Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 45 - Décembre 2015

Incompatibilité


Pas d‘autogestion sans libertés, l‘état d‘urgence c'est contre les libertés

Pour montrer que l‘état d‘urgence s‘oppose aux libertés, pas besoin de grandes explications : ses initiateurs l‘assument, estimant que la sécurité des citoyens est supérieure à la liberté d‘aller et de venir, d‘occuper l‘espace public pour y manifester son opinion.

Inutile de répéter ce qui est parfaitement dit et écrit dans de nombreux documents et sites sur l‘efficacité - ou l‘inefficacité - de l‘état d‘urgence en matière de lutte antiterroriste car les résultats obtenus l‘ont été avec les instruments juridiques déjà existants. En revanche, on a pu aisément constater qu‘en laissant l‘administration et les forces de répression "autogérer" à leur façon l‘état d‘urgence, ce sont bien d‘autres catégories qui ont subi perquisitions, gardes à vue ou assignations à résidence.

Imaginons un peu : une entreprise est occupée par ses salariés et au passage le PDG est un peu "houspillé". Finalement les travailleurs décident de remettre l‘entreprise en route au service de la lutte, tout comme Lip en son temps. Cela devient une situation "hors la loi" puisque le sacro-saint droit de propriété est violé. Avec l'état d‘urgence, que le gouvernement veut prolonger et constitutionnaliser, ce "trouble à l‘ordre public" servirait d‘argument puisque cela "détournerait les forces de l‘ordre de leur mission" qui doit s‘accomplir dans les transports, dans les grands magasins ouverts le dimanche, les stades ou les concerts, etc. De là à estimer qu‘il faudrait assigner à résidence les militants actifs, ou perquisitionner les domiciles, les locaux syndicaux pour y trouver non des armes mais des produits fabriqués par les travailleurs (des montres, du thé)… Car, n‘en doutons pas, le pouvoir valorise l‘individu client, l‘individu spectateur (du pain et des jeux) plutôt que l‘expression collective, revendicative, politique.

Exagération ? Non, car comment expliquer que sous couvert de lutte contre le terrorisme islamiste, des militants écologistes ou des zadistes se soient vus assignés à résidence ? Comment accepter que des opposants politiques – que sont certains écologistes et tous les zadistes – se voient obligés de rester chez eux de 20h à 6h du matin et de pointer trois ou quatre fois par jour à un commissariat souvent éloigné de chez eux ? Cela nous rappelle des méthodes de harcèlement politique digne d'un autre âge mais certainement pas d'un régime qui se réclame de la démocratie.

Pourquoi une police, directement contrôlée par le gouvernement, expression du pouvoir exécutif, a-t-elle pu agir de la sorte ? N'y a-t-il pas déjà ici une utilisation directement politique, pour ne pas dire politicienne, de l'état d'urgence ? Dès lors, pourquoi l'état d'urgence ne frapperait-il pas d‘autres secteurs de l‘action du mouvement social ?

Si la gauche gouvernementale déclare qu‘elle n‘assimile pas toute manifestation au terrorisme, d‘autres, comme le MEDEF, assimilent les grévistes aux "preneurs d‘otages". Le gouvernement estime que les manifestations revendicatrices dispersent les forces de police et que donc les terroristes auraient les mains libres. Qui sait quels seront les partis au pouvoir dans un an, dans deux ans ? Qui sera aux manettes de l‘état d‘urgence constitutionnalisé à ce moment-là ?

On sait où mènent les pouvoirs étendus des appareils policiers et militaires dans de telles conditions, échappant même à l‘autorité politique alors qu‘il faudrait au contraire développer l‘information, le contrôle de la population sur la police et l‘armée. On se rappelle que les "pouvoirs spéciaux" pendant la guerre d'Algérie, théoriquement faits pour améliorer la situation des musulmans d'Algérie ont conduit le gouvernement, qui les avait demandés, à accentuer le dispositif de répression. "Pouvoir spéciaux" ou "état d'urgence" c'est toujours contre les libertés. De ce point de vue, l‘observatoire lancé avec la Ligue des droits de l‘Homme est une bonne initiative

Non, décidément, la liberté pour les travailleuses et travailleurs, pour le mouvement social de se défendre, d‘agir, de débattre, de manifester pour exercer ses droits, du pouvoir, le pouvoir sur l‘espace, la ville, l‘entreprise est incompatible avec l‘état d‘urgence.

Colette Web


Pour les fêtes de fin d‘année, un coup de pouce à Scop-TI et à la Fabrique du Sud

On se souvient tous de la lutte des Fralib (Gémenos près de Marseille) et des Pilpa (Carcassonne) contre la fermeture de leur unité de production. Ces deux luttes ont débouché sur la constitution de deux nouvelles Scop : La Fabrique du Sud et Scop TI. Au moment où tout le monde s‘interroge sur la portée des décisions de la COP21 sur le réchauffement climatique, ces deux entreprises ont délibérément choisi de privilégier des composants naturels et locaux dans leur produits. Au moment des fêtes de fin d‘année, c‘est plus que jamais le moment de les soutenir par nos achats et nos démarches auprès des supermarchés.

Sur le site, ces derniers jours...

pictureLe FN va-t-il supprimer les 500 000 emplois de l‘économie sociale et solidaire dans les régions qu‘il convoite ?

Le Front national est peu loquace sur le thème de l‘économie sociale et solidaire alors que celle-ci est un enjeu des élections régionales. Le secteur associatif et les coopératives pèsent des dizaines de milliers d‘emplois dans les trois régions que le FN pourrait conquérir. Ses élus et candidats sont, en majorité, très hostiles à un secteur que certains d‘entre-eux considèrent comme un parasite trop « assisté », trop « branché », voir oeuvrant pour la « préférence étrangère ». Ils rejettent ces formes démocratiques d‘initiatives économiques, pourtant au service de l‘intérêt général. Pour lui préférer les entreprises de type capitaliste, avec des actionnaires à rémunérer ? Continuer la lecture

pictureTournez la page ! Un film sur la Scop librairie Les Volcans à Clermont-Ferrand

« Pétrir le pain avec indifférence, c‘est cuire un pain d‘amertume qui ne nourrit qu‘à moitié la faim humaine. » Cette phrase lue parmi d‘autres dans le film pourrait être la grande leçon de la reprise en Scop de la librairie Les Volcans à Clermont-Ferrand. Au-delà du simple maintien de l‘emploi, les ex-salariés ont su créer de nouveaux rapports entre eux et vis-à-vis du travail qui préfigurent un autre horizon que celui de la subordination dans l‘entreprise. Un façon de filmer qui nous fait vivre en direct les principales phases de cette reprise. Continuer la lecture

pictureOpen Source Ecology France: vers des énergies propres, locales, et pas chères

Open-Source Ecology France développe un concentrateur solaire open source. Ce concentrateur solaire est destiné à des agriculteurs,
artisans et petits producteurs pour transformer leurs produits localement, de manière écologique, et à faible coût. Son prototype à l‘échelle 1:4 a été présenté à Alternatiba Paris en septembre, et récemment plus de 8000 € ont été collectés pour la construction d‘une version à échelle 1:1. Continuer la lecture

pictureAutogestion, l‘encyclopédie internationale

Les éditions Syllepse viennent de publier, en partenariat avec l‘Association Autogestion, une encyclopédie internationale de l‘autogestion sous la forme d‘un livre électronique en format PDF de 2368 pages. Plus de 150 auteur-es ont participé à cet ouvrage comportant plus de 300 articles regroupés en deux parties, l‘une relatant les expériences organisées selon un découpage géographique, l‘autre faisant part des débats qui traversent ce mouvement multiforme. Continuer la lecture

pictureL‘autonomie démocratique au Rojava et au Bakur

Le Rojava désigne la région historiquement kurde de Syrie. Dans les affres de la révolution syrienne, y est née une forme d‘organisation que les habitant-e-s qualifient de « révolution ». Cette révolution n‘arrive pas de n‘importe où : elle est le résultat du mouvement kurde de Turquie et des réflexions d‘Abdullah Öcalan. L‘organisation porte le nom de confédéralisme démocratique. Première partie Seconde partie

pictureAu Bangladesh, des ouvrières rescapées du Rana Plaza créent leur propre coopérative textile

Il y a eu les 1 135 morts et les milliers de blessés de l‘effondrement du Rana Plaza, au Bangladesh. Puis les engagements des multinationales de l‘habillement, leurs codes de conduite et leurs chartes éthiques. Enfin, des centaines d‘inspections aboutissant à la fermeture de nombreux ateliers textiles aux conditions de travail indignes. Une quarantaine d‘ouvrières et d‘ouvriers, traumatisés par le drame, ont décidé de ne pas en rester là et de créer leur propre coopérative textile : Oporajeo, les invincibles, en bengali. Mais les clients européens en quête de fournisseurs alternatifs sont rares, et la coopérative peine à remplir son carnet de commandes. Reportage à Dacca. Continuer la lecture

pictureVIOME menacé d‘expulsion – Appel à soutien

à la suite de la bataille juridique menée contre le collectif des travailleurs de VIOME, le syndic nommé par l‘état est en train d‘organiser différentes ventes aux enchères dans le but de liquider la parcelle de terrain sur laquelle est située l‘usine de VIOME. Une éventuelle vente du terrain fournirait la base juridique pour expulser les travailleurs de l‘usine. Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici