Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 46 - Janvier 2016

COP21 : accord a minima.

Les mobilisations

s'imposent !

L'accord international de Paris sur le climat obtenu obtenu le 12 décembre 2015 dans le cadre de la COP21 nous laisse sur notre faim.

Pour obtenir l'accord des pays menacés par la montée des eaux, l'objectif de limiter le réchauffement à 1,5° a été retenu en lieu et place de 2°. Inversement pour obtenir l'accord des gros pays, en particulier des états-Unis, cet accord, à l'inverse du protocole de Kyoto, n'est aucunement contraignant juridiquement. Dans ce cadre, chaque état est libre de fixer ses objectifs et ses engagements. à ce jour, les engagements pris nous placent sur une trajectoire d'augmentation de 3° à la fin du siècle. De même, le financement annuel de 100 milliards de dollars pour adapter les économies des pays en voie de développement à la transition énergétique est très loin d'être bouclé. Enfin, les émissions relatives au transports aérien et maritime ne sont nullement contingentées.

C'est donc a priori un bilan extrêmement maigre que l'on peut tirer. Cependant, cet accord a un intérêt : il place les états face à leurs responsabilités et les citoyen-nes de chaque pays disposeront désormais d'un cadre légal pour justifier leurs actions contre le réchauffement climatique.

On doit se rappeler que les luttes contre les méfaits du mode de vie industriel, l'appropriation et l'exploitation de l'environnement ne datent pas d'hier. Elles ont impliqué des groupes sociaux très divers (paysans, propriétaires terriens, intellectuels et scientifiques) depuis plus de deux siècles.

L'industrialisation de la production se heurte à des bris de machine en Angleterre et en France dès 1780, et jusque dans les années 1830, bien après le conflit de grande ampleur des luddites. Selon les historiens, il ne s'agit pas de freiner l'innovation mais de défendre une production de meilleure qualité, plus économe, et plus flexible.

Fin XIXe siècle en Angleterre, de nombreuses associations mènent des campagnes actives contre la pollution de l'air (à Manchester la luminosité est divisée par deux!) et obtiennent parfois des lois, qui n'ont finalement que peu d'effets. On se rebelle aussi dans les colonies, comme en Inde, où les habitants s'opposent violemment à l'exploitation forestière.

En Suisse, le développement de l'automobile est repoussé au début du XXe par une dizaine de référendums, pour des motifs économiques (coût accru de la maintenance des routes, concurrence avec le rail). En 1994 le conseil fédéral s'oppose au développement du trafic poids lourds, mais se fait rappeler à l'ordre par Bruxelles, qui obtient une augmentation du trafic.

Aujourd'hui, les mobilisations populaires continuent sur le terrain, depuis l'avenue de la Grande-Armée à Paris le 12 décembre jusqu'à Nantes ce 9 janvier contre le projet d'aéroport Notre-dame des Landes. Ces prochains mois, elles vont se poursuivre notamment contre l'exploitation des énergies fossiles. Parallèlement, de nombreuses initiatives citoyennes émergent, ici pour réduire la consommation énergétique, là pour créer des énergies renouvelables. De nombreux groupes de citoyens se forment spontanément pour déclarer un territoire « en transition » et l'engager dans une dynamique positive pour le climat. De nouvelles façons de travailler émergent, dans lesquelles les salariés sont au poste de commande et se soucient largement plus de l'impact écologique de leur production que des actionnaires avides de dividendes. D'autres s'engagent dans des innovations techniques frugales et libres de droits.

Il existe donc aujourd'hui un engouement populaire croissant pour la protection du climat, de la planète et de sa biosphère, comme le montrent les succès d'Alternatiba en France depuis 2013. à l'inverse des multinationales, plus avides de valorisations boursières que de protection du climat, c'est la mobilisation, l'auto-organisation des citoyennes et des citoyens qui permettra de conjurer le terrible compte à rebours qui est lancé. De ce point de vue, l'accord de Paris n'est pas un obstacle et il est largement préférable à un échec.

Colette Web

Afin de soutenir et de participer au développement de l'Association Autogestion,

Adhérez pour l'année 2016

Sur le site, ces derniers jours...

pictureLa Coopérative – Compagnie Le pas de l’oiseau

En ce début d’année, la compagnie Le pas de l’oiseau donnera plusieurs représentations de sa dernière création : La Coopérative. Un récit théâtral joué par deux acteurs et un musicien racontant un moment charnière de SG SCOP, une Société Coopérative et Participative fictive mais hautement probable. Cette entreprise, reprise par ses salariés il y a dix ans, se trouve aujourd’hui dans une mauvaise passe et risque fort d’avoir à déposer le bilan. En cause, une certaine routine dans la vie de l’entreprise. C’est finalement un retour des valeurs coopératives qui permettra de sauver l’entreprise et de la placer sur une nouvelle trajectoire. Continuer la lecture

pictureYvon Bourdet (1920 – 2005)

Yvon Bourdet, né en 1920 à Albussac (Corrèze) et mort à Paris en 2005, est issu d’une famille de paysans pauvres. Ses bons résultats scolaires lui permettent d’entrer au séminaire et de continuer ses études. En 1943, affecté à la préfecture de Tulle, il entre dans un réseau de résistance, les « Jeunes Chrétiens Combattants », dont il est secrétaire départemental. à la fin de la guerre, il quitte le séminaire et « monte » à Paris. Après des études de Lettres, il choisit de se consacrer à la philosophie, discipline dont il devient agrégé en 1955. Il enseigne alors à Amiens puis à Meudon. En parallèle, de 1954 à 1958, il milite au sein du groupe Socialisme ou Barbarie créé par Castoriadis et Lefort, puis de 1960 à 1965, au tout jeune Parti Socialiste Unifié (PSU). Continuer la lecture

pictureAnatomie d’un projet par Benoît Borrits

Le titre « Coopératives contre capitalisme » indique de la part de l’auteur l’intention de ne rester ni aux mouvements coopératifs comme solutions ponctuelles et locales, répondant la plupart du temps au défaut de capitalistes, ni à la seule addition de ces mouvements comme solution globale. Le titre annonce le prisme par lequel Benoît Borrits analyse minutieusement ce qui est déjà à l’œuvre dans la société.
Continuer la lecture

pictureTransformer une entreprise en SCOP c’est possible !

Le passage d’une entreprise en Scop est à chaque fois un cas d’espèce qui dépend de nombreux facteurs comme le pays où a lieu ce passage, le moment du passage, la mobilisation dans l’entreprise et hors de l’entreprise, la force de l’organisation syndicale, les lois sociales et les législations commerciales et même aussi le fait que le statut de Scop n’existe pas dans la législation de certains pays. Par ailleurs, les salariés sont parfois peu formés pour construire un dossier de création d’entreprise avec un « business plan » et d’autres pièces légales. Par ailleurs, l’idée de se retrouver « sans patron » peut provoquer, si ce n’est une panique, au moins une inquiétude. Vendre sa force de travail est une pratique classique alors que prendre le risque financier sans garantie en est une autre. Continuer la lecture

picturePour les fêtes de fin d’année, un coup de pouce à Scop-TI et à la Fabrique du Sud

On se souvient tous de la lutte des Fralib (Gémenos près de Marseille) et des Pilpa (Carcassonne) contre la fermeture de leur unité de production. Ces deux luttes ont débouché sur la constitution de deux nouvelles Scop : La Fabrique du Sud et Scop TI. Au moment où tout le monde s’interroge sur la portée des décisions de la COP21 sur le réchauffement climatique, ces deux entreprises ont délibérément choisi de privilégier des composants naturels et locaux dans leur produits. Au moment des fêtes de fin d’année, c’est plus que jamais le moment de les soutenir par nos achats et nos démarches auprès des supermarchés. Continuer la lecture

pictureLe FN va-t-il supprimer les 500 000 emplois de l’économie sociale et solidaire dans les régions qu’il convoite ?

Le Front national est peu loquace sur le thème de l’économie sociale et solidaire alors que celle-ci est un enjeu des élections régionales. Le secteur associatif et les coopératives pèsent des dizaines de milliers d’emplois dans les trois régions que le FN pourrait conquérir. Ses élus et candidats sont, en majorité, très hostiles à un secteur que certains d’entre-eux considèrent comme un parasite trop « assisté », trop « branché », voir oeuvrant pour la « préférence étrangère ». Ils rejettent ces formes démocratiques d’initiatives économiques, pourtant au service de l’intérêt général. Pour lui préférer les entreprises de type capitaliste, avec des actionnaires à rémunérer ? Continuer la lecture

pictureTournez la page ! Un film sur la Scop librairie Les Volcans à Clermont-Ferrand

« Pétrir le pain avec indifférence, c’est cuire un pain d’amertume qui ne nourrit qu’à moitié la faim humaine. » Cette phrase lue parmi d’autres dans le film pourrait être la grande leçon de la reprise en Scop de la librairie Les Volcans à Clermont-Ferrand. Au-delà du simple maintien de l’emploi, les ex-salariés ont su créer de nouveaux rapports entre eux et vis-à-vis du travail qui préfigurent un autre horizon que celui de la subordination dans l’entreprise. Un façon de filmer qui nous fait vivre en direct les principales phases de cette reprise. Continuer la lecture

pictureOpen Source Ecology France: vers des énergies propres, locales, et pas chères

Open-Source Ecology France développe un concentrateur solaire open source. Ce concentrateur solaire est destiné à des agriculteurs,
artisans et petits producteurs pour transformer leurs produits localement, de manière écologique, et à faible coût. Son prototype à l’échelle 1:4 a été présenté à Alternatiba Paris en septembre, et récemment plus de 8000 € ont été collectés pour la construction d’une version à échelle 1:1. Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici