Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 43 - Octobre 2015

Des alternatives à

l'Alternative


Quel bon week-end parisien que celui des 26 et 27 septembre avec ces deux événements liés à la seconde édition de la journée de la transition : d'une part, l'opération « Paris sans voiture » avec l'interdiction de circulation dans quelques zones de la capitale et, de l'autre, le rassemblement citoyen Alternatiba qui rassemblait les alternatives concrètes face au réchauffement climatique. Deux événements face à ce réchauffement de plus en plus inquiétant, face à l'échéance de la COP21 qui rassemblera les états en décembre 2015 à Paris pour limiter celui-ci à deux degrés Celsius. Les organisateurs d'Alternatiba attendaient 50000 personnes, il y en a eu 60000 ! Succès considérable dans la ligne des 111 autres Alternatiba ayant rassemblé 300 000 personnes dans différentes villes de France.

Cet événement aurait dû faire la une des journaux du 20 heures. Et bien non ! Ils ont préféré parler de « Paris sans voiture » et de ses sages promeneurs du dimanche. Bien sûr, il ne s'agit pas d'opposer une initiative à l'autre – Paris sans voiture était aussi soutenu par Alternatiba – mais de montrer le choix des médias. D'un côté, une opération organisée par la mairie de Paris, donc forcément « sérieuse » puisqu'institutionnelle. De l'autre, une initiative auto-organisée par les citoyen-nes, donc trop farfelue pour ces médias. Volkswagen aussi nous avait montré son « sérieux » sur le thème même de l'écologie, avec en prime l'écœurante récompense de son PDG.

Construire l'alternative

L'antidote se trouve du côté des alternatives. On est frappé de constater que, dans leur grande majorité, il s'agit de formes associatives ou coopératives, dans lesquelles le capital est au service d'un objet social et non l'inverse. Au-delà du réchauffement climatique, on observe une multitude d'initiatives de travailleur-ses, de citoyen-nes pour penser autrement, d'une façon plus démocratique, la production ou son devenir. C'est la meilleure manière d'éviter de se faire tromper sur la marchandise comme c'est le cas avec des firmes que l'on ne contrôle pas.

La plupart des initiatives se concrétisent à côté du système, en cohabitation avec les sociétés de capitaux qui dominent notre économie. Or ce sont les multinationales qui font la loi et donnent le tempo. Ce sont elles qu'il faut se réapproprier ! Malheureusement, le combat syndical est sur la défensive face à un capitalisme en crise, le patronat arrivant même à obtenir des baisses des salaires contre une pseudo garantie de l'emploi. Faute d'alternative transformatrice, la résignation pointe carrément du nez. Des reprises d'entreprises par les travailleur-ses existent et nous montrent qu'il est possible de faire autrement. Elles demeurent encore des micro-exemples et l'addition de ces expériences ne fera pas système.

Autant de raisons pour que l'Association Autogestion travaille avec d'autres partenaires, en France comme à l'international, pour qu'émergent d'autres projets politiques. C'est le sens du séminaire « Appropriation sociale » qui réalisera un point d'étape le 14 novembre. C'est le sens du prochain séminaire européen sur « Les Communs et la production » au début 2016. C'est le sens des Rencontres internationales « L'économie des travailleur-ses » dont il faut réussir l'édition européenne de 2016. L'heure est à la construction du projet et cela ne se fera pas sans la convergence de tous, syndicats, organisations écologistes, expériences concrètes, pour avancer dans un monde où, sans les puissances de l'argent, nous autodéterminerons enfin notre devenir.

Colette Web

Sur le site, ces derniers jours...

pictureCoopératives contre capitalisme

Lorsqu'une entreprise fait faillite ou est volontairement fermée par ses propriétaires, le chômage n'est pas l'avenir inéluctable auquel sont condamnés ceux qui y travaillent. Une autre issue est parfois possible : la reprise de la production par les salariés eux-mêmes et l'émergence d'une entreprise sans patron.

Une nouvelle démocratie sociale se dessine alors dans laquelle la production n'est plus soumise au profit. Une nouvelle façon de produire et de consommer s'invente. Avec Coopératives contre capitalisme, l'auteur nous propose un tour d'horizon de ces nouvelles coopératives, en France, en Grèce, en Italie et en Espagne. Continuer la lecture

pictureCréons 1000 Vandoncourt !

