Lettre d'information de l'Association Autogestion n° 59 - Mai 2017

Contre l'extrême-droite,

un besoin de politique


On peut se féliciter que Marine Le Pen n‘ait pas accédé à la tête du pays, que son score tant au premier qu‘au second tour ait été inférieur aux « espoirs » désespérants du Front national. Il n‘en demeure pas moins que, de scrutin en scrutin, l‘extrême-droite augmente le nombre de ses voix. Ce parti, peu ou prou fasciste, récolte 11 millions de suffrages, signe que nous n‘avons gagné qu‘un sursis contre la barbarie. Pour inverser la tendance, il faut radicalement transformer le sens de notre société. Plus de pain et de justice sociale, certes, mais surtout plus de démocratie, plus de place à la parole d‘en bas… En bref, que le pouvoir soit rendu à celles et ceux qui créent les richesses.

Les institutions de la 5ème République sont à bout de souffle. L‘élection du président de la République au suffrage universel a montré toutes ses limites avec ce deuxième tour mettant en scène deux candidats qui n‘ont rassemblé ensemble qu‘une minorité des inscrits et des exprimés du premier tour. Une élection qui a vu un candidat porté à la tête du premier tour, puis à la présidence, non pour son programme, ni même sa personnalité ou son image, mais comme le moins mauvais des bulletins « utiles » susceptible d‘empêcher le Front national ou la droite de gagner, « un choix par défaut pour 43% de ses électeurs » selon un sondage Ipsos/Sopra Steria du 8 mai 2017. Nous sommes bien loin d‘un véritable choix bâti sur des enjeux de programmes politiques.

Et pourtant, cette campagne a montré qu‘il y a un intérêt, un désir de politique. Derrière les affaires de costumes, de «fakenews », d‘images « people », on a vu près de 20 millions de personnes suivre les débats télévisés, des centaines de milliers descendre sur les places publiques, dans les meetings et rassemblements, des millions s‘informer et échanger sur les réseaux sociaux. Désir de renouvellement aussi avec la mise à mal des partis traditionnels de gouvernement LR et PS qui se sont succédés dans des alternances sans alternative. Comment ne pas noter que cette (re)politisation peut parfois motiver un refus des formes de la participation institutionnelle ou l‘absence de cadres nouveaux de référence et d‘action collective ainsi qu‘en attestent le niveau record des 4 millions de bulletins blancs ou nuls représentant 12% des votants ? Comment ne pas noter que 34% des 18-24 ans et 40% des 25-35 ans se sont abstenus ? Et c'est aussi le cas de plus de 30% des ouvriers et employés, de 35% des chômeurs et de 34% des moins de 1250€ mensuels.

Peut-on espérer que les enjeux démocratiques et sociaux soient plus présents dans la campagne législative ? Nous entendons bien y contribuer car si l‘on veut mobiliser la société, il faut remettre au centre du débat les droits sociaux et politiques : droit au travail et à une vie décente, extension des pouvoirs de contrôle des travailleurs, propriété sociale sous gestion des salariés, droits des étrangers à commencer par le droit de vote, moyens matériels pour l‘exercice de la citoyenneté dans l‘entreprise, les quartiers et les établissements scolaires.

Le libéralisme féconde la bête immonde. La perspective autogestionnaire est celle qui doit féconder une société solidaire, fraternelle, humaine.

Colette Web

Sur le site, ces derniers jours...

pictureLa classe ouvrière de Serbie dans la transition 1988-2013 (Goran Musić)

Cet ouvrage de la Fondation Rosa Luxemburg est essentiel pour comprendre les évolutions de la classe ouvrière de Serbie, pays d‘Europe centrale ayant connu une trajectoire très particulière par rapport à ses voisins qui ont entamé la transition économique vers le capitalisme immédiatement après 1990. Particulière à deux titres : d‘une part, la Serbie est un pays issu de l‘ancienne Yougoslavie fédérale, d‘autre part, cette dernière a été l‘objet d‘une expérimentation unique dans les pays du bloc « socialiste » : l‘autogestion. Continuer la lecture

pictureAppel à participer à la VIe Rencontre internationale de « l‘économie des travailleurs et des travailleuses » du 30 août au 2 septembre 2017

La VIe Rencontre internationale de « l‘économie des travailleurs et des travailleuses » aura lieu en Argentine du 30 août au 2 septembre 2017. L‘ouverture se déroulera à l‘hôtel Bauen, récupéré par ses travailleur-se-s, dans la ville de Buenos Aires, et se poursuivra dans les locaux de la coopérative Pigüé, usine de textiles récupérée située dans l‘intérieur de la province de Buenos Aires.
Continuer la lecture

pictureAutoconstruire son système énergétique

Dans la Vienne, l‘association l‘Atelier du soleil et du vent organise des formations pour apprendre à construire des systèmes basés sur les énergies renouvelables. Fours, éoliennes ou encore séchoirs solaires sont pour beaucoup de participants la première étape d‘un processus d‘auto-suffisance énergétique.
Continuer la lecture

pictureAnticiper la grève des investissements de la part des possédants

L‘histoire nous a montré que les possédants sapaient souvent les progrès sociaux en pratiquant la « grève des investissements ». Comment l‘affronter demain si d‘aventure un gouvernement progressiste venait aux affaires ? Nous allons donc ici rappeler quelques fondamentaux du fonctionnement des entreprises privées.
Continuer la lecture

pictureNon à l‘expulsion des travailleur-se-s de l‘hôtel Bauen ! Oui à l‘expropriation définitive !

Communiqué de solidarité. Déclaré en faillite en décembre 2001 par ses anciens propriétaires, l‘hôtel Bauen, grand édifice de 20 étages situé en plein centre de Buenos Aires construit avec des fonds publics pour la Coupe du monde de football de 1978, avait été récupéré par un groupe d‘ancien-ne-s travailleur-se-s le 21 mars 2003. Depuis 14 ans, un processus autogestionnaire a été entrepris, permettant de créer 130 postes de travail et de valoriser pratiquement sans financement extérieur un hôtel vidé et abandonné par ses patrons.
Continuer la lecture

pictureLa colonie d‘Aymare (1939-1967)

1939-1967 : La Colonia de Aymaré – Colonie d‘Aymare se situe dans le Lot en Pays de Haute-Bouriane, à Gourdon-Le-Vigan. Il s‘agit d‘une exploitation de moins de 120 ha (dont 28 ha de bonnes terres) qui jouxte un château en ruines. Il y a de nombreuses dépendances (qui sont remises en état et parfois rajoutées ultérieurement), des greniers et granges, une bergerie, des poulaillers, une ancienne chapelle qui contient un four à pain et un silo à grains. L‘exploitation agricole a fonctionné jusqu‘à l‘été 1939. Encore aujourd‘hui (2016) les bois et prairies sont dominants dans tout le secteur, et le site pas simple d‘accès ; on comprend qu‘il a pu servir de refuge. Continuer la lecture

pictureTravailler autrement grâce aux coopératives, une innovation sociale soutenue par la gauche et ignorée par la droite

Les coopératives de salariés étaient à l‘honneur de la précédente campagne présidentielle. Elles incarnaient un rempart face à la rapacité des marchés financiers : partage plus équitable des bénéfices, gouvernance participative, écarts de salaires limités, meilleure résistance que les entreprises classiques… Cinq ans plus tard, les coopératives sont plus nombreuses et embauchent proportionnellement davantage que leurs homologues capitalistes. Continuer la lecture

pictureNotre questionnaire aux candidats – Réponse de Philippe Poutou

A partir d‘une réunion publique qui s‘est tenue le 28 février 2017, l‘Association Autogestion s‘était adressée aux candidats à l‘élection présidentielle sur les thèmes suivants : Droit des salariés dans les entreprises, Faciliter les reprises des entreprises par les salariés en coopératives, Contre la précarité, Démocratie sociale, Les Tribunaux de commerce, Maîtrise des circuits de financement
Continuer la lecture

picturePetit précis d‘histoire sociale de l‘économie sociale (Jean-Philippe Milesy)

La répétition d‘un mot dans une phrase est traditionnellement à proscrire dans toute rédaction. Dans un titre, cela procède d‘une volonté délibérée et revendiquée, ce que fait ici Jean-Philippe Milesy avec la répétition de l‘adjectif « social ». Il ne s‘agit pas ici de réaliser une simple Histoire de l‘économie sociale comme si celle-ci pouvait être neutre, mais de rappeler combien ce qui s‘appelle aujourd‘hui économie sociale ou plus souvent maintenant ESS (économie sociale et solidaire) procède du mouvement social, n‘en déplaise à ceux qui souhaitent la banaliser ou la tiers-sectoriser à côté d‘une « économie de marché » ou d‘un secteur public étatisé. Continuer la lecture

Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici