MAFLOWRi-Maflow, Riuso, Riciclo, Riappropriazione, Rivolta, Rivoluzione

Discours inaugural 2014

« Nous l’avons dit tant de fois, notre intention est de faire une révolution. Non parce que c’est la mode, ou pour notre propre satisfaction (du moins pas seulement), mais parce que le vieux  système est terminé, et il y a besoin d’en trouver un nouveau, et nous ne voulons pas cette fois-ci que ce soient d’autres qui le décident à notre place.

Une année s’est écoulée, la première année, et que dire ?

D’abord, un grand merci à vous tous qui nous avez accompagné sur notre voie et avec patience. Oui, car nous avons certainement fait des erreurs, aurions pu faire plus, autrement nous serions déjà dans un monde totalement nouveau, plus beau, plus heureux. En il reste encore des détails à régler. Ce sera notre tâche en cette  nouvelle année, qui, nous vous le promettons, ne sera pas ennuyeuse.

Continuez à nous accompagner, un peu, beaucoup, comme vous le pouvez, car notre révolution est aussi la vôtre. »

Voilà les vœux que les travailleurs de Ri-Maflow adressent à toutes celles et tous ceux qui ont suivi, soutenu une lutte engagée il y a plusieurs années débouchant sur une expérience à caractère autogestionnaire.

A l’origine, la société Murray a été fondée en 1973, à Milan, fournissant aux entreprises du secteur automobile divers éléments : tubes pour les freins, tuyaux pour l’essence… Elle étend ensuite progressivement ses activités à la conception et à la construction d’autres composants pour l’automobile.

En 1999 le groupe Manuli Ribber rachète Murray qui devient « Manuli automobile components SpA ».

En 2004 la holding se sépare de la branche automobile et cède Maflow SpA au fonds « Italien Lifestyle partner » contrôlé par Hirsch and Co de Mario de Benedetti, Jean Francis Aron et Stefano Cassina et ce, pour 150 millions d’euros. Maflow est en 2007 à son plus haut degré d’expansion, elle est devenue une multinationale à capital italien implantée avec 23 établissements en Europe, Amérique, Asie. Rien que dans la ville de Trezzano, Maflow emploie 320 travailleurs.

En dépit de son apparente bonne santé, le tribunal de Milan déclare le 11 mai 2009 la société Maflow en cessation de paiements. On évoque un déficit de 300 millions dû à des opérations financières, une gestion et une administration pour le moins douteuses, en tous cas « discutables ». Le 30 juillet 2009, elle est placée sous « administration extraordinaire » (équivalent de notre  administration judiciaire). La seule possibilité de sauvetage envisagée est celle du rachat par une autre société. Après une année et demi d’administration extraordinaire, période au cours de laquelle l’établissement de Trezzano perd la quasi-totalité d’une clientèle doutant de la viabilité de l’entreprise, l’entrepreneur polonais, Boryszew rachète Maflow en ne conservant que 80 salariés.

Les 240 travailleurs non repris restant en « Cassa integrazzione straordinaria » (CIGS) 1 continuent la lutte initiée depuis  2009. Cette fois-ci, leur objectif est de faire revenir à l’entreprise les clients perdus l’année précédente, notamment BMW qui constituait 80% du chiffre d’affaires.  Tout ceci dans l’espoir que Maflow-Boryszew, se relevant et retrouvant les marchés, puisse les réemployer.

Au début de l’été 2012, après plusieurs mois de lutte pour la relance de Maflow-Boryszew, l’échec est patent : pas de retour de clients, pas de nouvelles commandes. Une idée fait alors son chemin parmi les 240 travailleurs en Cassa integrazzione : la constitution d’une coopérative, société de secours mutuel, qui n’irait pas tenter de trouver des commandes là où il n’y en a manifestement plus mais créerait quelque chose de nouveau en permettant à tous les salariés de trouver une place. Le secteur dans lequel la coopérative doit s’investir est celui de l’écologie, s’orientant vers le recyclage des déchets, notamment électroniques. La Maflow-Boryszew étant agonisante et sans aucun avenir, il devient possible et réaliste de reprendre le site de Trezzano (propriété de Unicredit).

L’idée devient plus concrète et crédible en septembre 2012 quand le Centre pour l’emploi AFOL Sud Milano Corsica qui avait déjà soutenu les salariés en Cassa integrazione par des actions de requalification professionnelle, intervient à nouveau avec un soutien qui se concrétise par une formation aux  projets coopératifs. La  région lombarde s’intéresse au projet des travailleurs de Maflow et l’intègre dans ses propres projets « d’entreprise sociale »  et de « rescue company » (sauvetage d’entreprise).

En décembre 2012, s’achèvent les deux années d’engagement contractuel de Boryszew. Son bilan : aucune stratégie de relance du site et pire, détournement des clients ramenés par les travailleurs en lutte vers d’autres établissements du groupe.

En mars 2013, c’est la naissance de « Ri-Maflow », constituée en  coopérative sociale.  Pourquoi « Ri » (« Re » en français) ? C’est, expliquent les salariés, « pour toutes les belles choses qui commencent par Ri : Ri-nascita (renaissance), Ri-uso (réutilisation), Ri-fiuti (Refus), Ri-appropriazione, Ri-volta, Ri-voluzione… »

Et toute la suite depuis mars 2013 sur le site http://rimaflow.it

Cet article vous a plu ?

Soutenez-nous pour que nous puissions continuer !

Notes:

  1. La Cassa integrazione guadagni (CIG) est, en résumé, une institution italienne dont le but est de soutenir financièrement des salariés mis au chômage technique.  La CIGS (Cassa integrazione guadagni straordinaria), concerne les entreprises en restructuration ou reconversion, financée par l’Etat et permet aux salariés non seulement de bénéficier de formations, mais d’être réintégrés dans l’entreprise si celle-ci se redresse dans un délai qui peut aller de 12 à 36 mois. Les salariés demeurent ainsi dans un cadre collectif.