Banqueroutes frauduleuses, crise du climat, chômage, pollutions, exclusions… S'il est un sentiment largement partagé par la population dans son ensemble, c'est bien celui de l'impuissance généralisée du citoyen face aux grands problèmes de notre temps. La démocratie représentative a réussi ce tour de force de détourner le pouvoir de l'individu au profit d'assemblées et d'états sans pouvoirs et sans scrupules face aux diktats économiques de la pensée unique.
Continuer la lecture

pictureSolidarité avec de dispensaires sociaux solidaires : meeting du 29 septembre

Un meeting de 200 personnes s'est tenu à Paris en solidarité avec les dispensaires sociaux solidaires de Grèce. Celui-ci atteste de la montée en puissance de l'organisation de la solidarité en France. Une occasion de faire le point sur ce mouvement qui existe désormais depuis quatre ans face à la nouvelle donne du 3e mémorandum. Continuer la lecture

pictureScop TI, La Fabrique du Sud : soutenons-les par nos achats !

Après le succès d'Alternatiba Paris de ce week-end contre le réchauffement climatique, des achats qui s'inscrivent dans une logique écologique d'une production de proximité.

On se souvient tous de la lutte des Pilpa (Carcassonne) et des Fralib (Gémenos près de Marseille) contre la fermeture de leur unité de production. Ces deux luttes ont débouché sur la constitution de deux nouvelles Scop : La Fabrique du Sud et Scop TI. Aujourd'hui leurs produits sont disponibles. Soutenons-lez !
Continuer la lecture

pictureAlternatiba Paris 26/27 septembre 2015

Après un périple de 5600 km, 187 étapes et 6 pays traversés, le Tour Alternatiba fait son arrivée le samedi 26 septembre à Paris ! L'Association pour l'Autogestion participe à l'événement.

Cette date sera un moment important pour le mouvement associatif engagé dans la lutte contre le changement climatique. Elle sera l'occasion de converger et de montrer que la mobilisation s'intensifie, s'organise et avance à grand pas. Une convergence d'autant plus forte que l'arrivée du Tour se fera au cœur d'Alternatiba Paris, événement qui accueillera 50 000 personnes sur 2 jours autour des solutions pour le climat et dont vous êtes acteur. Continuer la lecture

pictureautogestion.asso.fr : 500 articles à ce jour !

Cet article est le 500ème de notre site qui a commencé en juillet 2011. Au départ, la volonté pour l'Association Autogestion qui venait de se constituer d'avoir une exposition publique permanente sur l'Internet. Conformément à l'orientation donnée à l'association, il s'agissait de conserver la mémoire des expériences autogestionnaires passées, de relater et d'organiser la solidarité avec les initiatives actuelles sans oublier les débats relatifs à l'autogestion. Pour nous, l'autogestion ne saurait se limiter à une juxtaposition d'expériences mais est la forme d'organisation d'une société fondée sur la participation de toutes et tous à l'ensemble des décisions dans les champs économique et politique, à tous les niveaux de la sphère collective en vue de l'émancipation de chacun. Continuer la lecture

pictureArdelaine : une « coopérative de territoire » en Ardèche

« Ardelaine est née d'un double défi : celui de relancer une dynamique économique autour de la revalorisation d'une ressource délaissée (la laine) en milieu rural désertifié ; et celui de faire la démonstration qu'un groupe humain déterminé et solidaire, sans moyens financiers et sans compétences dans le domaine concerné au départ, est capable de créer une entreprise » (Barras, 2001).
Continuer la lecture

pictureScop : des outils de financement qui préfigurent un dépassement de la propriété

Le mouvement des Scop a monté des outils de financement performants à destination des coopératives. Ils permettent de minimiser l'investissement initial des salariés au point que dans certains cas, cet investissement devienne marginal. Ceci ouvre la voie à l'abandon de la notion même de propriété. Il devient ainsi possible, sous condition de la présence d'un secteur bancaire et financier socialisé, d'entrevoir la perspective d'unités de production dirigées par les travailleurs et intégralement financées de façon externe. Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici