Lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion n° 7 - Mai 2012

 

Autogestion et

garantie des revenus...

Les résultats du premier tour sont tombés. C’est le désaveu que nous espérions vis-à-vis de Sarkozy, mais la menace du Front National pèse, au-delà du deuxième tour, sur la vie politique française. Face à la crise, une recomposition de la droite autour du FN se fera contre les travailleurs et la population, contre leurs luttes : les libertés démocratiques et l’extension des droits des travailleurs ne font pas partie de leur programme.

La chute de Sarkozy donnera des meilleures conditions pour le développement de l’action collective. C’est pour cette raison qu’il ne nous est pas indifférent qu’il soit défait, même si c’est dans les urnes puisque c’est l'outil immédiat qui s’offre à nous.

La nouveauté de ces derniers mois est la multiplication des conflits sociaux relatifs au maintien de l'emploi et portant un projet de reprise de l'entreprise pas ses salariés. Notons que le thème de la reprise en coopérative a souvent été portée dans la campagne, entre autres par le Front de gauche qui constitue la surprise de ce scrutin.

Le gouvernement Hollande appuyé par une majorité de gauche à l’Assemblée devra faire face aux aspirations profondes qui se sont exprimées durant la campagne, tant en terme de réduction du chômage qu'en terme de pouvoir d'achat pour la majeure partie des couches de la population. Dans la mesure où le programme socialiste ne revient pas sur les réformes des dernières années (privatisations, allongement de la durée de cotisations pour la retraite à taux plein, adaptation à l’Europe libérale), il y a fort à parier que des luttes se développeront.

Le droit à l’emploi pour toutes et tous avec un salaire décent passe par la réduction du temps de travail sans diminution de revenu. Le retour sur les contre-réformes du passé exigeront le relèvement du salaire socialisé. Tous ces éléments penchent pour une réduction drastique du profit des entreprises et le cas échéant leur appropriation démocratique. Celle-ci ne sera possible que si l’exercice des droits, du contrôle, de la gestion est libérée des contraintes de la survie quotidienne, ce qui suppose de garantir le droit à l’emploi stable, des salaires décents, la réduction du temps de travail, un bien être physique et mental, l’accès aux études et à la culture. L'un ne va pas sans l'autre.

Là sont les enjeux, et si les élections peuvent participer du rapport de forces, c’est avant tout les luttes, l’organisation démocratique de l’action collective qui permettront d’aller de l’avant.

Retrouvons-nous tous ensemble le Premier mai dans la rue.

Colette Web

 


Dans le site, ces derniers jours...

Actualité de l'autogestion

picture Droit de préemption des salariés en cas de cession de leur entreprise

En cette période où les SCOP et SCIC deviennent « tendance » et où le changement de majorité parlementaire se profile, une association Ap2E (Agir pour une Economie Equitable) fait la promotion d’un loi sur un Droit de préemption des salariés en cas de cession de leur entreprise.
   Continuer la lecture

 
pictureLe Pavé… dans la mare de l’éducation populaire

Le Pavé est une structure autogérée d’éducation populaire qui dispense une formation explicitement politisée. Une initiative fondée sur la critique sociale, mais aussi sur la critique de ce qu’est devenue l’éducation populaire.
  Continuer la lecture

 
picture Le projet Open Source Ecology

Le Projet Open Source Ecology est un réseau de fermiers, d’ingénieurs et de techniciens qui produisent des machines industrielles en open source à moindre coût, pour aider le plus grand nombre à se ré-approprier ces outils nécessaires à la vie moderne, dans le respect de l’environnement et en s’opposant ainsi au mode de production capitaliste actuel.
 Continuer la lecture

 
pictureOccupation de terres à Somonte (Andalousie)

« Notre philosophie peut se résumer de la façon suivante : la terre, comme l’air et l’eau, est un don de la nature que personne ne peut s’approprier pour son profit individuel ou pour son enrichissement privé. La terre est un bien public, propriété du peuple, qui doit être à l’usage et à la jouissance de ceux qui y vivent et qui la travaillent. Si alors la terre n’est à personne, la propriété de la terre est un vol. C’est pour cela que nous demandons l’expropriation sans indemnisation… » (Extrait du programme pour la réforme agraire voté lors du 3e congrès du SOC à Marinaleda en octobre 1983)
   Continuer la lecture

 
 

Histoire

Ahmed Ben Bella, l’Algérie et l’autogestion

Paule Mink (1839-1901)

Anna Jaclard (1844-1887)

 

 

Livres

Créateurs d’utopies – Démocratie, autogestion, économie sociale et solidaire

L’Etat social – Christophe Ramaux

Droits des salariés et autogestion – Jacques Brault – 1975

Pistes pour en finir avec le capitalisme (OMOS)

 

 

 

 

  Si vous ne souhaitez plus recevoir la lettre d'information de l'Association pour l'Autogestion, cliquez ici