Le 26 juillet dernier, Massimo Lettieri, president de la coopérative sociale RiMaflow, usine récupérée et autogérée depuis près de six années, située à Trezzano sul Naviglio, dans la banlieue de Milan, a été arrêté et incarcéré à Salerne. En tant que représentant de RiMaflow, il est poursuivi avec l’accusation d’association de malfaiteurs pour traitement illégal de déchets.

Les échanges que RiMaflow a pu avoir avec certaines sociétés ne démontrent pas une connexion avec le crime organisé, d’autant que les travailleur-se-s de RiMaflow et la coopérative ont toujours soutenu le travail et les investigations de DDA (Direction anti mafia).

L’incarcération de Massimo et la séquestration des biens mobiliers et immobiliers de la coopérative mettent en péril l’activité de RiMaflow. Certains parient sur le fait que dans plusieurs mois quand la vérité aura pu être démontrée, l’expérience autogestionnaire n’existe plus.

L’association pour l’autogestion (France), réunie en Assemblée générale, ce jour, exprime sa solidarité avec la coopérative sociale RiMaflow et demande la libération de Massimo Lettieri. Elle appelle à un grand mouvement international de solidarité.

RiMaflow vivra !
Vive l’autogestion et l’auto-organisation des travailleur-se-s !
Fait à Paris, le 8 septembre 2018

Cet article vous a plu ?

Soutenez-nous pour que nous puissions continuer !