Mois : avril 2013

Solidarité avec les Dispensaires Sociaux Solidaires

Les dispensaires sociaux solidaires (DSS) ont été créés suite au Mémorandum de l’Union européenne de décembre 2011 qui a exclu de nombreuses personnes du système de santé. Les DSS sont des organisations de bénévoles réunissant personnels de santé, d’accueil et d’administration dont l’objectif est de fournir des soins aux patients sans couverture de sécurité sociale. Ces structures sont généralement informelles car elles ne veulent pas s’inscrire dans la durée et se substituer à un réel service public. Elles fonctionnent sur la base du bénévolat, du don de médicaments et du refus d’un quelconque sponsoring. Auto-organisées, elles s’inscrivent dans une démarche politique qui prend en charge le patient afin de lui redonner espoir et de le convaincre de se battre pour mettre fin à la politique de destruction des services publics engagée par le gouvernement grec. En France, comme ailleurs en Europe, la solidarité financière et politique avec ces initiatives s’organise : http://solidaritefrancogrecque.wordpress.com/ Nous publions ici quelques vidéos pour connaître les DSS : Une présentation générale réalisée par les DSS eux-même :   Un court-métrage réalisé par le DSS de Thessalonique :   Une reportage d’Arte :   Un reportage de CNN (en anglais) :...

Continuer la lecture

17, 18 & 19 mai : Ambiance Bois fête ses 25 ans

Fondée en 1988, Ambiance Bois est une entreprise pas comme les autres. Elle visait aux yeux de ses fondateurs à expérimenter d’autres manières de travailler qui puissent répondre à leur volonté de vivre le travail sous des modalités différentes de celles qui régissent habituellement le monde de l’entreprise : gestion collective, salaires égaux, partage et polyvalence des tâches, possibilité de temps partiel, tirage au sort du Président. Cette structure est une SAPO (Société Anonyme à Participation Ouvrière), société dans laquelle les bénéfices sont partagés entre les personnes qui ont apporté les fonds nécessaires au démarrage de l’entreprise et sa vingtaine de salariés. Il s’agit d’une scierie qui fournit des matériaux et réalise aussi des travaux dans le domaine de l’habitat et l’aménagement d’espaces. Ambiance Bois nous convie à Faux-la-Montage pour venir fêter ses 25 ans d’autogestion et de coopération, le week-end de la Pentecôte, les 17,18 & 19 mai prochain. Le programme des festivités en PDF Le site de l’évènement : www.25ansAmbianceBois.com Pour en savoir plus sur Ambiance Bois : http://www.ambiance-bois.com/ Reportage de France 2 sur Ambiance Bois et le plateau de Millesvaches (à partir de 12 minutes) :...

Continuer la lecture

Daniel Lescornet : les défis de l’Economie Sociale et Solidaire

Il s’agissait de la troisième audition tenue dans le cadre du séminaire « Appropriation sociale, autogestion et coopératives ». Daniel Lescornet, ancien président de la fédération des mutuelles de France, président de l’association la Fraternité en Art , Sciences et Social, membre du bureau de « l’Appel des Appels » était notre invité ce 18 mars 2013. Il répondait à la question : « l’économie sociale et solidaire est-elle une béquille du capitalisme ou un outil subversif pour dépasser le capitalisme ? » Nous publions ici l’enregistrement vidéo de son introduction ainsi qu’un bref résumé de son intervention.   En préambule, Daniel Lescornet a rappelé que savoir si l’Economie Sociale et Solidaire était une béquille du capitalisme ou un outil subversif pour dépasser celui-ci était une question assez ancienne, a priori provocatrice, mais qui revient souvent et reste creuse. Nous rappelant son engagement autogestionnaire dans le mouvement mutualiste dans la foulée de mai 1968, il précise que ce ne sont pas les formes de l’ESS qui sont transformatrices mais la façon dont on y rentre et y participe. L’ESS, d’essence assez réformiste, rassemble des lieux contradictoires. C’est la raison pour laquelle il estime fondamental de s’y investir afin de ne pas critiquer de l’extérieur mais de faire bouger les choses en s’appuyant sur la pratique la plus démocratique possible. Il rappelle alors que l’ESS est une fiction car elle se résume...

Continuer la lecture

Pourquoi les coopératives du Pays Basque se regroupent – S.Arando

Certaines régions sont connues pour regrouper un grand nombre de coopératives, par exemple, l’Emilie-Romagne ou le Pays Basque sud. Comment expliquer ces regroupements ? Les économistes qui s’intéressent au sujet évoquent des facteurs culturels, institutionnels, mais aussi les avantages indirects de se regrouper entre entreprises coopératives (ce qu’ils appellent des « externalités »).  A partir des statistiques du Pays Basque sud dans la période 1995-2002, S.Arando et ses collègues de la Mondragon Unibertsitatea et de l’University of Southampton montrent l’importance de ce troisième facteur en constatant que le nombre de création de coopératives dans un district est positivement influencé par le nombre de coopératives déjà présentes. Ils en tirent une recommandation pour les politiques économiques : pour développer un secteur coopératif, mieux vaut concentrer géographiquement les efforts. Dans cet article nous résumons, sans entrer dans le détail, quelques résultats présentés dans l’article « Do labour-managed firms benefit from agglomeration ? », d’Arando et ses collègues. Il existe un courant d’étude en économie qui s’intéresse aux entreprises gérées par les travailleurs. Les deux plus gros regroupements actuels se trouvent au Pays Basque (8% de la valeur ajoutée industrielle) et en Emilie-Romagne (13% de l’activité économique), mais d’autres peuvent être cités, comme les coopératives de contreplaqué au nord de la côte pacifique des USA dans les années 40 et 50. Plusieurs questions se posent: pourquoi les entreprises gérées par les travailleurs sont-elles relativement rares dans...

Continuer la lecture

Ambiance Bois ou l’aventure d’un collectif autogéré

Un groupe de personnes qui mutualisent leur travail (une scierie), leurs revenus, leurs moyens pour travailler et vivre en autogestion dans la Creuse depuis 25 ans. Synthèse des conversations de 2004 sur leurs principes de fonctionnement. On trouvera par ailleurs une présentation de leur livre particulièrement réussi qui raconte leur histoire et surtout allez sur leur site où ils présentent eux-mêmes leur fonctionnement. À vingt ans, au lieu de changer le monde, ils décident de changer leur vie et de créer ensemble une entreprise pour y expérimenter d’autres formes d’organisation du travail. Ce sera une scierie Ambiance Bois, qui s’installera en 1988 sur le Plateau de Millesvaches, en Limousin. De fil en aiguille, ce ne sont pas seulement les modalités classiques de production qui seront remises en cause, mais la place que cette dernière occupe dans nos vies. Ainsi les associés d’Ambiance Bois découvriront que « travailler autrement », c’est consommer, agir, décider et finalement « vivre autrement ». Ce livre raconte le chemin parcouru entre l’idée lançée un jour (Et si on faisait une scierie ?) jusqu’à sa réalisation. Quelle organisation ? Pour ce qui est de l’organisation du collectif d’une part et d’Ambiance Bois d’autre part : une réunion hebdomadaire du collectif a lieu chaque vendredi toute la matinée (mais où on fait aussi état du planning de travail de la semaine suivante). Une autre est fixée,...

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter !

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1804
Montant total: 196 577,44 €

Nos partenaires



Archives

avril 2013
L M M J V S D
« Mar   Mai »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930