Lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion n° 5 - Mars 2012

 

En Grèce comme en France,

récupérer les entreprises.

 

Malgré les coups destinés à obtenir la soumission du peuple grec aux décisions de la Finance et de Merkozy, les travailleurs hellènes résistent la tête haute. Non seulement ils manifestent dans la rue leur combativité maintenue, mais ils affirment leur capacité à prendre en mains leur avenir, à remplacer ceux qui ont attesté de leur faillite ; banquiers, actionnaires, patrons. Ne pouvant, comme eux, prendre leur bénéfice pour recommencer la même besogne en d’autres paradis, fiscaux ou autres, refusant tant qu’il est possible de partir en un exil les condamnant au sort de travailleurs immigrés surexploités, les Grecs de Éleftherotypia ont pris leur entreprise en mains et les agents hospitaliers de l’hôpital de Kilkis ont instauré un contrôle ouvrier sur leur hôpital. Comme en Argentine il y a quelques années avec le phénomène des entreprises récupérées, il y a fort à parier que des initiatives de genre se multiplieront dans les semaines qui viendront.

Relégués au rang des utopies de « nostalgiques » et d’éternels « soixante-huitards attardés » par les discours soi-disant modernes de la pensée unique du capital, les coopératives et l’autogestion sont redevenues d’actualité. Si le projet de SCOP de SeaFrance est toujours d'actualité quoique dans une version amoindrie, Hélio-Corbeil vient d'être reprise en SCOP par ses salariés. De même, les salariés d'Inter-59, ex-Comareg (Paru-vendu) attendent la décision du Tribunal de commerce. Enfin les Fralib ont tenu meeting la semaine passée à Paris, meeting dans lequel tous les candidats de gauche ont été présents.

Si la crise n’atteint pas les mêmes sommets qu'en Grèce, ces récupérations trouvent un écho dans la campagne présidentielle. Cependant, il ne suffira pas d’y faire référence, ni de tenter d’en faire une « recette » enrichissant la palette de la domination managériale des entreprises pour s’en tirer. Face aux multinationales qui délocalisent la production, face aux faillites dues à la crise, l'heure est à la préemption et à la réquisition. Le moment est celui de décisions politiques, de l’existence de services publics, notamment bancaire pour le financement de l'économie réelle, et de politiques économiques (oui, il s’agit de politique).

L’entreprise n’est pas « neutre », les travailleurs y ont leur politique à défendre. L'autogestion dépasse le cadre de la seule entreprise et s'impose à l'ensemble de la société et ce, au moment où les gouvernements d’Europe, en premier lieu le nôtre, signent un nouveau pacte contre les peuples, sans les consulter. Il convient de rappeler qu’il n’y a pas de démocratie sociale sans démocratie politique...

Colette Web

 


Dans le site, ces derniers jours...

Actualité de l'autogestion

picture Chronique grecque de l'autogestion courante

Éleftherotypia, « Liberté d’expression », l’un des plus prestigieux journaux grecs, est en cessation de paiement depuis août 2011. En grève illimitée depuis le 22 décembre 2001, les 800 salariés n’ont pas reçu le moindre salaire depuis sept mois. Plus de salaire, plus de boulot, plus de journal… Journalistes, techniciens, imprimeurs… sont sur le pavé.   Continuer la lecture

 
picture Fralib : meeting du 24 février 2012 à Paris

Face à l’entêtement de la direction d’Unilever qui, après avoir vu deux plans de « sauvegarde » de l’emploi retoqués par le tribunal d’instance de Marseille, persiste dans sa volonté de fermer l’usine de conditionnement de thés et d’infusions de Géménos (13), les salariés de Fralib ont tenu un meeting à la Bourse du travail de Paris ce vendredi 24 février 2012. Plus de 500 personnes étaient présentes.   Continuer la lecture

 

Alternatives vivantes

picture La régie de quartier d'Aubervilliers

La régie de quartier d’Aubervilliers existe depuis plus de dix ans. Son directeur Azouz Gharbi nous explique la logique et le fonctionnement de cette association qui s’inscrit dans l’économie solidaire. Bien qu’une telle structure ne soit pas coopérative, son champ d’action tend à redonner confiance aux habitant-es du quartier et cette démarche cherche clairement à s’inscrire dans un perspective d’émancipation. Continuer la lecture

 
picture Brésil : Occupation urbaine et coopérative solidaire « utopie et lutte »

A quelques centaines de mètres du Palais Piratini (siège du gouvernement de l’Etat du Rio Grande do Sul) et de l’Assemblée législative régionale et, non loin du centre historique, un immeuble imposant, situé sur une des avenues principales de Porto Alegre, attire l’attention. Sur la façade fraichement repeinte, les inscriptions « Assentamento urbano Utopia e luta » et « Coopsul » surplombant les fresques murales du rez-de-chaussée dissipent tout malentendu quant à l’interprétation, il s’agit bien d’un immeuble occupé et autogéré.   Continuer la lecture

 
picture Les SCIC ont dix ans !

Les sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) font le point après dix ans d’existence. Si le nombre de SCIC reste modeste (190), leur progression régulière marque un intérêt évident pour cette forme coopérative associant usagers, producteurs et autres parties prenantes. Ce multi-sociétariat est un moyen intéressant d’envisager le dépassement du marché dans une perspective autogestionnaire.  Continuer la lecture

 

Histoire

1982 : conseils d’ateliers à la CIT ALCATEL de Saintes

Samorz─ůde (autogestion en Polonais)

 

Livres et débats

Crise économique, marché et autogestion

Le pouvoir au peuple – Jurys citoyens, tirage au sort et démocratie participative

 

 

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici