Si vous avez des difficultés à lire cette lettre d´information, cliquez ici


Lettre d´information de l´Association Autogestion n° 44 - Novembre 2015

Le code du travail est

trop compliqué


Le terrain en fut préparé, la chronique était annoncée (notre édito de septembre), c’est désormais officiel : un vieux code agonise, victime de sa « rigidité », de sa « complexité », voire de son caractère anxiogène. Un nouveau est à naître, dont la simplicité ouvrira (enfin !) la voie à l’embauche en toute sérénité dans une société moderne pleine de compromis social et de négociation. Adieu le XXe siècle, bonjour le XXIe !

Combrexelle — principal responsable de la réécriture du code en 2008 (et qui critique donc implicitement son œuvre) — l’a préparé dans son rapport, le gouvernement le suit pour l’essentiel. La gestation durera environ deux ans, mais d’ici là les réformes se poursuivront : sur le temps de travail (2016), l’économie numérique (Macron 2). Pour le nouveau code, plus de « souplesse » et un poids plus important accordé à la négociation collective, avec quelques garanties nationales qui resteront : durée légale du travail, salaire minimum. De quoi s’attirer les foudres de la droite et du MEDEF, ce qui permet au gouvernement de s’autoriser une posture « de gauche ». Mais ne doutons pas que ces quelques grands principes finiront par être l’exception, si les dérogations sont (comme c’est déjà le cas dans certaines matières) autorisées mais seront de plus en plus renvoyées non plus à la loi mais aux « partenaires sociaux ». Car si l’on ne peut accuser ce gouvernement d’avoir inauguré le processus de l’inversion de la hiérarchie des normes, loin de rompre avec l’ancienne politique, il continue le travail avec opiniâtreté. Loin de la modernité, c’est un retour aux principes du code civil du XIX° siècle : la loi n’est que rarement impérative, elle est supplétive c´est-à-dire ne s’applique que dans le silence du contrat.

En finir avec la culture de l’affrontement pour affirmer celle du compromis (dixit notre ministre du travail), comme si l’initiative de l’affrontement ne venait pas de tous ceux qui ont compliqué à l’infini non seulement les droits, mais surtout la vie du monde du travail.

Du point de vue de la démocratie sociale, il est vrai que la précarité est un frein à l’investissement des salariés dans la vie de l’entreprise, dans la vie syndicale, dans l’action collective. La précarité est-elle due à un code complexe qui empêcherait les entreprises, surtout les petites, d’embaucher ? La réalité bouscule cette certitude : l’utilisation des CDD et de l’intérim est plus importante dans les grandes entreprises, pourtant dotées de services juridiques, que dans le TPE et PME qui embauchent proportionnellement plus de CDI ! Et en l’absence de garantie d’emploi, le CDI n’est pas un bouclier contre la précarité, en attestent les centaines de milliers de licenciements annuels.

Si on ne peut défendre le terrain acquis, on ne peut aller vers de nouvelles conquêtes.

La campagne qui vient de commencer par l’appel « pour un droit du travail protecteur des salariés » à l’initiative de l’intersyndicale du ministère du travail et de la Fondation Copernic ouvre des perspectives. Non qu’il s’agisse de défendre le code tel qu’il est aujourd’hui, mais d’abord de préserver ce qui a survécu comme dispositions des reculs et défaites des dernières années. Ces dispositions doivent être défendues car elles permettront de rebondir. Il faudra dans le même temps évoquer les possibles : réduire le temps de travail légal et l’appliquer (on est loin des 35 heures dans la réalité et c’est pourtant la loi) pour travailler toutes et tous, et avoir du temps pour exercer sa citoyenneté ; donner un cadre juridique protecteur aux « nouveaux » métiers de l’économie numérique exclus du droit du travail et dont le projet Macron 2 prévoit l’extension ; abroger les mesures prises ces dernières années limitant les moyens et prérogatives des Comités d’entreprises et autres institutions représentatives ; étendre les droits des travailleuses et travailleurs en matière d’information, de propositions, de veto, de préemption. La est la clarté, la simplicité !

L’enjeu est de taille, ce sont deux visions, deux projets de société qui s’affrontent. D’un côté ceux qui veulent au nom de la « libération du travail », déréglementer pour en revenir en réalité à un droit du XIX° siècle dans un univers technologique nouveau et mondialisé ou libérer véritablement les travailleurs librement associés de la subordination juridique et économique au capital.

L’Encyclopédie internationale de l’autogestion APA/Syllepse au travers de ses nombreux articles et exemples tant historiques qu’actuels, hexagonaux ou internationaux montre une série de possibles dont beaucoup à revendiquer dès maintenant sans attendre des lendemains qui chantent.

Colette Web


Après les attentats, plus que jamais, une démocratie pleine et entière

Toute la France est endeuillée par des attentats monstrueux qui ont frappé l´agglomération parisienne. Nos pensées vont aux victimes et nous exprimons notre solidarité à l´égard de leurs familles et de leurs ami-es.

Cette barbarie ne vient pas de nulle part. Elle est le résultat de politiques internationales qui dénient depuis des décennies le droit à l´autodétermination des peuples au moyen-orient. Le fait que de jeunes français deviennent djihadistes est le témoin d´une société de plus en plus inégale, qui n´offre aucun avenir à une part croissante de ses membres. Il n´y aura aucune victoire durable contre la barbarie et le désespoir tant qu´une véritable citoyenneté politique comme économique garantissant à toutes et tous une place dans cette société ne verra pas le jour et ceci est vrai sur toutes rives de la Méditerranée.

Photo Philippe Lebrun

Sur le site, ces derniers jours...

pictureVIOME menacé d’expulsion — Appel à soutien

à la suite de la bataille juridique menée contre le collectif des travailleurs de VIOME, le syndic nommé par l’état est en train d’organiser différentes ventes aux enchères dans le but de liquider la parcelle de terrain sur laquelle est située l’usine de VIOME. Une éventuelle vente du terrain fournirait la base juridique pour expulser les travailleurs de l’usine. Continuer la lecture

picturePapeterie de Docelles : les ex-salariés ne lâchent rien ! Appel à solidarité

Malgré leur revers du 29 septembre au tribunal de commerce d’épinal, les ex-salariés d’UPM-Docelles ne renoncent pas à faire redémarrer la plus vieille papeterie de France. Ayant élaboré un plan de reprise en Scop avec 115 emplois, ils se heurtent à la multinationale UPM qui refuse de leur céder l’outil industriel et préfère laisser la papeterie à l’abandon. Ils lancent aujourd’hui un appel à soutien financier pour aller en Cour d’appel. Entretien avec Nicolas Prévot, ancien délégué CFE-CGC, porteur du projet et président de l’association Sauvez la papeterie de Docelles. Continuer la lecture

pictureUruguay : un processus historique de récupération d’entreprises par les travailleur-se-s

Le mouvement des entreprises récupérées par les travailleurs uruguayens s’inscrit dans une tradition de luttes pour « l’émancipation économique et sociale ». Il puise ses racines dans l’histoire du mouvement ouvrier qui, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, a su articuler la formation de syndicats et la constitution d’un mouvement coopératif puissant. Continuer la lecture

pictureSaillans, une enclave démocratique ?

Depuis mars 2014, une liste collégiale gouverne la commune de Saillans, dans la Drôme. Au début des années 2010, le village de Saillans a connu une forte mobilisation contre l’installation d’un supermarché sur son territoire.
Continuer la lecture

pictureAppropriation sociale et autogestion : une voie crédible pour expérimenter des alternatives démocratiques face à la dictature des marchés et la complicité des gouvernants ?

La crise actuelle de développement, avec en France plus de cinq millions de salariés privés d’emploi, cause des ravages humains, financiers, environnementaux et sociaux. Plus personne ne peut nier les méfaits du capitalisme. Le temps est venu de penser radicalement différemment le développement de notre société moderne. Continuer la lecture

picturePlus de 40000 personnes au village Alternatiba de Paris

Alternatiba s’est installé à Paris le week-end des 26/27 septembre 2015, et a été un grand succès. Plus de 40000 personnes s’y sont rendues pour découvrir des alternatives concrètes et peser sur les choix des gouvernements, dans la perspective de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP21), qui se qui se tiendra fin 2015 au Bourget. Continuer la lecture

pictureContrôle ouvrier et nationalisations dans la révolution portugaise : réformisme ou socialisme

Nous publions ici un texte de l’historienne Raquel Varela sur le rôle du Parti communiste portugais dans la période révolutionnaire qui va de la révolution des œillets en avril 1974 au coup d’état de novembre 1975. Durant cette période, de nombreuses nationalisations ont été opérées. Si l’auteure interroge le pourquoi de ces nationalisations — sauvegarde et restructuration par l’état bourgeois d’entreprises en quasi-faillite ou produit de la mobilisation de la classe ouvrière ? — elle montre la faiblesse même du concept de contrôle ouvrier à l’égard de celles-ci.
Continuer la lecture

pictureRencontre internationale de l’économie des travailleurs : une première réunion de compte-rendu de l’AA

Une vingtaine de personnes, membres de l’association ou invitées, ont participé le 2 octobre à la réunion de compte-rendu de la conférence internationale des entreprises récupérées. Après un diaporama de photographies prises dans ou en marge de la conférence (repas, visites d’entreprises, etc.) Richard Neuville et Benoît Borrits, qui avaient été délégués par l’APA, ont résumé les grandes questions abordées, ou qui se sont posées, à cette occasion. Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d´information de l´Association pour l´Autogestion, cliquez ici