Author: colette

10 mars : Les luttes d’aujourd’hui ont besoin de la perspective d’un autre demain

Séance de travail ouverte à toutes et tous Samedi 10 Mars de 9h30 à 16h30 au siège de l’Union syndicale Solidaires 31 Rue de la Grange aux Belles, 75010 Paris Co-organisé par Le réseau (AAAEF), l’Association Autogestion, ATS, l’OMOS, l’Union syndicale Solidaires. De plus en plus nombreuses sont les voix qui prônent de ne pas se limiter à dire NON. Le système capitaliste peut-il encore intégrer des compromis structurels de types fordiens ou keynésiens ? Qu’implique d’être dans le « pour » dans la pratique ? Suffit-il de prôner la convergence des luttes ? Quand elle se réalise dans l’urgence sur le « contre »,...

Continuer la lecture

Attractivité de la France : rendez l’argent !

Ce lundi 22 janvier, Emmanuel Macron recevait en grande pompe au Château de Versailles 140 chefs d’entreprise étrangers pour leur vanter l’attractivité de la France. On « chouchoute » les multinationales, on leur vend le « made in France » à grand coup de réformes du code du travail… Mais ce sont ces mêmes entreprises qui licencient et délocalisent lorsqu’elles ne jugent pas les salariés assez « rentables » ou qui étouffent des sous-traitants locaux lorsqu’elles trouvent moins chers ailleurs, laissant des territoires entiers à la misère et à l’abandon. On se félicite de l’investissement de 400 millions réalisé par Toyota pour son usine de Valenciennes. Plus de 3,5 milliards d’investissements étrangers ont par ailleurs été annoncés. Pourtant, cet argent des multinationales ne vient pas de nulle part ! Il provient des profits accumulés pendant des années sur le dos du travail des salarié-es. Non seulement les salarié-es n’ont aucun droit dans leurs entreprises sur le contenu de la production et la façon de l’organiser, mais en plus les profits subtilisés sur leur travail servent ensuite de moyen de chantage sur l’existence même de leur emploi ! Il faut briser cette spirale en démocratisant la sphère économique. Les salariés doivent pouvoir gérer leur travail, mais aussi les richesses créées par celui-ci. Nous n’aurons alors plus besoin « d’attirer des investisseurs » pour sauver nos emplois : à nous de décider collectivement, territoire par...

Continuer la lecture

Industrie automobile, qui conduit ? Soirée débat le 8 février

  Appropriation sociale du secteur automobile Le marché du secteur automobile est aujourd’hui dominé par une poignée de multinationales qui développent des stratégies mondiales de production comme de commercialisation. De ce point de vue, il est difficile de penser la socialisation de ce secteur économique au travers d’une nationalisation ou d’une hypothétique transformation en coopérative. Par ailleurs, ce secteur a une importance stratégique majeure vis-à-vis de l’enjeu écologique que représente le réchauffement climatique. Pour initier une réflexion sur le contenu d’une telle socialisation, nous avons choisi de nous inspirer de l’exemple de Renault en invitant deux responsables syndicaux du...

Continuer la lecture

Dépasser l’État, en Misarchie et ailleurs. Rencontre le 24 janvier avec Emmanuel Dockès

Dans Voyage en Misarchie, Essai pour tout reconstruire, Emmanuel Dockès imagine un pays si évolué qu’il aurait depuis longtemps abandonné le système capitaliste. Un pays qui aurait à la fois supprimé la propriété comme moyen de domination et l’Etat lui-même ! C’est en particulier autour de cette idée que nous vous proposons de réfléchir avec nous et Emmanuel Dockès, le 24 janvier prochain à Paris. En Misarchie, l’État a été remplacé par une juxtaposition de « districts », des « communs » auxquels les habitants adhèrent automatiquement, en fonction de leur présence sur un lieu donné et des services publics à...

Continuer la lecture

Décembre : Le retour au premier plan du droit à l’autodétermination des peuples

Passé le temps de la décolonisation et de la poussée nationalitaire des années 1970, le droit à l’autodétermination des peuples semblait oublié dans l’Hexagone et voilà, qu’en cet automne, il ressurgit avec une grande acuité. La victoire des formations nationalistes (autonomistes et indépendantistes réunis) en Corse, les litiges dans la définition du collège électoral pour le référendum d’autodétermination prévu en Kanaky en 2018 et la proclamation symbolique de la République catalane (même si le sentiment nationaliste s’exprime peu en Catalogne du Nord) sont l’expression du retour au premier plan de la question nationale. La République française, chantre des droits humains, ne concède même pas les droits culturels en métropole, elle n’a toujours pas signé ou ratifié les conventions du Conseil de l’Europe : la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales de 1991 (non signée) et la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992 (non ratifiée par le Parlement). Les rapports de domination coloniale sont toujours présents comme l’ont révélé les événements dans les « départements » d’outre-mer en Guadeloupe en 2009 ou en Guyane au printemps dernier. Pour les autogestionnaires, le droit à l’autodétermination des peuples est un principe démocratique fondamental qui n’implique pas de solution unique et prédéterminée : il exprime le droit de décider de son sort et des propres affaires, selon une logique d’autogouvernement qui laisse chaque peuple libre d’évaluer dans chaque contexte,...

Continuer la lecture

Prochain évènement

21 Mai 68

Extension de la grève dans la métallurgie, les arsenaux, à la Banque de France et les grands magasins. Le PSU appelle à la création de comités d’action ouvriers-étudiants. Le PCF appelle à la constitution de comités d’action pour un gouvernement populaire et démocratique. Dernière soirée de programmes normaux à la télévision.

Dialogue imaginaire (suite) : « Quant à l’ensemble et à sa gestion, les techniques nouvelles peuvent intervenir. Automatisation à la base dans les forces productives – utilisation des moyens électroniques (computeurs et calculatrices) pour fournir à une gestion décentralisée les informations ascendantes et descendantes, ces nouvelles techniques fondent des possibilités nouvelles. »

Lire l’article

Abonnez-vous à notre newsletter !

Soutenez-nous

Suivez-nous sur Facebook

Twitter

Rejoignez-nous

Pour soutenir et participer à la vie de l’association
J’adhère Je soutiens

Sociofinancement de SCOPTI

Pour soutenir les ex-Fralib, on souscrit massivement !
05/10/17 Nombre de donateurs : 1883
Montant total: 204 818,44 €

Nos partenaires



Archives

mai 2018
L M M J V S D
« Avr    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031