Auteur : Benoît Borrits

La Commune du Rojava – L’alternative kurde à l’État-nation

En 2014, le monde entier découvrait la résistance acharnée des kurdes syriens contre Daech dans la ville de Kobané. À l’exact opposé de l’obscurantisme de leurs adversaires, ceux-ci défendent la démocratie, la laïcité, l’écologie et l’égalité homme-femme. Alors qu’ils revendiquaient précédemment la constitution d’un État kurde indépendant, voilà que désormais leur stratégie s’inspire du municipalisme libertaire et vise à dépasser les États-nations par une confédération de communes instituées de façon radicalement démocratique dans lesquelles les communautés cohabitent. Une approche qui, par bien des aspects, laisse certaines questions sans réponses mais qui ne peut manquer de nous interpeller au moment...

Continuer la lecture

Définir les contours de l’Économie des travailleur-ses

Lors des rencontres euro-méditerranéennes de l’Économie des travailleur-ses de 2016, les travailleurs de VioMe ont mis ce point à l’ordre du jour et demandé à ce qu’il soit traité par les travailleur-ses eux-mêmes. En effet, la forme juridique la plus utilisée dans les reprises d’entreprises est la coopérative de travail, une société dans laquelle les travailleur-ses doivent être majoritaires en capital et qui délibère sur la base d’une personne une voix. Pour autant, cette forme juridique reste une forme privée qui n’assure pas toujours une réelle démocratie ouvrière. De même, est-ce qu’une entreprise nationalisée peut appartenir à ce mouvement ?...

Continuer la lecture

Septembre : Les ordonnances : Loi du secret contre démocratie

Le processus de fabrication des ordonnances réformant le code du travail est un symptôme visible confirmant le diagnostic porté par le mouvement social sur l’État Macron et le projet du monarque-président : les pouvoirs publics doivent être soumis aux règles en usage dans les affaires, et aussi dans l’action militaire, le secret. Nous ne reviendrons pas sur le contenu des ordonnances désormais public, confirmant ce que nous en disions dès juin dernier : « Le dévoilement des “brouillons” du ministère du travail par Le Parisien et Libération confirme bien que la politique libérale prônée s’associe à un dirigisme étatique avec forts penchants autoritaires. Mais après tout, l’État-gendarme garant du marché libre sans entraves, c’est tout à fait cohérent. » La procédure des ordonnances est déjà une confiscation du pouvoir parlementaire, abandonné sans état d’âme par la majorité parlementaire. Mais, même dans ce cadre, plusieurs modes d’élaboration sont possibles. Ainsi, la réforme du droit des obligations et du droit des contrats (ordonnances de 2016) avait été précédée par des consultations publiques dès 2015, reprises en 2016 : « Le garde des Sceaux a choisi de poursuivre la méthode de travail collectif […] toute personne intéressée, qu’elle soit universitaire, praticien du droit, professionnel de l’assurance, représentant d’une entreprise ou d’une association, ou encore simple particulier, est invitée, jusqu’au 31 août 2016, à contribuer à la rédaction d’un projet de loi qui...

Continuer la lecture

La révolution Holacracy est-elle de l’autogestion ?

Dans la panoplie des nouvelles méthodes de gestion qui cherchent à « responsabiliser » les salariés sous couvert d’en faire des « collaborateurs », nous trouvons Holacracy, un système qui prétend donner tout le pouvoir aux salariés. Jamais son auteur n’aborde la question de la nature de l’entreprise, se retranchant derrière une « raison d’être » de celle-ci censée nous gouverner. Au final, un système qui tend à transformer chaque salarié en manager pour le plus grand bénéfice des propriétaires… La cause est entendue. En matière de gestion d’entreprise, le système hiérarchique a vécu. Place aux organisations souples ! Tel est le propos du célèbre livre...

Continuer la lecture

L’expérience Cecosesola

Le premier acte de cette expérience a été la formation de coopératives de services bancaires pour accueillir des dépôts et fournir des prêts à la communauté. Cecosesola a été formée en 1967 en tant que coopérative de second niveau pour unir neuf coopératives et ouvrir la voie à la diversification. Quelques années plus tard, Cecosesola ouvrira des services funéraires abordables pour la communauté puis investira dans des transports de bus. C’est à ce moment que Cecosesola aura affaire aux politiciens locaux des deux partis de l’époque, l’Alliance démocratique et la Copei, qui estimaient que ces transports devaient rester sous...

Continuer la lecture

Prochain évènement

Abonnez-vous à notre newsletter !

Soutenez-nous

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1883
Montant total: 204 818,44 €

Nos partenaires



Archives

janvier 2018
L M M J V S D
« Déc    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031