Lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion n° 6 - Avril 2012

 

Si Sarkozy dégage...

Rien n’est jamais joué à l’avance mais, à la fin mars, les sondages dessinent trois événements : une défaite de Nicolas Sarkozy, un Front national qui resterait contenu et une gauche radicale émergente capable de jouer les premiers rôles.

Si les candidats de gauche évoquent l’alternative que constituent les Scop, il reste beaucoup à faire pour que l'autogestion devienne un mot d'ordre généralisé. Si la victoire de la gauche se confirmait au deuxième tour, cette séquence électorale marquerait une inflexion forte dans les luttes sociales qui suivraient.

Depuis des années, les salariés français (et européens) encaissent recul sur recul : la retraite, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, des plans sociaux pour augmenter les profits, la destruction systématique des services publics et particulièrement celui de l’emploi et de la santé, la modification de points majeurs du droit du travail, etc. Tous ces reculs ont été ponctués par des luttes, parfois puissantes, mais le manque de perspectives politiques et la faiblesse des alternatives n’ont pas permis d'aboutir.

Les dernières années ont vu se conjuguer désindustrialisation et reculs, mais elles ont aussi été riches en prises de conscience et en recherches d’alternatives. Jamais un tel divorce entre la population et ses dirigeants n’a été aussi profond. La prise de conscience que la démocratie a été bafouée par l’adoption du Traité de Lisbonne en lieu et place du TCE rejeté par référendum est forte. L’état de la crise économique, financière et écologique sur toute la planète, la crise des dettes souveraines en Europe, l’exemple de la situation en Grèce, bientôt en Espagne et en Italie accentue le sentiment d’un système "à bout de souffle".

De multiples expériences autogérées ont vu le jour sur le terrain de l'écologie ou du lien social. Le mouvement des SCOP n'a jamais été aussi fort et le mouvement d'auto-organisation autour des AMAP pour une alimentation saine s'est considérablement renforcé. Alors que les salariés de 2009 étaient dos au mur pour négocier au mieux la fermeture de leurs usines, de multiples projets de reprises d'entreprises fleurissent en ce début d'année 2012 : FraLib, SeaFrance, Helio-Corbeil, Inter-59 (ex Paru-Vendu/Comareg)...
 
Ces projets n'ont pas émergé sur un terreau naturellement autogestionnaire mais comme une réponse concrète pour conserver des emplois. A ce sujet, notons que le MEDEF rencontrait le mardi 20 mars les syndicats pour obtenir que des accords de baisse de rémunération contre le maintien des emplois soient opposables aux contrats de travail. Devant la levée de boucliers de l'ensemble des syndicats face à une telle mesure, le MEDEF s'est retranché sur une autre ligne de négociation : une entreprise devra certes rechercher l'accord de chaque salarié mais en cas de refus de celui-ci, l'entreprise pourra alors procéder à son licenciement. « C’est une mascarade. Le patronat veut généraliser le chantage à l’emploi tout en le sécurisant juridiquement », dénonce Maurad Rabhi de la CGT. En cette période de crise dans laquelle le « coût » du travail est quotidiennement pointé du doigt, le patronat cherche à transférer le risque de l'entreprise vers le salarié : les profits sont sécurisés alors que les salaires deviennent une variable d'ajustement. On le sait, ce sont les profits et les dividendes qui donnent une valeur à une entreprise : en garantissant ceux-ci par des salaires variables, on revalorise les entreprises et … on éloigne la perspective d'une reprise de l'entreprise par les salariés.

Mais les salariés ont inversé la proposition : si les salariés doivent assumer désormais le risque de l'entreprise, pourquoi ne la dirigeraient-ils pas ? C'est le sens de la réponse des Scop. Le patronat se refuse à l'entendre car c'est son pouvoir même qui est en jeu.

Pour autant, la reprise d'une entreprise par ses salariés en coopérative est loin d'être LA solution miracle à tous les problèmes mais on ne peut qu'apprécier les déclarations des candidats de gauche à la Présidentielle en faveur des reprises d'entreprises. Mais il faudra aussi voir prochainement émerger des propositions économiques crédibles permettant de sécuriser les revenus des travailleurs d'entreprises autogérées. Vaste débat qui s'annonce et qui n'a pas encore été abordé...

Le futur président ne devrait bénéficier d'aucun état de grâce et de multiples revendications s'exprimeront et devront être satisfaites au-delà du programme affiché : sur l'emploi, les revenus, les services publics, revendications qui poseront la question de la légitimité du capital.

Colette Web

 


Dans le site, ces derniers jours...

Actualité de l'autogestion

picture Europe : pas sans nous ! Appel des 200 pour un référendum sur le nouveau Traité européen

Echaudé sans doute par le référendum de 2005 qui avait vu triompher le « non » à la ratification du Traité constitutionnel européen (TCE) à l’encontre de la volonté gouvernementale et du discours dominant, il a été décidé que le nouveau traité négocié entre les gouvernements ne soit discuté que par les parlements nationaux.    Continuer la lecture

 
picture Chronique grecque de l’autogestion courante (2)

Luttes et perspectives pour l’autogestion en temps de crise

Conférence le Vendredi 16 mars 2012 à 19 h à la Faculté de droit, Athènes

Alors que les occupations, opérations de contrôle ouvrier ou de mises en autogestion semblent se multiplier en Grèce, une Conférence nationale est organisée à Athènes pour faire le point de la situation et coordonner l’action. L’Association pour l’Autogestion rendra compte prochainement de cette rencontre.    Continuer la lecture

 

Alternatives vivantes

picture Le Monde allant vers… : une ressourcerie en autogestion

Mettre en pratique à la fois des réponses à l’organisation du travail, au mode de consommation et à la gestion de l’environnement, c’est le projet que mène le Monde allant vers…, une ressourcerie installée à Eymoutiers (87).
 Continuer la lecture

 
pictureLe FabLab de Barcelone

Le FabLab de Barcelone est l’un des plus anciens et des mieux équipés. Il dépend d’un institut d’architecture, c’est pourquoi nombre de ses projets sont reliés à l’habitat, la ville et l’urbanisme. La seconde originalité de ce Fablab est l’ambition de créer un réseau de Fablab dans Barcelone avec l’aide de la municipalité, afin de stimuler le tissu économique, de favoriser la réindustrialisation de la ville, et de produire localement avec les ressources disponibles. Bien que ces objectifs ne soient pas spécifiquement autogestionnaires, ils méritent d’être considérés pour s’en inspirer, et se les approprier.
   Continuer la lecture

 

Débats

pictureAutogestion : avancées et limites des Scop

Face aux restructurations et fermetures d’usines, qui accompagnent l’approfondissement de la crise du capitalisme mondialisé, la question de leur appropriation et de leur gestion  par leurs propres travailleurs revient à l’ordre du jour. A l’exemple des Lip, les travailleurs de Philips à Dreux ont tenté de reprendre la production sous contrôle ouvrier. A Fralib et Seafrance, s’est posée la question d’une reprise sous la forme d’une Scop et, dans le cas de Seafrance, cette proposition a même reçu le soutien de Nicolas Sarkozy. Mais que sont vraiment les Scop ? Une forme d’autogestion socialiste susceptible de se généraliser ou une forme d’entreprise capitaliste gérée par des actionnaires travailleurs ? Quelles avancées démocratiques et sociales représentent-elles par rapport à l’habituelle Société Anonyme et quelles sont les limites de ces avancées ?  Continuer la lecture

pictureLes réserves impartageables des coopératives

Les réserves impartageables sont une des caractéristiques fortes des coopératives. Obtenues par accumulation de surplus au fil des années, elles ont la particularité de n’appartenir à personne en particulier, mais au collectif rassemblé dans la coopérative. Une preuve vivante de la possibilité d’une appropriation collective des moyens de production qui se distingue de la nationalisation.
  Continuer la lecture

 

Histoire

picture1975 : les quinze theses sur l’autogestion du parti socialiste

« Quinze thèses sur l’autogestion » c’est le texte présenté à la convention nationale du Parti socialiste qui se réunit les 21 et 22 juin 1975.  En y consacrant une convention, le Parti socialiste élève au rang de principe l’autogestion, l’officialisant ainsi comme un des aspects de son identité, le distinguant à la fois du passé de la SFIO comme de son partenaire/concurrent, le Parti communiste, qui n’adoptera l’autogestion qu’à son XXIIIème congrès en 1979… après la rupture de l’union de la gauche.  Continuer la lecture

pictureJenny d’ Héricourt (1809-1875)

Bien qu’elle n’ai pas participé à la Commune, elle marque, dans la suite d’Olympe de Gouges ou de Théroigne de Méricourt, l’entrée des femmes dans la lutte pour leur émancipation et dans le mouvement révolutionnaire du XIXe siècle. Elle est un peu, à ce titre, une marraine de celles qui vont prendre part à l’insurrection Parisienne. Bien sûr, il y en a eu d’autres, mais son influence est largement reconnue.  Continuer la lecture

 

Films

pictureVivre l’utopie (Espagne 1936)

Film intégralement en ligne

Il y a 70 ans, le 19 juillet 1936, les tra­vailleurs espa­gnols des­cen­daient dans la rue, pre­naient les armes et pro­vo­quaient la grève géné­rale dans de nom­breu­ses régions d’Espagne pour répon­dre à la ten­ta­tive de coup d’Etat natio­na­liste à carac­tère fas­ciste déclen­ché la veille. Cette réac­tion, qui peut appa­raî­tre comme spon­ta­née, fut l’œuvre des orga­ni­sa­tions syndicales (CNT et dans une moindre mesure UGT) et politiques telles que la FAI (d’inspiration anarchiste) et du POUM (Parti marxiste anti-stalinien). Continuer la lecture

pictureMerceron SCOP-SA

Si les SCOP ont un taux de survie supérieur aux autres entreprises, il n’en reste pas moins vrai que certaines d’entre elles peuvent aussi connaître la faillite. Merceron SCOP-SA, entreprise de Châtellerault, est l’une d’elle. En juin 2005, le groupe Lafont industrie cesse son activité de carrosserie industrielle sur le site de Châtellerault. Les 84 salariés sont licenciés. Après 6 mois de bataille judiciaire, 27 d’entre eux rachètent l’entreprise et relancent l’activité à leur compte sous la forme d’une SCOP. Le film suit cette entreprise sur deux ans en filmant son activité et les témoignages des acteurs de cette expérience.  Continuer la lecture

 

Livres

Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine – Maxime Quijoux

Faire des hommes libres – Boimondau et les communautés de travail à Valence

 

 

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici