Mois : août 2012

Georges Gurvitch, les droits sociaux et l’autogestion

Georges Gurvitch (1894 Novorossisk – 12 décembre 1965 Paris) a vécu sa formation à la fois intellectuelle et militante dans le premier tiers du « siècle des guerres et des révolutions ». Etudiant en Russie où il se consacre à une formation juridique, il séjourne aussi en Allemagne comme de nombreux étudiants russes, où il rencontre la philosophie et la sociologie allemande. Militant dès 1911 au Parti social-démocrate letton, puis en 1915 au Parti socialiste-révolutionnaire, il est actif en 1917, dans un groupe d’étudiants contestataires qui défend une position en marge des mencheviks, des libertaires et des bolcheviks. La critique qu’il fera ultérieurement de l’URSS (une « dictature bureaucratique ») et ses travaux sociologiques confortant son orientation proudhonienne, l’amènent à penser l’autogestion, avec notamment la Déclaration des droits sociaux en 1944 dont nous publions des extraits. Ses engagements politiques ne l’empêchent pas de passer son agrégation en 1918, année où il est nommé assistant à l’Université de Petrograd (qui deviendra Leningrad). En 1919, à 25 ans, il est professeur à l’Université de Tomsk . Inspiré par des idéaux proud’honiens, il quitte l’Union Soviétique dès 1920 pour Prague, où il enseignera à la Faculté de droit de 1921 à 1924. En 1925, Georges Gurvitch arrive en France et donne des cours libres à la Sorbonne. Se consacrant principalement au droit social, il participe en 1933 à la fondation de « l’Institut international de philosophie du...

Continuer la lecture

Planification et gestion démocratique (Pierre Naville, 1962)

Le 27 février 1962 salle des Horticulteurs, à l’invitation du Centre d’études socialistes (CES), sous la présidence de Laurent Schwartz, Serge Mallet, Pierre Mendès-France, Pierre Naville, débattent du thème « Les travailleurs peuvent-ils gérer l’économie? », contributions publiées dans les Cahiers du CES en 1963. Nous publions la contribution  de Pierre Naville (1904-1993), journaliste, membre du groupe surréaliste, sociologue (notamment du travail et de la formation professionnelle), chercheur au CNRS,  dirigeant trotskyste dans les années 1930 et du PSU dans les années 1960. Le Centre d’études socialistes (CES) a été créée fin 1959 avec notamment Agnès Humbert et François Châtelet de Tribune du Communisme, Yvan Craipeau et Gilbert Mathieu de   de l’UGS, groupements qui vont – avec d’autres – fonder le Parti socialiste unifié (PSU). A la tête du CES un comité pédagogique comprenait des personnalités telles qu’Henri Bartoli, René Dumont, Paul Fraisse, André Hauriou, Charles-André Julien, Ernest Labrousse, Georges Lasserre, Henry Lefebvre, Édouard Perroy, Laurent Schwartz. Illustration : Barcelone 1936, sur le site http://gimenologues.org Le  CES était ainsi un organisme proche du PSU, auquel des universitaires, des journalistes et des intellectuels de diverses orientations apportèrent leur soutien. Contrôlé par la gauche du PSU, le CES eut des rapports complexes avec les sommets du parti. En septembre 1963, un « protocole d’accord » fut mis au point (mais non ratifié). Le PSU désigna un responsable pour les relations entre les deux organismes, sans entrer...

Continuer la lecture

La Commune de Paris vue par René Lourau

A l’occasion du centième anniversaire de la Commune de Paris, la revue Autogestion et socialisme n° 15 (mars 1971) publie un dossier consacré à ce que René Lourau considère comme un « laboratoire historique » au sens, indique t’il, « d’expérience concrète, cumulative » enrichissant la théorie et la pratique. Cet article attire l’attention sur la « contre-culture », notamment les développement des media d’information, la place des « déviants » dans cette « révolution des marginaux », intellectuels, « aristocratie ouvrière » à la limite de l’artisanat et l’apparition de l’autogestion avec des « contre-institutions ». A lire, non seulement comme éclairage historique, mais aussi (surtout) comme exemple mettant en œuvre une créativité d’analyse  d’expériences révolutionnaires et autogestionnaires La Commune, un laboratoire...

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter !

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1723
Montant total: 189 764,44 €

Nos partenaires



Archives

août 2012
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031