EGAUn documentaire sur la lutte pour le maintien de l’Hôpital Elsabeth Garrett Anderson qui s’est déroulée à Londres de 1976 à 1979. Il a été occupé durant 18 mois tout en étant maintenu en fonctionnement. Une situation qui n’est pas sans rappeler certaines initiatives en Grèce et ailleurs. Documentaire passionnant – hélas, en anglais non sous-titré – qui permet d’écouter les patients, les personnels et les acteurs de cette occupation.

En 1976, après une longue période d’abandon des autorités sanitaires, le ministère de la santé du Royaume-Uni a annoncé la fermeture de l’hôpital Elisabeth Garrett Anderson (EGA), un hôpital du centre de Londres, dédié aux femmes et dans lequel le personnel était féminin.

Une alliance des personnels, des patients, de mouvements travaillistes et féministes ainsi que des habitants locaux a lancé une campagne pour sauver l’hôpital. Après avoir gagné plusieurs reports de fermeture, lorsque celle-ci devait être effective, la campagne a organisé une occupation de l’hôpital, durant laquelle les patients ont continué de recevoir des soins. Les soutiens surveillaient l’hôpital jour et nuit afin de contrer l’éventuel déménagement de matériels et l’expulsion des patients.

Malgré de nombreuses annonces de fermeture, l’occupation s’est poursuivie durant 18 mois. Le documentaire ici présenté « EGA stays OK ! » – produit par la série Open Doors – a été un élément de soutien au maintien de l’activité et reste un témoignage intéressant sur le personnel, les soutiens ainsi que les patients durant l’occupation. Suite à l’action autour de l’EGA, de nombreuses occupations d’hôpitaux ont été organisées afin de stopper les fermetures et d’enrayer le déclin des services de santé de proximité. De tels événements ont récemment eu lieu en Grèce et ailleurs au moment où les coupes budgétaires impactent les établissements sanitaires.

Comble de l’ironie, l’occupation d’EGA s’est terminée lors de l’arrivée au gouvernement de Margaret Thatcher en 1979 qui a mis en place un plan de maintien de l’hôpital par l’introduction de financement privé accompagnant le financement de l’Etat. Divisant la campagne de soutien à EGA, ce fut la première illustration de l’empiétement du secteur privé dans la santé au nom du « libre choix ».

Traduit à partir du site Workerscontrol.net.

 

Cet article vous a plu ?

Soutenez-nous pour que nous puissions continuer !