Dans les Hautes-Pyrénées, les grévistes d’Enedis ont décidé de pratiquer des «coupures d’électricité ciblées». Jean-Maurice Darboucabe, employé chez Enedis et délégué syndical CGT-Mine et Énergie de la région Béarn-Bigorre explique la démarche au journal local La Dépêche : « En collaboration avec nos camarades des finances publiques, nous avons coupé le courant une bonne partie de la journée au centre des finances publiques de Tarbes ce jeudi 19 avril. »

Il annonce que d’autres coupures de courant coordonnées avec d’autres secteurs du mouvement social sont d’ores et déjà prévues dans un proche avenir : « Nous allons aussi faire des opérations sur les compteurs Linky, nous enlèverons les cartes mémoires qui enregistrent les usagers ». Le courant ne sera pas coupé chez les usagers, « mais EDF n’aura plus les données de ses clients et mettra du temps à les récupérer». Ensuite, déclare encore Jean-Maurice Darboucabe, « nos assemblées générales décideront de remettre l’électricité à toutes les personnes en précarité énergétique à la couper aux entreprises qui exploitent leurs salariés et versent des dividendes à leurs actionnaires ».

Le répertoire de la grève active est riche : grève productive, blocage des caisses, contre-cours dans les lycées et les facultés, etc. Y puiser en le renouvelant, c’est également faire progresser la convergence des luttes et l’unité des salarié-es et des citoyen-nes.

Cet article vous a plu ?

Soutenez-nous pour que nous puissions continuer !