Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 54 - Octobre 2016

Le gouvernement aurait-il

peur des reprises

d'entreprises par les

salariés ?

Hier, jeudi 20 octobre à 14h, le tribunal de commerce de Grenoble rendait son jugement sur l’appel des salariés d’Ecopla pour la reprise de leur entreprise. Pour mémoire, cette entreprise de fabrication de barquettes alimentaires avait déposé le bilan dans des conditions douteuses provoquant l’intervention de l’AGS – le régime de garantie des salaires – pour 1,5 million d’euros.

Les salariés ont immédiatement monté un projet de reprise, soutenu par l’Union régionale des Scop pour un montant de près de 2,4 millions d’euros. Point délicat : l’offre de reprise des actifs est de 100 000 euros alors qu’un concurrent italien, Cuki, a fait une offre de 1,5 million. Son objectif affiché est de déménager ce matériel de l’autre côté des Alpes sans qu’aucun des salariés ne soit repris. Le 16 juin, le tribunal de commerce choisit Cuki. Jugement à courte vue car ce que les AGS gagnent équivaut à peu près à ce que la reprise en Scop économiserait à l’Assédic, sans compter la perte irrémédiable d’un savoir-faire industriel dans le pays.

Il est intéressant de constater que ce 20 octobre, la présidente du tribunal de commerce s’est dite désolée d’avoir à rendre un tel jugement qui porte sur une cession d’actifs et non sur un fonds de commerce, ce que les salariés demandaient au gouvernement pour prendre en compte l’emploi. Elle a expliqué que les pouvoirs publics auraient dû faire appel du premier jugement, comme ils l’avaient fait pour l’entreprise SET en décembre 2012. Pourquoi le gouvernement ne l'a-t-il pas fait à temps ?

Cela fait pourtant plus de deux ans que les salariés ont exercé leur droit d’alerte. Cela fait huit mois qu’ils demandaient à être reçus par Emmanuel Macron, alors ministre de l’économie, vous savez celui qui, pour sa première visite en entreprise, avait choisi Acome, une Scop fondée en 1932 qui emploie plus de mille salariés et leader européen dans le marché de la fibre optique. Il vantait alors le modèle des Scop comme étant une harmonieuse association du capital et du travail (sic !). ça, c’est pour les médias. Dans le silence des bureaux, il ignore des syndicalistes qui ont un projet sérieux et intégralement financé. Une fois qu’il a démissionné, le voilà qui les reçoit à son QG de campagne et s’offre même le luxe de les visiter chez eux à Saint-Vincent-de-Mercuze pour les « soutenir ».

Que va maintenant faire Michel Sapin ? Martine Pinville, secrétaire d’état chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire, avait indiqué qu’ils interviendraient si nécessaire après le jugement du 20 octobre. Ah oui, et comment ? En attendant, la justice "commerciale" fait son travail. Après la visite de nombreux candidats à l’élection présidentielle durant le mois de septembre, les huissiers ont placé un scellé sur l’usine interdisant aux salariés de rentrer. Cet exécutif va-t-il ordonner le déménagement des machines pour l’Italie ? Une chose reste certaine ce 20 octobre : les salariés sont plus que jamais décidés à ne pas lâcher le morceau.

On est en pleine hypocrisie. Côté pile, on vante le modèle des Scop qui « responsabilisent » les salariés. On se met en scène au côté de Scop qui sont connues médiatiquement. Côté face, on freine des deux pieds pour entraver cette économie des travailleurs qui aspire à émerger. On abandonne sans vergogne et dans le silence médiatique le plus total les 80 salariés de la plus vieille papeterie de France, celle de Docelles, qui eux aussi avaient un plan de reprise intégralement financé par le mouvement coopératif et deux banques. On n’a jamais respecté une promesse de campagne, la loi Florange, qui aurait imposé à une entreprise qui ferme une unité de production de la céder. Au lieu de cela, en pleine période électorale, on capitule face au chantage du groupe Alstom de fermer un site de production de 400 personnes en lâchant des commandes dont l’utilité est questionnable : les actionnaires d’Alstom peuvent les remercier d’améliorer ainsi leurs futurs dividendes. Pourquoi, face à une direction qui veut déménager des salariés sans s’occuper des conséquences familiales, n’exigerions nous pas la reprise de cette entreprise par les salariés pour qu’ils décident eux-mêmes de leurs lieux de travail et des investissements afférents en lien avec un débat citoyen sur les besoins réels de notre réseau ferroviaire (cf. notre édito du mois dernier) ?

Plus que jamais l’exigence d’une économie gérée par les travailleurs et orientée par les usagers, d’une économie débarrassée d’actionnaires parasites se fait jour. Nous défendons la reprise d’Ecopla par ses travailleurs comme nous le sommes pour l’ensemble des entreprises. N'est-ce pas la perspective de voir de plus en plus reprises par les salariés qui fonctionnent qui explique aujourd’hui ce double langage d’une grande partie de la classe politique ?

Colette Web

Sur le site, ces derniers jours...

pictureSoutenir les SCOP-TI (ex-Fralib) en se régalant…

Depuis quelques années, les reprises d’entreprises par les salariés ou les créations de Scop se multiplient. Ces reprises sont pour nous un espoir de voir émerger une autre économie, une économie dans laquelle les salariés reprennent le contrôle de leur travail et apportent un sens à celui-ci. De ce point de vue, il est essentiel que ces expériences réussissent afin de montrer qu’une économie dirigée par ses travailleurs est tout, sauf une utopie.

