrière de ce pays . Qu'en perdurant, « le phénomène est devenu "processus" au sens de « modalité réitérée d'action des ouvriers » comme l'atteste de nouveau la dernière enquête de l'université de Buenos Aires, démontrant ainsi que les récupérations se poursuivent.

Car le travail de recherche sur le processus argentin réalisé par l'équipe du programme Facultad Abierta de l'université de Buenos Aires et dirigé par Andrés Ruggeri, joue un rôle essentiel dans l' « essaimage » des expériences en Amérique latine et au-delà. Il donne à voir que ce que les travailleur-se-s argentin-e-s ont pu démontrer en refusant la logique financière et la fermeture de leurs entreprises est possible ailleurs. Que grâce à la solidarité et la ténacité, il est possible de freiner la voracité de la logique capitaliste et de questionner la sacro-sainte propriété privée. Leur exemple a d'ailleurs fini par traverser les océans, comme en témoigne l’apparition d’entreprises récupérées par les travailleur-se-s en Europe, telles que Vio.me en Grèce, Rimaflow en Italie ou SCOP TI (ex-Fralib) et la Fabrique du Sud (ex-Pilpa) en France. Mais l'équipe de Facultad abierta ne s'est pas contentée d'investiguer sur le processus argentin et, dès 2007, elle a initié les rencontres de l' « Économie des travailleur-se-s », préfigurant la constitution d'un réseau international, qui n'a cessé dès lors de s'étoffer.

Conçues comme des espaces de débat et d'articulation entre des travailleur-se-s, des chercheur-se-s et des militant-e-s sociaux et politiques, autour des problématiques qui concernent les luttes des travailleurs pour l'autogestion, les rencontres internationales de l’Économie des travailleurs permettent l'échange, le partage et la transmission d’expérience. Car les mouvements de reprise d’entreprises se déploient non seulement dans la pratique mais ils sont également porteurs de théorie. S’ils constituent un champ de recherche et d’observation relativement récent, celui-ci s’appuie avant tout sur la lutte quotidienne des travailleurs. Il est donc essentiel d'articuler les pratiques des entreprises récupérées et les apports des chercheur-se-s.

La Ve rencontre internationale de l’Économie des travailleur-se-s se tiendra à Punto Fijo au Venezuela du 22 au 26 juillet. Soucieuse de contribuer à l'envoi d'une délégation française significative (travailleur-se-s d'entreprises récupérées, syndicalistes et autres acteur-trice-s de l'autogestion) à cette rencontre, l'Association Autogestion, structure co-organisatrice, en a fait une priorité pour 2015. Au regard de ses faibles capacités financières, elle a décidé de lancer une souscription pour aider à financer des voyages au Venezuela. Ce défi ne se pourra être relevé que grâce à votre contribution...

Nous comptons sur votre solidarité !

Colette Web

pictureSouscription pour la rencontre de l’économie des travailleurs au Venezuela

La prochaine rencontre internationale biennale de l’Économie des travailleuses et des travailleurs se déroulera dans les locaux de l’usine VTELCA (Venezolana de Telecomunicaciones) à Punto Fijo au Venezuela du 22 au 26 juillet 2015.
Continuer la lecture

Sur le site, ces derniers jours...

picture« Occuper, résister, produire » : la préface

La version française du livre « Occuper, résister, produire, Autogestion ouvrière et entreprises récupérées en Argentine » sort aujourd’hui en librairie. Ecrit par Andrés Ruggeri, anthropologue et sociologue à l’Université de Buenos Aires. Andrés coordonne le programme Facultad Abierta qui conseille les entreprises récupérées.

La version française de ce livre – traduit aussi en italien et en grec – a été réalisée en partenariat avec l’Association Autogestion. Nous remercions les Editions Syllepse de nous autoriser à publier la préface de Richard Neuville et Nils Solari qui présente ce livre.
Continuer la lecture

pictureNe vivons plus comme des esclaves, un film de Yannis Youlountas

Place Syntagma, au siège du parlement à Athènes, un jour ou plutôt un soir de manifestation bien avant la victoire électorale de Syriza. Il y a beaucoup de monde et très diversifié : des hommes, des femmes, des jeunes, des syndicalistes et surtout des gens qui n’en peuvent plus et qui crient « NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES ».
Continuer la lecture

pictureLa Coopérative – théâtre-récit

La compagnie Le pas de l’oiseau a présenté lors du dernier Festival d’Avignon sa nouvelle création : La Coopérative. Un récit théâtral joué par deux acteurs et un musicien racontant un moment charnière de SG SCOP, une Société Coopérative et Participative fictive mais hautement probable. Cette entreprise, reprise par ses salariés il y a dix ans, se trouve aujourd’hui dans une mauvaise passe et risque fort d’avoir à déposer le bilan. En cause, une certaine routine dans la vie de l’entreprise. C’est finalement un retour des valeurs coopératives qui permettra de sauver l’entreprise et de la placer sur une nouvelle trajectoire. Continuer la lecture

pictureLa gestion ouvrière du système de transport public de Barcelone 1936-1939

L’histoire de la gestion ouvrière directe du système de transport public de Barcelone durant la révolution et la guerre civile espagnole dans les années 1930 est une illustration de la capacité des travailleurs de diriger en direct les industries dans lesquelles ils travaillent.
Continuer la lecture

pictureAppropriation sociale des multinationales

On assiste à une multiplication des reprises d’entreprises par les salariés sous forme coopérative. Cependant, ce phénomène reste trop souvent limité à des PME. La nationalisation s’appliquant difficilement aux groupes multinationaux, quelle forme d’appropriation sociale pouvons-nous envisager pour ceux-ci ? Dans tous les cas, c’est la hausse de la part des salaires dans la valeur ajoutée qui pose la question de l’appropriation des différentes entités d’une multinationale. A l’inverse des groupes capitalistes dont les filiales sont toutes dirigées par la maison-mère, un groupe multinational socialement approprié ne pourra se construire que comme une fédération volontaire d’entités indépendantes dirigées par les travailleurs et les usagers. Continuer la lecture

pictureMutualité : une gestion étudiante expropriée

Le 3 juillet 2014, l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution place la LMDE (La mutuelle des étudiants qui a succédé à la MNEF en 2000) sous administration provisoire, les mandats des étudiants du Conseil d’administration sont suspendus. Le 9 Février 2015, l’administratrice provisoire obtient le placement la mutuelle sous procédure de sauvegarde judiciaire. Pendant une période de six mois, la majorité des salariés ainsi que la gestion administrative devraient être transférés à la Sécurité Sociale. Avec cette expropriation par l’extérieur, c’est la fin d’une histoire qui commence en 1948 par la création d’une mutuelle autogérée, la Mutuelle nationale des étudiants de France, gestion étudiante qui sera expropriée d’abord de l’intérieur. Continuer la lecture

pictureEnjeux et défis de la Ve Rencontre internationale de l’Économie des travailleuses et des travailleurs

La prochaine rencontre internationale biennale de l’Économie des travailleuses et des travailleurs se déroulera dans les locaux de l’usine nationalisée VTELCA (Venezolana de Telecomunicaciones) à Punto Fijo dans la péninsule de Paraguaná au Venezuela du 22 au 26 juillet 2015.
Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici