Mois : juin 2012

En direct de la Foire à l’Autogestion

Nous étions là à la Foire qui se tenait du vendredi 22 au dimanche 24 au Lycée Auto-Géré de Paris et à la Parole Errante, à Montreuil. Résumé rapide et impressions en direct d’une Foire qui a rassemblé du monde ce week-end autour de l’Autogestion. Le programme était dense et 1300 participants se sont retrouvés du vendredi au dimanche pour évoquer les thèmes suivants : féminisme. travail, syndicalisme et organisation des travailleurs. pouvoir politique (luttes de libération, printemps arabe, Grèce, …). réappropriation de l’économie, de la production et des techniques (SCOPS, décroissance, kit coop, réparation de vélos). éducation, mémoire et diffusion des expériences (pédagogie, ciné, radio libertaire). De nombreux débats et forums étaient ouverts et ont permis des échanges et rencontres. Des projections de films, mais aussi des ateliers pour faire circuler l’information sur les  expériences qui marchent et celles qui plantent. On y a vu dans une ambiance détendue : des syndicats. des structures politiques. des assos. des scops. (la liste complète des organisations signataires sur le site ) En résumé : bravo aux organisateurs. Pourquoi n’organiserions-nous pas l’an prochain une Foire plus grande incluant toutes les sensibilités politiques, associatives ou syndicales qui se reconnaissent dans l’autogestion...

Continuer la lecture

Foire à l’Autogestion

Ce week-end se déroulera la Foire à l’Autogestion à Montreuil. Elle commencera le vendredi soir au Lycée autogéré de Paris (LAP), 393, rue de Vaugirard, Paris 15e avec un forum sur le thème « Autogestion et pédagogie » et se poursuivra les samedi et dimanche à la Parole errante, 9, rue François-Delbergue, Montreuil (métro Croix-de-Chavaux). Au menu, des stands, forums, ateliers et des projections de films. Nous espérons que cette foire  rencontrera un succès en faisant progresser les idées autogestionnaires dans la société, malgré ses limites. En effet, si – bien que sollicitée – l’association pour l’autogestion, comme d’autres structures, ne fait finalement pas partie des organisateurs, c’est en raison du désaccord avec la conception promue par initiateurs de cette Foire, qui ont fait le choix d’un périmètre politique restreint, excluant des mouvements ou partis qu’ils ne jugeaient pas « autogestionnaires » (C’est ainsi par exemple que le NPA s’est vu refuser le statut de co-organisateur). C’est dans ces conditions, estimant que nous ne pouvons nous arroger le droit de déterminer qui est autogestionnaire et ne l’est pas, que nous avons pris cette décision, tout en informant de l’initiative, et y participant à notre mesure, comme nous le faisons pour toute initiative sur l’autogestion. Rappelons que  l’Association pour l’Autogestion est ouverte à tout individu se réclamant de l’autogestion et adhèrant à son objet, sans distinction d’appartenance politique, syndicale,...

Continuer la lecture

1973 : Les quatorze thèses pour l’autogestion

C’est à son 8ème congrès en décembre 1972 que le PSU (Parti socialiste unifié) se prononce pour le socialisme autogestionnaire en adoptant le manifeste Contrôler aujourd’hui pour décider demain. En janvier 1973, c’est la fondation du CLAS (Comité de liaison pour l’autogestion socialiste) qui tient un colloque en mai, à l’occasion duquel ces quatorze thèses pour l’autogestion, dues essentiellement à la plume de Victor Leduc, ont été rédigées. Le CLAS a été créée par l’AMR (Alliance marxiste révolutionnaire), les CIC (Centres d’initiative communiste), le PSU (Parti socialiste unifié) et le groupe « Objectif socialiste (issu de Vie nouvelle). L’AMR, a été formée par les militants dits « pablistes » (voir biographie de Michel Pablo). Trotskystes mettant l’autogestion au centre du programme révolutionnaire (voir le document publié dans leur journal, L’Internationale, « 17 questions sur l’autogestion »). Les CIC, sont fondés par des exclus du PCF, avec notamment Roger Garaudy, Charles Tillon, Jean Pronteau, Maurice Kriegel-Valrimont, Victor Leduc. dont l’assemblée constitutive se tient le 22 janvier 1971. Les CIC se dotent d’un journal, Action, qui consacre un dossier en novembre 1972 à « autogestion et révolution ». (Sur Objectif socialiste et Vie nouvelle, voir l’article d’André Grelon et François Subileau en 1989 dans la Revue française de science politique : En 1973/1974, l’essentiel des CIC, puis l’AMR adhèrent au PSU, une partie des CIC, et Objectif socialiste vont rejoindre le Parti socialiste notamment avec les « assises du...

Continuer la lecture

Retour à la terre en Grèce (1) – émission France Culture

Sur France Culture, un reportage en plusieurs parties a été consacré au retour à la terre en Grèce,  notamment au festival Peliti, au cours duquel 7000 personnes se rassemblent afin de s’échanger des graines de plantes de variétés traditionnelles.  Des expériences en cours  production, de distribution, et de systèmes d’échange alternatifs sont aussi passés en revue. Le réseau Peliti a été crée par Panagyotis Saïnatoudi, après plusieurs années de voyages en Grèce, au cours desquels il a rassemblé de très nombreuses semences. Plusieurs intervenants constatent que : les variétés traditionnelles ne sont presque plus cultivées, et encore moins distribuées dans le pays. Les particuliers ou cu:tivateurs achètent des graines dans le commerce ou des plantes déjà germées. À la suite de la crise, les salaires baissent, les prix à la consommation sont élevés, et de nombreux Grecs reviennent au village. Ils tentent de cultiver la terre, mais n’y parviennent pas faute de connaissances. Les associations du type de Peliti rencontrent un grand succès. Mais l’échange de graines se suffit pas, car personne ne sait si ces graines sont effectivement plantées, ni si elles bénéficient des soins nécessaires pour pousser convenablement. Parallèlement, des agriculteurs bio sont intérrogés, et tentent de démontrer la faisabilité économique d’une exploitation en bio à partir de variétés traditionnelles et en circuits d’approvisionnement et de distribution courts, afin de restaurer la souveraineté alimentaire. Concernant la distribution, des...

Continuer la lecture

Victor Leduc

De son vrai nom Valdemar Nechtschein , Victor Leduc nait à Berlin en 1911 ,  dans une famille de juifs russes exilés à la suite de l’échec de la révolution de 1905.  En 1914 ils s’installent en France. Boursier et interne Victor Leduc obtient le premier prix de français au concours général.   Par la lecture du Manifeste communiste, des ouvrages de Sorel et de Nietzsche il acquiert des bases théoriques et renforce ses convictions. En hypokhâgne au lycée Henri-IV, il adhère aux Jeunesses communistes et aux Jeunesses syndicalistes scolaires (lycéens du « pré-syndicat » Union fédérale des étudiants), puis au Parti communiste en février 1934. Il anime les Amis de l’URSS à Neufchâteau puis à Saint-Dié dans les Vosges où il enseigne. Pendant la guerre, il rentre dans la résistance  et y rencontre Jean-Pierre Vernant, Lucie Aubrac, etc. Il s’occupe à plein temps de l’action clandestine à Toulouse. Arrêté et évadé, il continue son activité à Paris. Responsable de l’action ouvrière du MLN qui éditait le journal clandestin Action il en devient le directeur à la Libération, jusqu’en octobre 1949, moment où la direction du PCF le remplace. Ensuite il devient responsable de la revue internationale du Mouvement de la paix, permanent à la section idéologique, et à la commission des Intellectuels,  écrit dans différentes revues communistes : Cahiers du Communisme, Démocratie nouvelle, la Nouvelle critique et quelquefois dans la rubrique « Doctrine...

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter !

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1804
Montant total: 196 577,44 €

Nos partenaires



Archives

juin 2012
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930