Continuer la lecture

pictureSoviets irlandais : expériences autogestionnaires dans l’Irlande révolutionnaire (1918-1923)

Des travailleurs expulsant les dirigeants de leurs usines, s’emparant de la gestion de domaines agraires, organisant des collectivités locales en faisant fi des autorités légales, hissant le drapeau rouge et s’érigeant en « soviets », sont des faits que l’on peine à associer à l’histoire de l’Irlande. Le concept même de « soviet » paraît tellement étranger aux problématiques consubstantielles au pays que l’historien Charles Townshend va jusqu’à les qualifier de « manifestations exotiques ».

Première partie Seconde partie

pictureProgramme de la seconde rencontre Euroméditerranéenne "L’économie des travailleurs"

Seconde rencontre Euroméditerranéenne "L’économie des travailleurs"

28-29-30 octobre 2016

Usine VIOME
Thessalonique, Grèce

Continuer la lecture

pictureLe budget participatif de Paris, vous connaissez ?

Saviez-vous que la ville de Paris avait institué un budget participatif dans la lignée de villes comme Porto Alegre, Belo Horizonte et de nombreuses autres villes du Brésil mais aussi, plus près de chez nous, Lisbonne, Berlin ou Rome ? Si vous n’êtes pas parisien, probablement pas. Mais plus grave, si vous êtes vous-même parisien, il est bien possible que vous ne soyez pas au courant que celui-ci existe depuis 2014 ! Il faut dire que l’enveloppe allouée – 5 % des seuls investissements – n’est pas vraiment grandiose et n’incite pas a priori à s’y intéresser.

Continuer la lecture

pictureSocialisation des revenus – contributions suite au débat du 8 juin 2016

Le mercredi 8 juin à 20h a eu lieu un débat public avec Bernard Friot (Réseau Salariat), Jérôme Gleizes (conseiller de Paris) et Benoît Borrits (Association Autogestion) sur le thème de la socialisation des revenus. Nous publions ici les contributions de chacun des trois intervenants suite à ce débat.

Continuer la lecture

pictureFumel technologie : une expérience d’autogestion industrielle de 2003 à 2007

De 2003 à 2007, des ouvriers ont été majoritaires au capital de Fumel technologie, une entreprise de fonderie et d’usinage. Cette phase d’autogestion s’est déroulée dans le contexte d’un secteur en déclin avec une entreprise de 480 salariés alors que trente ans auparavant ils étaient 3500 ! Quelle place pour l’autogestion dans un tel contexte ? Un film sur la vie de cette entreprise en 2005 en lien avec un groupe de rock local Les Ablettes, suivi d’une interview d’Ignace Garay, ancien délégué CGT de l’usine sur la stratégie de résistance et la conception différente que l’on peut avoir des emplois selon que l’on est dans une économie capitaliste ou socialisée.

Continuer la lecture

pictureNous ne devons rien ! Nous ne vendons pas ! Nous ne payons pas !

Dans l’introduction, publiée avec l’aimable autorisation des éditions Syllepse, les auteur(e)s abordent la solidarité, les revendications des droits humains, la création de structures horizontales innovantes, de nouvelles pratiques sociales et solidaires, « Les dispensaires autogérés sont force motrice et espoir pour ceux qui ne renoncent pas à la lutte pour l’émancipation humaine et pour une société plus juste».

Continuer la lecture

pictureLa Révolution espagnole, les collectivisations en Catalogne (1936-1939)

A l’occasion du 80e anniversaire de la Révolution espagnole, nous publions en deux parties un article sur les collectivisations en Catalogne (Richard Neuville, 2009)*.

« Pour qui arrivait directement d’Angleterre, l’aspect saisissant de Barcelone dépassait toute attente. C’était bien la première fois dans ma vie que je me trouvais dans une ville où la classe ouvrière avait pris le dessus. […] Tout cela était étrange et émouvant. Une bonne part m’en demeurait incompréhensible ; mais il y avait là un état de choses qui m’apparut sur-le-champ comme valant la peine qu’on se battît pour lui. » George Orwell Première partie Seconde partie

pictureEcopla : les salariés exigent l’intervention du gouvernement

Ecopla, c’est l’histoire d’un désastre industriel, d’une PME régionale qui disposait d’un savoir-faire unique en France et dont les salariés n’ont jamais été écoutés, en dépit du droit d’alerte dont ils disposent et qu’ils ont exercé. Ecopla, c’est aujourd’hui un combat de salariés pour maintenir une production dans l’espoir de voir cette entreprise repartir et se développer.

Continuer la lecture

pictureUn village d’éco-inventeurs, pour développer des outils libres au service de l’écologie et de l’intérêt général

Une éolienne en kit à moins de vingt euros, une douche qui recycle l’eau en boucle, un tracteur à pédales, un filtre antibactérien qui rend l’eau potable… Le point commun entre ces projets sociaux et écologiques ? L’open source. Des outils sans brevet, donc librement diffusables et appropriables par tous, à moindre coûts. Dans les Yvelines, des jeunes ont passé cinq semaines à développer des projets innovants, qui pourraient révolutionner nos manières de travailler, produire ou consommer. Rencontre avec ces makers qui veulent changer le monde.

Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici