Mois : juin 2013

Autopromotion, habitat groupé, écologie et liens sociaux- Bruno Parasote

Ce petit ouvrage très clair et bien illustré propose une synthèse sur l’habitat participatif et de nombreux conseils pratiques pour ceux qui seraient tentés par ce type d’aventure. On parle d’habitat participatif lorsque des individus s’associent pour concevoir eux-mêmes et/ou gérer ensemble un groupe de logements. Nous avions déjà évoqué ces types de démarches dans plusieurs articles, notamment sur Habionome, ainsi que pour rendre compte de l’état d’avancement de projets d’habitat coopératifs. Dans ces projets immobiliers, les membres cherchent généralement à partager des espaces communs (de la buanderie à l’espace associatif en passant par des chambres d’hôtes) et organiser une vie collective harmonieuse. B. Parasote aborde plusieurs thèmes : Les principes de l’habitat participatif. De l’écologie à la solidarité, les projets d’habitat groupé sont souvent motivés par le souhait de bien vivre ensemble, créer du lien social, s’engager pour l’écologie, la solidarité, la mixité générationnelle et sociale… Chaque groupe d’habitants met en avant ses propres priorités. L’autopromotion : comment un groupe peut-il se charger lui-même de la maîtrise d’ouvrage de son futur habitat ? B. Parasote insiste notamment sur les difficultés techniques, financières et juridiques qui peuvent surgir : sous quel statut s’associer ? Comment prévoir et répartir les coûts ?… L’organisation de la vie entre voisins dans un habitat participatif : les règles de fonctionnement, la gestion des espaces communs, la charte des valeurs, les tensions qui peuvent surgir… B.Parasote ne donne pas un « mode...

Continuer la lecture

26 Juin : Journée internationale de solidarité avec la lutte des travailleurs de Vio.Me.

La lutte des travailleurs de Vio.Me. est désormais une longue histoire mais elle est aussi un combat d’avenir. C’est l’histoire d’une usine abandonnée par ses employeurs, oubliée par l’État et le gouvernement, et ignorée des bureaucraties syndicales. C’est l’histoire d’une usine où, comme dans nombre d’endroits, les travailleurs ont perdu leur emploi dans le contexte d’un désastre que les dirigeants appellent restructuration économique, et que nous préférons nommer crise et faillite du capitalisme mondialisé. C’est une histoire de désastre et de destruction, comme il y en a tant d’autres autour de nous. Mais, c’est avant tout l’histoire d’une fraction de la classe ouvrière qui refuse de baisser les bras. C’est l’histoire d’une auto-organisation des travailleurs sur la base de la démocratie directe basée sur la conscience d’une unité de classe dans laquelle les principes d’organisation sont l’intérêt collectif et les assemblées générales. C’est l’histoire de la reprise et de l’autogestion de l’usine Vio.Me., où le besoin d’un travail et d’une rémunération digne sont le déterminant principal. C’est l’histoire d’une communauté de lutte où les problèmes quotidiens trouvent des solutions collectives. C’est une histoire de créativité. Pour cette raison, le combat des travailleurs de Vio.Me. a suscité la solidarité de milliers de personnes, de travailleurs et de chômeurs de tous les endroits de la planète. Pour cette raison précise, pour la seule dernière année, de Melbourne à Tokyo et de...

Continuer la lecture

Projet d’un secteur industriel entièrement autogéré aux États-Unis

Le document que nous publions ici 1 est paru pour la première fois en français en novembre 1975 dans le numéro 32 de la revue Autogestion. Traduit par Jacqueline Pluet et Olivier Corpet qui avaient coordonné ce numéro, il s’insérait dans un ensemble dont le sommaire mérite d’être rappelé : Jaroslav Vanek, « Où en est l’autogestion aux États-Unis ? » ; G. George Benello, « Les perspectives du contrôle ouvrier aux États-Unis » ; Katrina V. Berman, « Les coopératives ouvrières dans l’industrie du contreplaqué » ; Ken Meter, « Le garage de la communauté de Southside : un progrès vers l’autogestion » ; Rodoslav Selucky, « L’autogestion généralisée : quelques points de discussion » ; Jean-Pierre Deslauriers, « Deuxième conférence internationale sur l’autogestion (États-Unis) ». Il ne s’agit pas dans ce court chapeau de discuter des propositions avancées dans cet article et des limites que l’on peut immédiatement y entrevoir. Il s’agit tout simplement de mettre au jour une contribution, vieille de quarante ans, qu’une équipe issue d’une prestigieuse université américaine avait élaborée dans le cadre de deux conférences sur l’autogestion. C’est dire qu’en ce temps, crise du leadership américain, crise morale après la défaite au Vietnam, montée du nationalisme radical afro-américain et d’autres facteurs se conjuguaient pour que l’autogestion vienne questionner le capitalisme américain. Notons aussi au passage, signe de ces temps, que deux des auteurs...

Continuer la lecture

Habitat participatif: des nouvelles de plusieurs projets en France 2/2

L’habitat participatif et coopératif connaît un intérêt croissant, du fait de la crise du logement en France, du projet de loi gouvernemental « urbanisme et logement », et de la publicité dont bénéficient certaines initiatives tels que le Village Vertical dans la région lyonnaise,  qui doit être livré prochainement. D’autres sont en cours et connaissent des fortunes diverses. A l’heure où la spéculation immobilière atteint des sommets et où il est de plus en plus difficile de se loger décemment dans de nombreuses villes de France et d’ailleurs, des initiatives de ré-appropriation de la démarche de construction collective d’habitat se développent, 30 après les premières expériences d’autopromotion. Nous avons rendu compte dans un premier article de la réunion de la DCI (Démarche Collective d’Innovation) le 8 avril 2013 sur l’habitat participatif et collaboratif qui a permis à des projets dans plusieurs villes de partager leurs expériences (Les Rûches à Nantes, Pâmiers, Axanis à Bègles, H’Nord à Bordeaux). D’autres projets présentaient leur état d’avancement: Chamarel, à Vaulx-en-Velin, est un projet de coopérative d’habitants pour personnes vieillissantes qui vise l’accueil de 20-25 personnes entre 2015 et 2017. La municipalité s’est déclarée intéressée et a proposé des terrains. Chamarel travaille avec Habicoop et souhaite obtenir un bail administratif emphythéotique. Une SAS coopérative en loi de 1947 a été crée et un groupe d’habitants est formé. Mas Cobado à Montpellier: ce projet a réuni un...

Continuer la lecture

La télé publique grecque relancée sous forme de Web TV

Le gouvernement Grec a fermé brutalement la télévision publique ERT licenciant sans préavis 2656 personnes. Cette mesure s’inscrit dans les plans d’austérité imposés par la Troïka exigeant immédiatement la suppression de 2000 emplois publics. Les travailleurs d’ERT ont décidé de continuer leur activité sous la forme d’une Web TV déjà largement suivie en Grèce. Le gouvernement grec a annoncé le 11 juin la fermeture, en l’espace de moins de 12h, de l’organisme de l’audiovisuel public ERT 1 sous prétexte d’ « assainissement et de restructuration ». A l’aide des forces de police, toute émission a cessé avant minuit. Engageant une épreuve de force inédite, cette décision, appliquée par simple décret ministériel, a signifié le licenciement direct de 2656 travailleurs et la suppression de presque 4000 postes au total. Inspirée par les consultants du Premier Ministre Antonis Samaras, la fermeture n’a été applaudi que par la Nouvelle Démocratie et l’Aube Dorée ! Tous les autres partis (SYRIZA, Grecs Indépendants et KKE de l’opposition, PASOK et DIMAR de la majorité) l’ont désapprouvée. La fermeture survient au moment où les commissaires de la troïka sont à Athènes, alors que le gouvernement grec devrait remplir jusqu’à fin juin l’objectif assigné par les créanciers de la Grèce de supprimer 2000 emplois publics. L’épisode vient se rajouter à la longue liste du démantèlement progressif des services publics, en vertu des « plans de sauvetage »...

Continuer la lecture

Abonnez-vous à notre newsletter !

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1804
Montant total: 196 577,44 €

Nos partenaires



Archives

juin 2013
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930