Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 55 - Novembre 2016

Thessalonique :

un moment

d’évidence

politique

Il est des temps où il est difficile de se retrouver dans la politique institutionnelle. Des temps électoraux où on croit que le pire est conjuré alors qu’il frappe à la porte. Des temps où il est parfois difficile de déterminer ce qui devrait faire la spécificité d’une gauche. Et puis, il y a des moments d’évidence. La rencontre euroméditerranéenne « L’économie des travailleurs » qui s’est déroulée du 28 au 30 octobre à Thessalonique est de ceux-là : des entreprises reprises par leurs salariés qui se rencontrent par delà les frontières pour échanger les expériences et construire les prémisses d’une autre économie.


Ce mouvement mondial a été initié il y a huit ans par les nombreuses entreprises récupérées d’Argentine. Il s’appuie sur une idée simple : esquisser une économie dans laquelle ce ne serait plus des actionnaires extérieurs à l’entreprise qui dirigeraient celle-ci mais les premiers intéressés, à savoir ses travailleurs. La rencontre de Thessalonique est la deuxième réalisée en Europe après celle qui s’était tenue dans l'usine des Fralib, aujourd’hui Scop-TI, près de Marseille. 200 personnes étaient présentes il y a deux ans. 500 aujourd’hui venant de de l’état espagnol, du Pays basque, d’Italie, de France, d'Allemagne, de Croatie, de Serbie, de Bosnie, de Grande-Bretagne, de Turquie, de Pologne et bien sûr de la Grèce. De même, outre les militants, syndicalistes, chercheurs, de nombreux travailleurs d’entreprises récupérées ont fait tout spécialement le déplacement.

Les travailleurs de VioMe, entreprise qui recevait ces rencontres, ont pris une initiative exceptionnelle : se rencontrer entre seuls travailleurs pour définir ensemble ce qu’est une « économie des travailleurs » qui ne peut se résumer à une juxtaposition de coopératives de travail. Un débat sur l’importance d’une présence de l’ensemble des travailleurs dans le processus de décision et ce, qu'ils soient membres ou pas de la coopérative, et sur le refus de la présence d’actionnaires extérieurs. Une démarche totalement autogestionnaire dans laquelle les intéressés eux-mêmes cherchent à répondre aux questions qui se posent. à partir de là, le projet d’un fonds international de solidarité entre entreprises récupérées et d’un réseau d’échanges de produits. Bref, l’économie des travailleurs, un projet à construire.

En ces temps politiques troublés, la perspective d’une économie débarrassée d’actionnaires parasitaires, dirigée par ses travailleurs et orientée par les usagers devrait être une évidence. Les multiples expériences récentes de reprises d’entreprises par les salariés nous montrent que ce n’est pas une utopie. L’utopie, c’est de croire qu’en maintenant le capitalisme, nous serons à même d’offrir à toutes et à tous un avenir. Et pourtant, cette perspective d’une économie des travailleurs est aujourd’hui cruellement absente des débats politiques… et on regarde passivement la montée des nationalismes et des extrêmes-droites.

La rencontre de Thessalonique était indiscutablement une évidence politique. C’est pour se permettre de se l’approprier et d’en comprendre ses enjeux que l’Association Autogestion a décidé d’organiser une réunion de compte-rendu de celle-ci le mardi 22 novembre à 19h au Maltais Rouge, 40 Rue de Malte, 75011 Paris. Vous y êtes les bienvenu-es.

Colette Web

Réunion d’information et de débat sur la rencontre "l’Economie des travailleurs" de Thessalonique des 28-29 et 30 octobre

mardi 22 novembre à 19 heures

Le Maltais rouge

40 rue de Malte 75011 Paris

Métro Oberkampf ou République

http://www.autogestion.asso.fr/?p=6406

Sur le site, ces derniers jours...

picture1986, le mouvement étudiant contre la réforme Devaquet, un contenu autogestionnaire balbutiant

Il y a trente ans, à l’automne 1986, un projet de réforme de l’université, le « projet Devaquet » du nom du secrétaire d’Etat de l’époque à l’Enseignement supérieur et à la recherche, provoquait une mobilisation sans précédent depuis les « années 1968 ». Nous ne revenons pas ici sur le contenu précis du projet de réforme ni sur l’évènement qui fait l’objet à l’occasion des commémorations d’initiatives diverses : ateliers archives et mémoires étudiantes, projection-débats, rencontres et cérémonie en l’honneur du jeune Malik Oussékine frappé à mort par les forces de police (voir les annonces et liens après l’article) mais sur deux aspects qui rélèvent de nos préoccupations : la forme de la lutte, et la question des alternatives « en positif » à une réforme gouvernementale... Continuer la lecture

pictureTunisie : Jemna, ou la résistance d’une communauté dépossédée de ses terres agricoles

Périodiquement, certain-e-s annoncent avec aplomb qu’en Tunisie, le « printemps » de 2011 est définitivement clos. L’expérience des travailleurs agricoles de Jemna ici commentée par Habib Ayeb et relatée dans un reportage de Nawaat démontre, à elle seule, qu’il n’en est rien. Leur combat est en effet celui pour la dignité et la justice sociale qui, au même titre que la liberté, faisait partie du slogan central de la révolution inachevée de 2011. Ce sont les mêmes objectif que poursuivent les dizaines de milliers de salariés ayant participé aux vagues de grèves de 2015, ou encore les jeunes chômeurs bloquant périodiquement la production de phosphate dans le bassin minier de Gafsa ou plus récemment l’exploitation du gaz dans l’île de Kerkennah.

Première partie Seconde partie

pictureAutogestion, réappropriation sociale et communs

Nous publions ici l’intervention de Pierre Dardot lors du séminaire Transform! Europe qui s’est tenu à Rome le 12 juin 2015.

L’ensemble des interventions de ce séminaire ont été publiés en anglais dans un livre électronique Socialisation and Commons in Europe: Constructing an Alternative Project de Transform! Europe, sous la direction de Roberto Morea et Chantal Delmas.

Continuer la lecture

pictureHabitat coopératif, économique et bioclimatique : quand le rêve s’apprête à devenir réalité

Bâtir son propre cadre de vie, avec des logements aux loyers peu chers, tout en combinant écologie et solidarités, locales comme internationales. C’est ce que tentent les participants de la coopérative d’habitants Mas Coop, près de Toulouse. Ils sont intérimaires, cadres, chômeurs ou retraités et espèrent inaugurer leur confortable bâtiment coopératif et bioclimatique d’ici un an et demi. Reportage sur un projet qui pourrait en inspirer d’autres, au sein d’un mouvement d’habitat participatif en pleine expansion.

Continuer la lecture

picture20 octobre 2016 : reportage en direct de l’action menée au tribunal de Thessalonique pour l’annulation de la liquidation de VIOME

Alors que se prépare intensément la seconde rencontre euroméditerranéenne « l’économie des travailleurs » – qui aura lieu dans l’usine de VIOME du 28 au 30 octobre avec plus de 200 participants internationaux – l’état et le système judiciaire tentent à nouveau de vendre les locaux de VIOME. C’est la répétition d’une mise aux enchères qui a été reportée sine die en décembre, un événement exceptionnel pour le système judiciaire grec. Cette action de solidarité avec les travailleurs de VIOME a eu lieu pour s’assurer que la mise aux enchères ne se réalise pas.

Continuer la lecture

pictureSoutenir les SCOP-TI (ex-Fralib) en se régalant…

Depuis quelques années, les reprises d’entreprises par les salariés ou les créations de Scop se multiplient. Ces reprises sont pour nous un espoir de voir émerger une autre économie, une économie dans laquelle les salariés reprennent le contrôle de leur travail et apportent un sens à celui-ci. De ce point de vue, il est essentiel que ces expériences réussissent afin de montrer qu’une économie dirigée par ses travailleurs est tout, sauf une utopie.

Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici